mardi 22 janvier 2013

La paix du Luxembourg règne au Sahel




Alors que la MISMA peine à réunir des troupes, ils sont pas moins de 10 pays africains à avoir annoncé leur participation plus que « symbolique », voilà que le Grand Duché du Luxembourg franchit le Rubicon en envoyant un couple de soldats du même sexe…ils sont peut être pacsé, la presse « pipole » ne le dit pas…mais eux au moins ils sont là, sur cette terre désertique en surface mais si riche en profondeur…un tournant dans cette guerre du sable…du gaz, du pétrole, de l’or, de l’argent et de l’uranium…toutes substances dont raffolent les économies modernes…
 Depuis l’arrivée des renforts Luxembourgeois, la guerre des sables sahéliens du Mail et d’ailleurs est enfin entrée dans une étape cruciale. En effet, coup sur coup, l’arrivée des troupes du Luxembourg, dont il faut saluer le courage mais pas seulement, ce sont pas moins de deux villes charnières qui sont passées sous le contrôle de la coalition Franco Malienne…Plus connu pour sa puissance financière off-shore, le Grand Duché du Luxembourg vient de faire une avancée considérable dans le monde fermé des puissances belliqueuses en charge de la paix dans le monde. Exit les USA, la Grande Bretagne, la Russie, le Canada, la lointaine Chine, l’indolente Inde, la sulfureuse Australie, l’incontournable Otan. Mais oui, il fallait y penser, cette armée du Luxembourg est bien plus puissante que celle de la Suisse, voire de Monaco…il ne manque plus que le Vatican pour envoyer quelques moines soldats et la boucle sera enfin bouclée….en moins de temps qu’il faudrait pour le dire, avec un tout petit renfort tout riquiqui de l’ile de Malte ou du Lichtenstein, la rébellion Islamo intégriste qui fait régner la Charia et la terreur au Mali -et en Algérie depuis In Aménas-, Tombouctou, Kidal, Gao, Mopti seront délivrés de la terreur intégriste sanguinaire avec foi mais sans loi…Dire que l’armée Malienne et ses nombreux généraux – quid du ratio Nbre de soldats/général ?-, appuyée par plus de 2000 soldats Français avaient mis plus d’une semaine pour avancer de quelques kilomètres vers le Nord-Ouest, depuis l’arrivée des 2 soldats luxembourgeois, c’est la débandade généralisée dans les rangs de l’AQMI, du MUJAO, d’Ançar Dine, des buveurs de sang et des Peuls libido-réfractaires. Alors que les plus grandes puissances militaires et financières trainaient dangereusement les pieds, sans peur et sans reproche, le Grand Duché du Luxembourg entrait en guerre…là au moins il ne risque pas l’enlisement, ça serait vraiment le comble avec 2 soldats habillés en jean comme vous et moi, probablement qu’ils ne portent aucune arme…car ils auraient à payer un supplément bagage à la compagnie Belge qui les a transportés. 
Non ? Ils sont venus par la route ? Voilà que tout s’éclaire, parce que franchement ils auraient dû venir plutôt, au vu de leur efficacité, ils nous ont vraiment manqué. J’imagine si dans leur long périple à travers les sables, ils avaient fait un petit détour par in Aménas, juste pour le fun, vous pensez bien que l’armada djihadiste qui a fait un véritable carnage dans les rangs de la communauté internationale des gens du pétrole installée à In Amenas, n’aurait jamais été inquiétés ! Franchement, on ne peut que déplorer l’absence de sollicitude envers le Luxembourg et sa fringante armée….la communauté internationale est si ingrate à l’égard de ces pays qui n’ont que la religion de l’argent à faire partager….entre riches…Maintenant que la guerre est finie au Mali, que les réserves aurifères pétrolières, gazières, Uranium-ières sont entre de bonnes mains, il faut peut être commencer par installer quelques banques luxembourgeoises à Tombouctou, à Gao et à Kidal….ainsi, les virements aux bandes djihadistes se feront plus rapidement. Car à l’évidence, les groupes islamistes guerriers, maintenant que l’argent est là, que vont-elles pouvoir faire d’autre que de s’installer à proximité de ces banqués, voire à l’intérieur, avec la clim, ils seront bien à l’abris des vents de sable et des coups de soleil…Plus sérieusement, il faudra songer à déposer un dossier pour le prix Nobel de la paix…pour le ministre de la guerre du Grand Duché du Luxembourg… qui l’aura bien mérité…qui s’en plaindrait ? N’est-ce pas grâce à sa vigilance séculaire et seulement avec un pacs  qu’il aura mis fin à une guerre des sables qui était appelée à perdurer bien au-delà des prévisions enthousiastes des commentateurs et autres experts Hexagonaux…comme quoi, un grand pays et une grande nation, ça n’est pas forcément une armée pléthorique et surarmée, ni une pléiade de compagnies pétrolières voraces, ni une multitude de centrales nucléaires dévoreuses d’Uranium africain, ou Sahélien , c’est plus proche, …avec un couple d’homo pacsé, le Grand Duché du Luxembourg vient d’entamer une longue carrière dans les colonies. Ce qui permet à la France néocoloniale de faire l’économie d’une guerre dont elle ne savait ni la durée, ni le couts…ils sont tout de même bien braves ces luxembourgeois…Maintenant il va falloir expliquer tout ça aux groupes Djihadistes sanguinaires du MUJAO, de l’AQMI, d’Ançar Dine et de ceux à venir…c’est la ruée vers l’or Malien et il y en aura pour tout le monde…curieusement, seul le Luxembourg semble intéressé, c’est tout de même un peu louche cette affaire…car à y penser, le Luxembourg, en limitant sa participation à un couple de soldat sans armes et sans tenue rutilantes, sans char et sans autorisation de survol de l’espace aérien de l’Algérie indépendante et souveraine, s’est intelligemment rangée à la formule de la guérilla…celle pratiquée avec succès par les rebelles Maliens…donc à armes égales….on voit déjà tous les groupes djihadites du Sahel poursuivant le couple luxembourgeois à travers les immensités désertiques du Sahara et du sahel…pendant ce temps, les généraux de l’armée malienne viendront calmement s’installer dans les palais gouvernementaux climatisés de Kidal, de Gao et de Tombouctou…avec en voisins totalement désintéressés, les PDG de Total, d’Aréva, de BP, de Statoil, de ENI, et de Sonatrach…bronzant à l’ombre de derricks…au loin, une escouade de 4X4 libyens, en nouveaux cavaliers du désert, soulèvent d’énormes nuages de poussières…à la poursuite du pacs Luxembourgeois…tout juste pour voir la couleur de leurs yeux bleus venus d’ailleurs…à ces rebelles Djihadistes, ces braves grands garçons en mal de sensations fortes…ils ont enfin retrouvé leur jeux favoris, les grandes chevauchées à travers les immensités désertiques que balisent les drapeaux tricolores, devenus le nouvel emblème des Maliens du sud, leurs éternels ennemis…il reste à espérer que les deux gaillards Luxembourgeois ne se lassent pas trop vite de cette virée Sahélienne…la pais est à ce prix…la guerre aussi…
Au fait, a-t-on songé à équiper ces soldats de balises, ils risquent de se perdre dans cette guerre qui ne fait que commencer…BFM serait bien inspirée de leur confier une caméra miniature pour filmer en toute discrétion les moindres exploits que les téléspectateurs pourront suivre sans interruption…ça les changera des journalistes « embeded » de triste mémoire…C’est le PS et Hollande qui seront ravis de faire partager cette aventure aux 46% de Français qui n’aiment pas le mariage pour tous…dire qu’il suffisait de 2 luxembourgeois pour ramener la sérénité et faire remonter les sondages…dans les chaumières de Corrèze et de Bretagne…

jeudi 17 janvier 2013

Descente aux enfers à In Aménas



Interrogé (hier 16 janvier sur France24),  suite à  la prise d’otages d’In Aménas par un groupe d’islamistes Yasmina Khadra est resté évasif et imprécis, être romancier et ancien colonel ne mène pas toujours vers l’excellence …ce qui n’est pas le cas de l’ancien colonel des renseignements, MED Chafik Mesbah qui nous livre avec brio, une excellente analyse de l’intrusion de la guerre du Mali dans le désert Algérien. On y apprend que l’Algérie de Bouteflika s’est laissée abuser, que malgré les nombreuses compétences chez les diplomates algériens, l’effacement du ministre des AE se traduit par une apathie mortelle du corps diplomatique, en conclusion, le génial militaire fait quelques suggestions qui ne manquent pas de susciter quelques pistes en vue de retrouver le bon chemin : « Pour résoudre l’équation ainsi posée, l’alternative positive existe. Il faut réformer le système de gouvernance actuel qui se caractérise notamment par le choix de responsables disposant de pouvoirs exorbitants mais agissant hors tout contrôle populaire. Il nous faut une régénération du système politique car il faut aimer passionnément sa patrie pour pouvoir bien la servir. Tant mieux si d’aucuns pensent comme moi ». Med Chafik Mesbah…une interview à lire à petites doses sur TSA…
Réalisé par Hadjer Guenanfa
Mohamed Chafik Mesbah, officier supérieur de l’ANP en retraite, politologue et analyste en relations internationales et questions stratégiques, répond à nos questions sur la situation actuelle au Nord‑Mali.
 L’option militaire ouverte par la France vous semble‑t‑elle une réponse appropriée à la crise actuelle au Nord‑Mali ?
 Il est difficile d’apporter une réponse formelle à cette question. Il était clair, dès le départ, que le phénomène du terrorisme apparu au Mali, en particulier et au Sahel en général, ne pouvait être résolu par une seule des solutions ouvertes. Il fallait prospecter, sans doute, la voie du dialogue politique  afin d’élargir le consensus national interne contre le terrorisme et isoler les groupes radicaux recourant, précisément, à la violence. Il aurait été puéril, toutefois, de croire que ces groupes terroristes allaient se résigner, passivement, à un renversement, en leur défaveur, de l’équilibre des forces. La solution militaire était, en perspective, incontournable.
 Ce qu’il y a de discordant, par rapport à ce schéma initial, c’est que la France a pris, brusquement, l’initiative de s’engager, seule, pour répondre à une situation d’urgence caractérisée par le risque de contrôle de tout le territoire malien par les groupes terroristes présents au Nord‑Mali. Dans le scénario initial, c’était une démarche classique avec un mandat international de l’Organisation des Nations unies pour couvrir la mise en œuvre de moyens militaires. Dans le cas présent, c’est la France, au passé colonial peu reluisant, qui intervient seule avec une complicité contre nature de l’Algérie laquelle risque de dilapider tout son prestige diplomatique accumulé depuis la guerre de libération nationale. Pour légitimer cette intervention française, il est fait état d’une demande expresse formulée par le gouvernement malien. Franchement, le Mali, État défaillant, disposerait, donc, d’un gouvernement légitime – vraiment légitime – en mesure de formuler une telle demande…
 L’Algérie se range derrière l’intervention militaire française au Nord‑Mali après avoir prôné la solution du dialogue. Peut‑on parler de revirement dans la position algérienne ?
 Au niveau des instances intermédiaires dans les appareils diplomatique, militaire et sécuritaire algériens, l’évolution des évènements peut avoir été perçue comme un revirement. La bonne foi des cadres impliqués dans ces appareils n’est pas en cause. C’est au niveau politique supérieur de l’État que l’interrogation est permise. Avec la masse d’échanges intervenus entre l’Algérie et les parties internationales concernées par la crise au Nord‑Mali, l’hypothèse de l’intervention militaire était, de toute évidence, incluse dès le départ parmi la panoplie des solutions ouvertes. Dans une large mesure, les cadres algériens diplomates, militaires ou officiers de renseignement ont été dupés puisque tous leurs efforts ont été focalisés, délibérément, sur le volet politique de la crise.
 Au moment précis où se discutait, probablement, l’accord implicite entre l’Algérie et la France sur l’intervention militaire française au Mali avec l’utilisation de l’espace aérien algérien par les aéronefs militaires de l’armée française ! Ce que vous considérez être un revirement, ce pourrait être  une adaptation graduelle de la doctrine diplomatique algérienne et de la politique de défense de l’Algérie aux exigences du nouveau contexte stratégique dans la région  maghrébine et la zone sahélienne, voire l’espace méditerranéen. Ce n’est pas ce type d’évolution – de dimension, éminemment stratégique – qui peut échapper à l’attention vigilante du président Abdelaziz Bouteflika, rompu à tous les secrets du fonctionnement du système de relations internationales.
 L’Algérie, sous l’œil scrutateur des puissances occidentales, est en train de prendre pied dans un système de sécurité régionale où elle risque malheureusement de s’enferrer avec, subséquemment, une incapacité à exercer sa souveraineté nationale. Ce qui se déroule au Nord‑Mali résulte, directement, de cette volonté d’intégrer l’Algérie, de force au besoin, dans un mécanisme dont elle ne pourra plus se libérer.
