Accéder au contenu principal

Peste et pesticides, un attelage infernal


Au début, les pesticides étaient inventés pour diminuer les pertes causées par les ennemis des cultures. Puis l'Homme s'est vite aperçu que ces produits étaient nocifs aussi chez l'humain et sur son environnement. Mais comme les interets des fabricants étaient fortement imbriqués dans ceux des agriculteurs, nous avons fermé l’œil...le bon, c'est à dire celui sensé nous protéger du mauvais œil...il ne fallait surtout pas remettre en cause les grands équilibres...il se trouve que les grandes multinationales ont trouvé du gout et de l'engouement à vendre des produits de plus en plus chers et de plus en plus nocifs. Certains iront jusqu'à retirer du marché des molécules d'excellente qualité, de moindre couts et surtout parfaitement adaptées à l'usage raisonné des fellah....tout ceci dans l'unique but d'augmenter la dépendance des agriculteurs et de démultiplier les revenus des fabricants. Puis, avec l'avènement des sociétés civiles et des ONG, les langues ont commencé à se délier..mais parmi les millions d'agriculteurs du monde, combien savent la nocivité des pesticides, combien confient à leurs enfants, dès le plus jeune age, le soin de répandre ces produits à travers les champs? Les fellah de nos contrées savent-ils que chaque fois qu'un produit nocif est répandu, c'est d'abord celui qui l'épand qui en est la première victime. Chez les multinationales, combien sont passées à l'étape de la prévention en incitant les fellah exposés à se munir de masques ou de combinaisons? Qui est en mesure de nous dire combien de jeunes ados sont confrontés à des bouleversements endocriniens pernicieux, parce que invisibles et irréversibles, Voici un petit aperçu sur les dommages collatéraux provoqués par la plupart des pesticides tulisés en agriculture, sachant que près de la moitié de la production agricole mondaine ne sert qu'à alimenter les décharges publiques....bonne méditation et ne jamais oublier que rares sont les fruits et légumes que nous consommons qui ne sont pas contaminés...

 Des pesticides dangereux dans votre assiette !

Les pesticides posent un véritable problème de santé publique. En effet, les effets de faibles quantités de pesticides, en mélange, pendant des périodes longues posent de nombreux problèmes de santé. Des études scientifiques nous montrent ainsi que les personnes exposées aux pesticides ont plus de risques de développer que les autres de nombreuses maladies : cancer, malformations congénitales, problèmes d’infertilité, problèmes neurologiques ou encore système immunitaire affaibli sont plus fréquent chez eux !

Il faut savoir que de nombreux pesticides autorisés et que l’on retrouve dans vos aliments sous forme de résidus sont connus comme étant de possible cancérigènes (92), des perturbateurs du système hormonale (50), reprotoxiques…par les agences sanitaires officielles de l’Union européenne et des Etats-Unis.
Cette situation est préoccupante pour tous et surtout pour vos enfants!

Pour plus d'information sur ce dossier, rendez-vous sur le site du MDRGF.
Les enfants particulièrement sensibles aux effets des pesticides !

Les enfants du fait de leur mode d’alimentation et de leur sensibilité spécifique aux polluants chimiques sont particulièrement exposés au danger des pesticides.

Les enfants boivent 2,5 fois plus d’eau, ils mangent 3 à 4 fois plus de nourriture par kilo de poids de corps qu’un adulte. Ils sont aussi exposés aux résidus de pesticides in utero et par l’allaitement maternel. Ils sont donc proportionnellement plus exposés aux résidus de pesticides que les adultes.

Les fœtus ou les enfants sont des organismes en développement. Ce développement peut être perturbé par la présence dans l’organisme de résidus toxiques comme les pesticides (par perturbation du système hormonal). Ainsi, de récentes études épidémiologiques nous montrent ainsi que les femmes exposées aux pesticides par leur environnement, ont 2 fois plus de risques de faire des fausses couche par suite de malformation du fœtus. De même, les cancers de l’enfant sont en constante augmentation, augmentation qui s’accélère d’année en année. L’INSERM vient de démontrer que les enfants dont les mères ont utilisé des insecticides ménagers, pendant leur grossesse, ont 2 fois plus de risques de développer des leucémies infantiles aigues. 


L'agriculture moderne à l'origine d'une pandémie de cancers environnementaux !

Auteur : Michel Tarrier / 3813 lectures08/01/2013, 16:35

Déjà 13 millions de cancers dans le monde et une augmentation de 75% prévue pour 2030 ! Les cancérologues les plus avertis nomment cette véritable pandémie : cancérogenèse environnementale.
C'est ainsi que le nombre de cancers augmentera plus vite que la population. En 2030, la population mondiale devrait s'élever à 8,3 milliards avec 20,3 millions de cancers. Quant aux décès pour cause de cancers, ils devraient atteindre 13,2 millions en 2030, contre 7,6 millions en 2008.
Notre nutrition et notre environnement sont les principaux vecteurs de cette pandémie de maladies dégénératives, avec l'agro-alimentaire et l'agriculture comme fers de lance.
Avec l'alibi des bouches à nourrir et le précepte que la "faim" justifie les moyens, le monde paysan s'est laissé pervertir par celui des affaires, ayant de plus en plus recours à des surdoses inacceptables de produits chimiques au détriment de la santé publique.
S'il est plus question que jamais de faire payer les pollueurs, il serait grand temps de présenter la facture qui revient aux voyous de l'agrotoxique, ainsi que l'ont fait les intoxiqués de la nicotine ou de l'amiante aux entités qui les avaient empoisonnés. En droit pénal français, le délit dont nous sommes tous victimes se nomme mise en danger de la vie d'autrui et ce, notamment par un défaut voulu et éhonté du principe précaution.

L'AGROTERROSRISME DANS NOS ASSIETTES dit très fort ce que tout le monde pense tout bas : QUE LA PESTE SOIT DES PESTICIDES !
Remis en cause par tous les syndicats agricoles, ce livre-enquête dresse un portrait peu flatteur de l'agriculture et de sa logique de mort.
L'AGROTERRORISME DANS NOS ASSIETTES
Michel Tarrier, 256 pages, Éditions LME
Avertissement : cet article est un communiqué / publi-rédactionnel dont l'objet est promotionnel et/ou commercial

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…