Accéder au contenu principal

Périlleuse expédition en terre Azawed



Décidée dans la précipitation, la guerre qui s'installe dans le Nord Mali est appelée à perdurer. Le premier et le plus infranchissable obstacle vient de sa composition: d'un coté 2500 soldats Français super entrainés et bénéficiant d'une logistique que même l'US Army est en droit de leur envier et un patchwork de troupes recrutées avec parcimonie dans les pays de la Cédéao...avec à la clef un état major bicéphale et polyglotte...en face, des groupes islamistes parfaitement aguerris et très motivés, qui se recrutent quasi exclusivement sous la bannière du Djihad, donc avec une motivation surbookée et un moral à toute épreuve...entre les belligérants, une population civile, essentiellement composée de tribus Targuies, qui s'attend à payer un lourd tribut...les peuple de l'Azawed s'installent dans une guerre qui leur est imposée des états états hérités de l'indépendance qui ne sont jamais parvenus ni à réduire les clivages ethniques ni atténuer les affres du sous développement.
Les chefs d'états majors de la Cédéao

On sait que la société Targuie possède ses propres spécificités et sa propre culture. Il se trouve que l'Algérie a essayé d'impliquer les touaregs dans la gestion des affaires de la région, certes de manière décousue, superficielle, mais le fait est que les Touaregs d'Algérie se sentent moins délaissés que ceux des autres régions sahéliennes. Cependant, nombreux sont mes compatriotes qui soutiennent mordicus que "nous sommes loin d'une véritable et équitable participation à la vie de la nation". Les plus sages ajoutent "en tous cas, combien même les efforts de développements sont palpables, il reste que le jeunesse targuie tout comme celle du reste de l'Algérie, ne se sent pas concernée".
Pour avoir eut la chance d'enseigner à des étudiants originaires des ces régions, je puis dire combien leur sentiment patriotique est délétère...bien sur, personne n'ose renier son attachement à l'Algérie, mais cet attachement est de suite arrimé à des revendications qui ne manquent ni de bon sens ni de légitimité...

C'est pourquoi, cette guerre ne pourra ne pas laisser des traces, car une fois les combats engagés, comment les belligérants feront pour ne pas étendre ses blessures et ses douleurs à des familles innocentes? Depuis les guerres d'Irak, d'Afghanistan et maintenant de Libye et de Syrie, on sait ce qu'il en est des "frappes ciblées et chirurgicales", elles ne font pas dans le détail...comment ne pas raviver la nationalisme transfrontalier que Kadhafi avait de son temps fortement encouragé? et là, j'ai bcp d'appréhensions ...c'est pourquoi, contrairement à certains compatriotes, j'essaie de ne pas faire d'amalgame entre la lutte anti-terroriste à l'intérieur des frontières de l'Algérie - guerre qui nous a couté trop cher et que nous avions payés seuls et sans le soutien de personne-, et cette nouvelle croisade au delà du Hoggar et qui implique l'autre branche de la société Targuie, qui n'est souvent que le prolongement biologique de nos tribus. Comment ferons-nous pour dissiper les suspicions et les doutes? 

Car à l'évidence, ceux qui tentent de se rassurer en soutenant l'idée farfelue que la guerre sera rapide et que la victoire est à la portée des 5000 soldats africains et des 2500 soldats français que rien ne pourra réunir. Les motivations des uns étant totalement étrangères aux ambitions des autres. Déjà on nous parle de 2 états majors, l'un Français et l'autre Nigérian, même pour un néophyte comme moi, il est évident qu'aucune grenouille n'aura survécu avec 2 têtes, surtout lorsque l'on compare la grande maitrise et la discipline du soldat Français et celle délétère et nonchalante du soldat africain...l'un des principaux point de friction tournera autour de "l'ordinaire"...lors des bivouacs, soldats Blancs et soldats Noirs auront-ils droit à la même ration? Quand on connait la sensibilité et la totale démotivation de l'Africain, il ne faut pas sortir de St Cyr Coëtquidan pour comprendre que c'est à ce niveau là que se feront les fissures...

... de plus, si le soldat Français combat pour un idéal que chacun peut comprendre - protéger les sources d'approvisionnement en minerais précieux et surtout en Uranium, sinon comment expliquer le silence entendu de toute la classe politique française?- serait-il logique d'attendre de son collègue et compagnon d'infortune Africain un pareil engagement sans connaitre ses profondes motivations? Nul doute qu'elle ne peuvent se résumer à quelques mots, et en tous elles ne peuvent recouper celles de son collègue Français; ici il serait plus juste de dire que chaque soldat africain s'engage avec des motivations personnelles qu'il ne partage avec aucun des 6 ou 7.000 soldats de la MISMA...si avec autant de divergences cette troupe disparate parvenait à remporter la moindre escarmouche face à des islamistes aguerris et parfaitement préparés, c'est que le Mali serait soudain devenu une terre de miracles...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …