Accéder au contenu principal

Une juge Italienne pour Mouloud Hamrouche

Toutes ces convulsions sont la preuve qu'il se passe des choses importantes, voire décisives pour le pays...les 14 années du clan ont totalement atomisé et les patriotes et les forces centrales du pays, comme l'ANP et les services connexes...il faut se rendre à l'évidence, 14 ans durant, jour après jour, heure par heure, minute par minute, les trames d'un pouvoir absolu ont été mises en places, enchevêtrées et entretenues...il suffit de voir avec quelle arrogance un Saïdani parle et se positionne sur les starting-blocks de la prise du pouvoir...il faut juste lire la seule ligne de son CV pour comprendre d'où lui vient cette arrogance...moi je vois très mal Notre Mouloud national s'aligner ne serait-ce qu'à l'occasion du 1er Novembre aux cotés de personnages hirsutes comme ceux qui encombrent les couloirs de la république Bouteflikienne...Si Hamrouche ne sera candidat que si l'ANP et le DRS font le ménage et c'est pour ça qu'ils ont été créés...faire le ménage c'est tracer les lignes rouges à ne pas franchir...pour garder le cap sur une république démocratique et intelligente...je n'ose pas imaginer un Belkhadem recevant le futur président du Mali,alors de là à aller faire un discours à l'ONu ou décrocher un contrat pour Cosider au Mozambique...laissez moi rire jaune mes amis...maintenant il manque un seul signal pour permettre à l'espoir de renaitre: que les services compétents de la république ( Justice, DRS et ANP) mettent fin à l'impunité dont se font prévaloir les illuminés des détournements...je sais comme fellah que les réseaux les plus étanches ne fonctionnent bien que parce qu'ils tolèrent des fuites d'eau...mais détourner le cours du fleuve à son seul profit, non ça n'est pas tolérable et encore une fois mille merci à la petite procureure Italienne qui est en train de sauver l'honneur de l'Algérie...d'ailleurs je suggère que l'on lui attribue la médaille du mérite National ( El Athir ou quelque chose comme ça!)...redonner la confiance aux braves et honnêtes Algériens n'est pas sorcier, il suffit juste de décorer une juge Italienne...le reste coulera de source...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…