Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du avril, 2016

Albert Camus, ou la prière de l’Absent

La vie d’Albert Camus est jalonnée par six évènements majeurs : la mort au combat de son père en 1914, ses reportages sur la misère en Kabylie en 1939, les massacres du 8 mai 45, l’insurrection nationaliste du 20 août 55, l’échec de son appel à la trêve civile du 22 janvier 56 et la remise 2 ans plus tard, du prix Nobel le 10 décembre 57. Il est incontestable que son premier revers c’est son absence du front, le jour où la répression des populations civiles du Nord Constantinois creusera un fossé de sang entre les communautés. Ce jour, sa présence nous aurait peut être épargné tant de haines et tant de peines. Alors que ses amis le réclamaient en vain, il préféra prolonger ses vacances. Sans doute incapable d’aller à contre sens de sa communauté, trop orgueilleux ou trop lucide, il décidera de rejoindre les rangs des partisans de la responsabilité collective. Savait-il qu’en s’abstenant de crier à l’injustice, il venait d’opter pour la résignation finale ? 

En occultant les massacres d…