Accéder au contenu principal

Fantasia avec Assia Djebbar



UNE RENCONTRE FORTUITE AVEC UN ROMAN...pas n'importe quel roman...il s'agit de "L'Amour, la fantasia" d'Assia Djebbar, l’académicienne du Dahra Oriental...une visite guidée à travers la tumultueuse histoire de mon pays...une chevauchée qui traverse l'histoire de la colonisation par la France...avec comme compagnons de voyages d'illustres personnages, et d'autres bien rebutants...

C'est en me rendant chez un photographe du centre ville que je découvre une librairie...installée depuis quelques mois en lieux et place du studio Malik, là où j'ai fais mes classes auprès d'un immense personnage, j'ai nommé Monsieur Abdelkader Bensaber...il était à la fois opticien et photographe...compétent et scrupuleusement honnête...au 6 rue Bessaieh Ghali...non loin de la place du Novelty...ici on continue de l'appeler du nom d'un des plus grands égorgeurs de mon peuple, il était dans la troupe qui a dépecé la population indigène de Laghouat, en 1848...sous les ordres du sanguinaire Pélissier....une connaissance, n'est-ce pas? L'enfumeur en chef des Ouled Ryah, en juin 1845...cette expérience allait lui servir lors des massacres de Laghouat...c'est donc dans cette librairie dont j'ignorais l'existence que je rentre pour la première fois...le libraire, un Ghomri, une grande famille d'artistes et surtout de maitres tailleurs...reconvertis dans le commerce du livre, quelle belle translation!!!Avant il habillait les corps, désormais il habillera les esprits...je tombe sur une collection de classiques, Mouloud Féraoun, Dib, Mammeri...puis un intrus qui n'a pas vu Kaboul mais qui a rencontré ses hirondelles, normal les hirondelles voyagent....les Kabouliotes moins...puis sublime surprise, au moment où j'allais sortir, que vois-je, là à ma droite, faisant face aux auteurs mâles indigènes, presque rangée par inadvertance, ou par sexisme, une série d'Assia Djebbar...frémissements soutenus...je scrute avec minutie le petit rayon et voilà que mon regard est happé par la sublime couverture...il est là à portée de main...en deux exemplaires...je me pince, me cabre, regarde à nouveau...je m'assure qu'il est bien là...que ce n'était pas une hallucination...ni un mirage...je reconnais parfaitement le tableau de Delacroix "Rebecca enlevée par le templier pendant le sac du château de Frondeboeuf", visible au musée du Louvre…
...
Aucun doute n’est plus permis, surtout dans la collection de poche,...un livre que je cherche depuis que la découverte de la grotte de Ghar El Frachih, ou de Nekmaria...là où furent asphyxiés plus de 1200 femmes, enfants et vieillards de la tribu des Ouled Riah...Depuis que j'ai lu ce livre - emprunté chez une amie voilà 2 ans- je n'avais qu'une seule idée en tête, le garder auprès de moi pour le restant de mes jours. Sa propriétaire me l'a demandé à plusieurs reprises...sans suite...car je n'arrive plus à supporter la moindre séparation d'avec ce roman d'Assia Djebbar...Si vous avez un (e) ami(e)...même analphabète, n'hésitez surtout pas à lui offrir "L'Amour, la fantasia" ...il apprendra à lire...il apprendra bcp sur l'histoire de la conquête coloniale, sur les trahisons et les faits d'armes, sur la bravoure et la couardise, sur l'amour du voisin, du cousin, de la cousine, de la tribu, du douar, d'Alger, de Constantine, du Bey Ahmed et de l'Emir Abdelkader, des Hadjouttes, des Ouled Ryah, du Dahra et de son héros, le jeune et redoutable "Moul Essa3a" ( le Maitre de l'heure), le seigneur Mohamed Ben Abdallah, alias Boumaaza....l'homme qui fit trembler Bugeaud et ses troupes...en soulevant les tribus rebelles du Dahra...Vous ferez une chevauchée fantastique dans les immenses plaines intérieures et sur les mille collines du Dahra...vous y croiserez Hamdane Khodja, lui même auteur d'une fabuleuse histoire de la colonisation, celui dont la maitrise de la langue Française fera pâlir  de jalousie les classiques de France et de Navarre...si vous avez ne serait-ce qu'une petite place, n'hésitez pas, vous ne serez jamais déçus par ce roman écrit dans la langue de l'ennemi...pour dire nos douleurs et pour marquer le temps en lettres de sang, en lettres d'Amour...par une descendante des redoutables et non moins héroïques Hadjouttes...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…