Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2014

L'autre défaite du 14 juillet

Cheikh Bouziane et Boubaghla au défilé du 14 juillet

A peine 9 jours après la commémoration " silencieuse" de la fête de l'indépendance, fête durant laquelle l'armée algérienne a brillé par un assourdissant silence, comme si la victoire contre l'armée française ne la concernait plus, voilà que l'ANP se trouve entrainée dans un traquenard. Le lieu: l'avenue des Champs Élysées, au cœur de la capitale de l'ex puissance coloniale. La raison: rendre hommage à ceux parmi nos grands parents et arrière grands parents qui, contraints et forcés, ont servis de chair à canon durant la première guerre mondiale...sous les couleurs de la France, la puissance coloniale de l'époque...

Çà et là, de nombreuses et parfois authentiques voix patriotiques tentent de nous convaincre que cette participation n'a rien d'exceptionnelle et qu'elle sera tout simplement symbolique avec une délégation composée d’un ministre, de 2 portes drapeaux en kaki et de 4 jeunes filles et garçons. Passe pour les por…

Où est la fête de l'indépendance?

Qui a arrêté la fête de l’Algérie ?
Il y a 52 ans et des poussières que l'Algérie a gagné son droit à l'indépendance...le 5 juillet 62, j'avais tout juste 12 ans et je suis descendu en ville. Nous, les Mouats, nous étions restés au Béni Mélek, dans la ferme de Roger Balestrieri. C'est lui qui nous avait hébergés dans une vieille mansarde lorsque l'armée française était venue détruire notre mechta à Sidi Ahmed...A la ferme, depuis le 19 mars 62, jour du « Cessez-le-feu », nous avions dressé le drapeau Algérien que j'avais ramené depuis la ville. C'est ma tante Zaghda qui l'a fait confectionner dans le vieux quartier en tôles du faubourg...puis, avec le temps et les embruns, le drapeau avait pris des couleurs plus ternes...c'est pourquoi, arrivé au niveau du quartier Arabe " Z'kak Arabe" j'ai été déçu de voir que les drapeaux qui ornaient toutes les fenêtres avaient des couleurs bien plus éclatantes que le notre à la ferm…

La variabilité de la structure secondaire de l'ARN : une deuxième couche d'information génétique