 Comment expliquer l’étrange carence qui frappe la communication institutionnelle algérienne puisque pas un seul officiel algérien éminent ne s’est encore exprimé sur ce revirement de position ?
 Il existe une corrélation directe entre la position algérienne vis-à-vis de la crise au Nord‑Mali et l’état de déliquescence du système de gouvernance en Algérie. C’est un secret de polichinelle ; la décision diplomatique en Algérie relève de la seule volonté du président de la République. Comme chacun le sait, le ministre des Affaires étrangères assure une fonction de fondé de pouvoir. Il est obligé d’en référer au président de la République pour toute décision diplomatique. Sa marge de manœuvre est inexistante et il ne peut entreprendre d’initiative, une réflexion anticipatrice sur le cours stratégique des évènements. Ce qui est valable pour le ministre des Affaires étrangères l’est, à plus forte raison, pour les autres hauts responsables de l’État qui s’interdisent d’interférer sur ce domaine réservé – vraiment réservé – du chef de l’État. Ils ne peuvent, à fortiori, communiquer sur ce registre. Nous voilà loin de la crise au Nord‑Mali. La véritable crise, c’est celle du système de gouvernance en Algérie !
 Quel impact concret faut‑il attendre de la fermeture, par l’Algérie, de ses frontières avec le Mali ?
 Un impact réduit. Pour tout dire, la frontière restera poreuse. Sachez que la frontière entre l’Algérie et le Mali s’étend sur 1 376 km. Pour mémoire, elle se prolonge sur 956 km avec la frontière qui sépare l’Algérie du Niger. Au surplus, la zone du Sahel, une bande homogène, en termes de population et de géographie, représente un État potentiel difficilement contrôlable. Il est quasiment impossible de fermer la frontière algérienne avec le Mali. Ce n’est sûrement pas un nouveau "mur de Berlin". Les populations autochtones sont habituées à ignorer les tracés frontaliers et les groupes terroristes ont vite tiré les enseignements de ce relief particulier en s’y adaptant. Vous n’imaginez sans doute pas que l’Algérie pourrait déployer un soldat tous les mètres pour rendre la frontière étanche, ni les États occidentaux mettre en action suffisamment de drones pour contrôler chaque arpent de ce théâtre d’opérations potentiel.
 À titre indicatif, il faut retenir que le déploiement des Groupements de gardes‑frontières relevant de la Gendarmerie nationale n’a jamais pu assurer une neutralisation des activités de contrebande, source de revenus principale pour les populations locales. Les moyens de transport mobiles dont disposent les groupes terroristes et leur connaissance parfaite du relief dont ils se sont assuré rendent dérisoire la fermeture de la frontière avec le Mali. Observez, pour la circonstance, ce qui se déroule à In Amenas. C’est une véritable bérézina. Malheureusement, une bérézina qui met en cause même le dispositif militaire et sécuritaire dans le pays.
 Mais, à ce propos, l’attaque terroriste contre la base pétrolière d’In Amenas vous paraît‑elle cibler davantage l’Algérie ou la France et ses alliés occidentaux ?
 Les deux simultanément. Il est clair que la France et ses alliés occidentaux sont désormais ciblés par la nébuleuse des groupes terroristes implantés dans la zone. L’Algérie également, qui a ouvert son espace aérien aux avions militaires français, s’expose à des représailles. Ce qui peut étonner dans cet épisode malheureux, c’est la facilité déconcertante avec laquelle l’attaque terroriste a pu se produire contre une installation sensible dans une région non moins sensible. Les dispositions appropriées pour protéger ces sites ont-elles été, oui ou non, prises ? Le résultat qui laisse perplexe devrait inciter les pouvoirs publics à réexaminer le dispositif sécuritaire mis en place dans le Grand Sud algérien. In Amenas ? C’est le signe précurseur de l’embrasement qui risque de toucher tout le Sahel, y compris le territoire algérien qui est son prolongement stratégique.
 Est-il dès lors possible d’affirmer que l’Algérie a échoué dans sa démarche visant à imposer une solution politique à la crise au Mali ?
 Probablement. Les puissances occidentales ont laissé croire, formellement, qu’elles appuyaient la démarche algérienne prônant le dialogue. Dans les faits, ces puissances occidentales ont toujours été à pied d’œuvre, planifiant l’intervention militaire projetée. Naïfs ou désinvoltes, les responsables algériens ont cru pouvoir jouer sur l’antagonisme France-États‑Unis d’Amérique. Souvent, ils se concertent avec leurs homologues russes ou chinois en considérant que le monde en est encore à la division entre blocs socialiste et capitaliste. L’Algérie n’a pas échoué seulement dans sa démarche spécifique vis-à-vis de la crise du Mali. La diplomatie algérienne est, globalement, en crise chronique avec perte d’efficacité majeure dans toutes ses actions.
 Sur le théâtre des opérations, proprement dit, comment pourrait évoluer, concrètement, la situation ?
 La situation risque d’évoluer, probablement, vers l’enlisement puis l’embrasement. Il est invraisemblable qu’une intervention militaire classique puisse venir à bout d’une guérilla. Le dispositif militaire doit venir en appoint à deux actions essentielles. Premièrement, une action de rapprochement avec les populations locales de manière à susciter une forme de proximité qui pénalise les groupes terroristes en les isolant. Ces groupes terroristes doivent être contraints d’évoluer en terrain hostile. Pas seulement du fait du dispositif militaire sus-évoqué, mais du fait du rejet des populations autochtones. Deuxième action, l’impulsion du développement économique et social dans l’Azawad, en général, avec la mise en œuvre d’un vrai mini‑plan Marshall. Comme vous pouvez le constater, nous sommes loin du compte.
