Accéder au contenu principal

Le consensus d’Oum Dormane



Kamel Daoud, le chroniqueur le plus controversé, voire parfois le plus consensuel, est venu en ce samedi 5 janvier 2013 deviser sur l’Algérie de 2012. Pas celle de l’année dernière, non celle de 2012 ans, c'est-à-dire depuis l’avant Jésus Christ à l’après Mahomet…enfin 15 siècle après Sidna Mohamed et seulement 50 ans après le départ contraint et forcé des derniers colonisateurs exogènes. 




Natif de la voisine Mesra, Kamel Daoud, ou Kamel David selon le concept djihadiste en vogue dans les sphères islamistes du Maghreb et du Machrek a fait une lecture de l'histoire récente de l'Algérie. C’était pour lui l’occasion pour souligner que l’évènement majeur de l’année écoulé est largement partagé entre le départ de Béria Benbouzid et l’élection législative de mai dernier; qui a vu le conglomérat islamiste se faire atomiser par des dissensions internes et des forces centrifuges d’origines inconnues. Il a également parlé avec gravité de la situation métastasique avancée des notre partie saharienne du patrimoine de l’Algérie. Une situation gravissime selon le père de Raïna Raïkoum qui voit dans la situation étrange du nord Mali un grand risque de dépeçage de l’Algérie millénaire. Parlant sous le sceau de la confidence- parce que en milieu confiné- il dira combien les dissensions chez le peuple de l’Azawed est porteuse de risques d’atomisation de l’Algérie, ajoutant avec gravité et sans modération que le jacobinisme de l’Etat national n’était probablement pas conscient de l’extrême urgence qu’il y a à favoriser une approche moins centralisée de la structure de l’Etat. Ce serait là la seule formule qui aiderait le pays à traverser les nombreux écueils que la situation explosive des nos territoires du Sud sont en train de couver depuis quelques années. 
L’intellectuel a parlé avec son cœur, car pour que l’Algérie puisse continuer à se construire, il fallait qu’à tous les niveaux de la gouvernance, il y ait une réelle volonté de consensus. Un maitre mot qu’il s’échinera à répéter face à un auditoire qui, petit à petit, prenait conscience de la situation catastrophique dans laquelle se meuvent nos compatriotes des provinces sahariennes. Un intervenant fera remarquer que le jeune blogueur Yacine Zaïd -qu’un tribunal de Ouargla venait de condamner  à une peine de 6 mois d’emprisonnement avec sursis-, vient  de déclarer que lors de sa garde à vue, des prisonniers lui ont ouvertement parlé d’un projet de sécession…des provinces Sahariennes, Kamel nous également parlé à mots feutrés de ses projets et de ses convictions. Ce qui est certain, c’est que l’intellectuel est totalement en phase avec son peuple dont il soulignera la grande intelligence et l’irréversible engagement pour le pays. Pour l’enfant de Mesra, pur produit de l’école de Benbouzid, comme il se définit lui-même, les dernières élections législatives constituent un tournant dans la vie du pays, en ce sens, soulignera-t-il, que ceux qui sont allés voter ont fait un vote utile avec l’unique souci d’éviter au pays la chienlit…Un peuple qui sait faire la part des choses, un peuple qui cultive le syndrome « Oum Dormane » est un peuple capable de discernement, soutiendra-t-il en substance. 

Dans la salle, nombreux, voire majoritaires furent les sceptiques…mais c’est bien là le propre de l’intellectuel, d’avoir toujours uns longueur d’avance…chez Kamel ça ne se mesure pas en distance mais en capacité à être en phase avec la population pour mieux la guider vers des rivages plus sereins et plus généreux…des paroles que Boussayar ne peut ne pas partager, car dans son message subliminal, Kamel Daoud à dessiné les contours de son engagement futur. Et ce qui ne gâte rien, c’est que cet engagement il en fasse l’annonce chez lui, sur ses terres…en tous cas pas très loin…bienvenue au pays du consensus monsieur le chroniqueur…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…