 Au regard du nouveau contexte au Nord‑Mali, une intervention de l’armée algérienne devient‑elle une option ouverte ?
 Au contraire, cette option parait invraisemblable. Le président Abdelaziz Bouteflika ne semble pas avoir pu susciter l’adhésion de l’institution militaire à une démarche qui ne semble pas, encore, consensuelle. Cette forme d’acceptation du fait accompli par l’institution militaire pourrait avoir des limites. Il n’est pas dans la tradition de l’armée algérienne d’intervenir dans des théâtres d’opérations extérieurs. La Constitution le lui interdit mais, également, l’état d’esprit hérité de la Guerre de libération nationale. Pousser l’armée algérienne à s’impliquer dans ce théâtre d’opérations, c’est courir le risque de provoquer une insubordination des chefs militaires. Il est difficile d’imaginer que le président Abdelaziz Bouteflika puisse aller à cet extrême.
  En contrepartie de la position algérienne conciliante vis‑à‑vis de la France au Nord‑Mali, que pourrait tirer comme bénéfice l’Algérie, ou à défaut le président Abdelaziz Bouteflika ?
 Les observateurs ont pu remarquer,  lors de sa dernière visite à Alger, le ton laudateur du président François Hollande vis-à-vis de son homologue algérien. Inversement, le président Abdelaziz Bouteflika s’est gardé de toute intervention publique durant cette même visite, prenant bien soin de ne point évoquer la revendication sensible de la repentance. D’un côté, nous avons un président français en bute à une perte de notoriété au sein de l’opinion publique dans son pays où les lobbies économiques français manifestent une soif avide en vue d’accaparer le marché algérien. De l’autre, nous avons un régime algérien en crise qui garantit sa pérennité par la distribution inconsidérée de la rente pétrolière et le soutien, ostentatoire, des puissances occidentales. Le président français voulant rétablir sa cote de popularité et mieux asseoir sa présidence a tout intérêt à conclure l’accord qu’il faut – implicite, au besoin – avec son homologue algérien lequel, de son côté, a pour souci primordial de se maintenir dans ses fonctions en se préparant à l'échéance du scrutin présidentiel de 2014 dont il veut faire un couronnement pour sa carrière.
  Finalement, comment expliquez‑vous cet échec patenté de la diplomatie algérienne ?
 En premier lieu, il faut, absolument, distinguer entre l’échec de la diplomatie algérienne et la manière de servir des diplomates algériens, leur motivation, leur compétence et leur expérience. Ce ne sont pas eux qui sont en cause. Certains sont même brillants. Ce sont l’appareil diplomatique avec son mode de fonctionnement et les fondements doctrinaux de la diplomatie algérienne qui sont en cause. Ce n’est pas le lieu de s’étaler sur cette crise majeure de la diplomatie algérienne. Contentons‑nous d’en consigner trois aspects majeurs :
-       absence d’anticipation stratégique. Ni à l’intérieur de l’appareil diplomatique, ni en concertation avec les institutions publiques concernées par la politique étrangère, encore moins avec les universités ou centres de recherche académique, il  n’existe pas d’activités liées à la connaissance prospective des évènements de politique étrangère ;
-       absence de consensus national autour des objectifs de la politique étrangère de l’Algérie. Le Chef de l’État qui monopolise entre ses mains toutes les décisions diplomatiques se sert de son ministre des Affaires étrangères comme d’un assistant administratif. Les chefs des institutions publiques concernées par la politique étrangère de l’Algérie ne sont pas plus associés à la prise de décision diplomatique. Les personnalités et partis politiques autant que les organisations évoluant dans le monde syndical ne sont guère consultés à propos des orientations ou des décisions de politique étrangère de l’Algérie ;
-       absence de réactivité de l’appareil diplomatique algérien. La nature, purement bureaucratique, du processus de prise de décision avec un autoritarisme qui frise la dérision, du bas vers le haut de la hiérarchie, il n’existe aucune marge de manœuvre pour les diplomates algériens aussi performants qu’ils puissent être. Leur audace potentielle est bridée par un carcan administratif implacable qui renvoie au régime totalitaire de la période stalinienne.
  Ancien officier supérieur de l’ANP ayant eu à connaître la doctrine de défense de l’Algérie, pensez‑vous vraiment qu’il existe une alternative à l’alignement stratégique sur le camp occidental ?
 Vous m’interpellez en qualité d’ancien officier supérieur de l’ANP ? Vous m’autorisez, en somme, à me défaire de mon statut académique ? Soit. J’ai été imprégné, durant toute ma carrière militaire, d’un sentiment patriotique qui reste imputrescible dans mon cœur. Je ne suis pas stupide, toutefois, au point d’imaginer que l’Algérie puisse continuer de se parer du seul manteau protecteur russe. Je ne suis pas niais au point de considérer que les slogans éculés du non-alignement sont toujours de mise. Désormais, Il n’existe plus d’alternative au dialogue stratégique avec l’Occident. Au titre de cette problématique, je nourris d’autres ambitions pour l’Algérie que celle d’être un pays sous‑traitant – un État auxiliaire – au service d’intérêts néo-colonialistes ou impérialistes, selon le cas.

Pour résoudre l’équation ainsi posée, l’alternative positive existe. Il faut réformer le système de gouvernance actuel qui se caractérise notamment par le choix de responsables disposant de pouvoirs exorbitants mais agissant hors tout contrôle populaire. Il nous faut une régénération du système politique car il faut aimer passionnément sa patrie pour pouvoir bien la servir. Tant mieux si d’aucuns pensent comme moi.
LIEN :  http://www.tsa-algerie.com/politique/situation-au-mali-entretien-avec-mohamed-chafik-mesbah_23455.html

mercredi 16 janvier 2013

Périlleuse expédition en terre Azawed



Décidée dans la précipitation, la guerre qui s'installe dans le Nord Mali est appelée à perdurer. Le premier et le plus infranchissable obstacle vient de sa composition: d'un coté 2500 soldats Français super entrainés et bénéficiant d'une logistique que même l'US Army est en droit de leur envier et un patchwork de troupes recrutées avec parcimonie dans les pays de la Cédéao...avec à la clef un état major bicéphale et polyglotte...en face, des groupes islamistes parfaitement aguerris et très motivés, qui se recrutent quasi exclusivement sous la bannière du Djihad, donc avec une motivation surbookée et un moral à toute épreuve...entre les belligérants, une population civile, essentiellement composée de tribus Targuies, qui s'attend à payer un lourd tribut...les peuple de l'Azawed s'installent dans une guerre qui leur est imposée des états états hérités de l'indépendance qui ne sont jamais parvenus ni à réduire les clivages ethniques ni atténuer les affres du sous développement.
Les chefs d'états majors de la Cédéao

On sait que la société Targuie possède ses propres spécificités et sa propre culture. Il se trouve que l'Algérie a essayé d'impliquer les touaregs dans la gestion des affaires de la région, certes de manière décousue, superficielle, mais le fait est que les Touaregs d'Algérie se sentent moins délaissés que ceux des autres régions sahéliennes. Cependant, nombreux sont mes compatriotes qui soutiennent mordicus que "nous sommes loin d'une véritable et équitable participation à la vie de la nation". Les plus sages ajoutent "en tous cas, combien même les efforts de développements sont palpables, il reste que le jeunesse targuie tout comme celle du reste de l'Algérie, ne se sent pas concernée".
Pour avoir eut la chance d'enseigner à des étudiants originaires des ces régions, je puis dire combien leur sentiment patriotique est délétère...bien sur, personne n'ose renier son attachement à l'Algérie, mais cet attachement est de suite arrimé à des revendications qui ne manquent ni de bon sens ni de légitimité...

C'est pourquoi, cette guerre ne pourra ne pas laisser des traces, car une fois les combats engagés, comment les belligérants feront pour ne pas étendre ses blessures et ses douleurs à des familles innocentes? Depuis les guerres d'Irak, d'Afghanistan et maintenant de Libye et de Syrie, on sait ce qu'il en est des "frappes ciblées et chirurgicales", elles ne font pas dans le détail...comment ne pas raviver la nationalisme transfrontalier que Kadhafi avait de son temps fortement encouragé? et là, j'ai bcp d'appréhensions ...c'est pourquoi, contrairement à certains compatriotes, j'essaie de ne pas faire d'amalgame entre la lutte anti-terroriste à l'intérieur des frontières de l'Algérie - guerre qui nous a couté trop cher et que nous avions payés seuls et sans le soutien de personne-, et cette nouvelle croisade au delà du Hoggar et qui implique l'autre branche de la société Targuie, qui n'est souvent que le prolongement biologique de nos tribus. Comment ferons-nous pour dissiper les suspicions et les doutes? 

Car à l'évidence, ceux qui tentent de se rassurer en soutenant l'idée farfelue que la guerre sera rapide et que la victoire est à la portée des 5000 soldats africains et des 2500 soldats français que rien ne pourra réunir. Les motivations des uns étant totalement étrangères aux ambitions des autres. Déjà on nous parle de 2 états majors, l'un Français et l'autre Nigérian, même pour un néophyte comme moi, il est évident qu'aucune grenouille n'aura survécu avec 2 têtes, surtout lorsque l'on compare la grande maitrise et la discipline du soldat Français et celle délétère et nonchalante du soldat africain...l'un des principaux point de friction tournera autour de "l'ordinaire"...lors des bivouacs, soldats Blancs et soldats Noirs auront-ils droit à la même ration? Quand on connait la sensibilité et la totale démotivation de l'Africain, il ne faut pas sortir de St Cyr Coëtquidan pour comprendre que c'est à ce niveau là que se feront les fissures...

... de plus, si le soldat Français combat pour un idéal que chacun peut comprendre - protéger les sources d'approvisionnement en minerais précieux et surtout en Uranium, sinon comment expliquer le silence entendu de toute la classe politique française?- serait-il logique d'attendre de son collègue et compagnon d'infortune Africain un pareil engagement sans connaitre ses profondes motivations? Nul doute qu'elle ne peuvent se résumer à quelques mots, et en tous elles ne peuvent recouper celles de son collègue Français; ici il serait plus juste de dire que chaque soldat africain s'engage avec des motivations personnelles qu'il ne partage avec aucun des 6 ou 7.000 soldats de la MISMA...si avec autant de divergences cette troupe disparate parvenait à remporter la moindre escarmouche face à des islamistes aguerris et parfaitement préparés, c'est que le Mali serait soudain devenu une terre de miracles...


samedi 12 janvier 2013

Peste et pesticides, un attelage infernal


Au début, les pesticides étaient inventés pour diminuer les pertes causées par les ennemis des cultures. Puis l'Homme s'est vite aperçu que ces produits étaient nocifs aussi chez l'humain et sur son environnement. Mais comme les interets des fabricants étaient fortement imbriqués dans ceux des agriculteurs, nous avons fermé l’œil...le bon, c'est à dire celui sensé nous protéger du mauvais œil...il ne fallait surtout pas remettre en cause les grands équilibres...il se trouve que les grandes multinationales ont trouvé du gout et de l'engouement à vendre des produits de plus en plus chers et de plus en plus nocifs. Certains iront jusqu'à retirer du marché des molécules d'excellente qualité, de moindre couts et surtout parfaitement adaptées à l'usage raisonné des fellah....tout ceci dans l'unique but d'augmenter la dépendance des agriculteurs et de démultiplier les revenus des fabricants. Puis, avec l'avènement des sociétés civiles et des ONG, les langues ont commencé à se délier..mais parmi les millions d'agriculteurs du monde, combien savent la nocivité des pesticides, combien confient à leurs enfants, dès le plus jeune age, le soin de répandre ces produits à travers les champs? Les fellah de nos contrées savent-ils que chaque fois qu'un produit nocif est répandu, c'est d'abord celui qui l'épand qui en est la première victime. Chez les multinationales, combien sont passées à l'étape de la prévention en incitant les fellah exposés à se munir de masques ou de combinaisons? Qui est en mesure de nous dire combien de jeunes ados sont confrontés à des bouleversements endocriniens pernicieux, parce que invisibles et irréversibles, Voici un petit aperçu sur les dommages collatéraux provoqués par la plupart des pesticides tulisés en agriculture, sachant que près de la moitié de la production agricole mondaine ne sert qu'à alimenter les décharges publiques....bonne méditation et ne jamais oublier que rares sont les fruits et légumes que nous consommons qui ne sont pas contaminés...

 Des pesticides dangereux dans votre assiette !

Les pesticides posent un véritable problème de santé publique. En effet, les effets de faibles quantités de pesticides, en mélange, pendant des périodes longues posent de nombreux problèmes de santé. Des études scientifiques nous montrent ainsi que les personnes exposées aux pesticides ont plus de risques de développer que les autres de nombreuses maladies : cancer, malformations congénitales, problèmes d’infertilité, problèmes neurologiques ou encore système immunitaire affaibli sont plus fréquent chez eux !

Il faut savoir que de nombreux pesticides autorisés et que l’on retrouve dans vos aliments sous forme de résidus sont connus comme étant de possible cancérigènes (92), des perturbateurs du système hormonale (50), reprotoxiques…par les agences sanitaires officielles de l’Union européenne et des Etats-Unis.
Cette situation est préoccupante pour tous et surtout pour vos enfants!

Pour plus d'information sur ce dossier, rendez-vous sur le site du MDRGF.
Les enfants particulièrement sensibles aux effets des pesticides !

Les enfants du fait de leur mode d’alimentation et de leur sensibilité spécifique aux polluants chimiques sont particulièrement exposés au danger des pesticides.

Les enfants boivent 2,5 fois plus d’eau, ils mangent 3 à 4 fois plus de nourriture par kilo de poids de corps qu’un adulte. Ils sont aussi exposés aux résidus de pesticides in utero et par l’allaitement maternel. Ils sont donc proportionnellement plus exposés aux résidus de pesticides que les adultes.

Les fœtus ou les enfants sont des organismes en développement. Ce développement peut être perturbé par la présence dans l’organisme de résidus toxiques comme les pesticides (par perturbation du système hormonal). Ainsi, de récentes études épidémiologiques nous montrent ainsi que les femmes exposées aux pesticides par leur environnement, ont 2 fois plus de risques de faire des fausses couche par suite de malformation du fœtus. De même, les cancers de l’enfant sont en constante augmentation, augmentation qui s’accélère d’année en année. L’INSERM vient de démontrer que les enfants dont les mères ont utilisé des insecticides ménagers, pendant leur grossesse, ont 2 fois plus de risques de développer des leucémies infantiles aigues. 


L'agriculture moderne à l'origine d'une pandémie de cancers environnementaux !

Auteur : Michel Tarrier / 3813 lectures08/01/2013, 16:35

Déjà 13 millions de cancers dans le monde et une augmentation de 75% prévue pour 2030 ! Les cancérologues les plus avertis nomment cette véritable pandémie : cancérogenèse environnementale.
C'est ainsi que le nombre de cancers augmentera plus vite que la population. En 2030, la population mondiale devrait s'élever à 8,3 milliards avec 20,3 millions de cancers. Quant aux décès pour cause de cancers, ils devraient atteindre 13,2 millions en 2030, contre 7,6 millions en 2008.
Notre nutrition et notre environnement sont les principaux vecteurs de cette pandémie de maladies dégénératives, avec l'agro-alimentaire et l'agriculture comme fers de lance.
Avec l'alibi des bouches à nourrir et le précepte que la "faim" justifie les moyens, le monde paysan s'est laissé pervertir par celui des affaires, ayant de plus en plus recours à des surdoses inacceptables de produits chimiques au détriment de la santé publique.
S'il est plus question que jamais de faire payer les pollueurs, il serait grand temps de présenter la facture qui revient aux voyous de l'agrotoxique, ainsi que l'ont fait les intoxiqués de la nicotine ou de l'amiante aux entités qui les avaient empoisonnés. En droit pénal français, le délit dont nous sommes tous victimes se nomme mise en danger de la vie d'autrui et ce, notamment par un défaut voulu et éhonté du principe précaution.

L'AGROTERROSRISME DANS NOS ASSIETTES dit très fort ce que tout le monde pense tout bas : QUE LA PESTE SOIT DES PESTICIDES !
Remis en cause par tous les syndicats agricoles, ce livre-enquête dresse un portrait peu flatteur de l'agriculture et de sa logique de mort.
L'AGROTERRORISME DANS NOS ASSIETTES
Michel Tarrier, 256 pages, Éditions LME
Avertissement : cet article est un communiqué / publi-rédactionnel dont l'objet est promotionnel et/ou commercial

Le retour de Regina, une lumière d'Allemagne

Belle surprise ce matin, dans mon messenger, je reçois une visite totalement inattendue et complètement inespérée. Qui frappe à l...