Accéder au contenu principal

L'autre défaite du 14 juillet



 A la lecture de l’article intitulé:

 "Cheikh Bouziane et Boubaghla au défilé du 14 juillet"

 j'ai reçu plusieurs commentaires à travers les réseaux sociaux et/ou par mail. Par commodité, j'ai décidé de répondre à celui envoyé par un ami de 44 ans. Un point de vue qui m'a interpellé, qui explique et justifie ma longue réponse et qui me permet de décliner les raisons profondes ayant motivées ma démarche. 



Bonsoir, cher ami Aziz.
La lecture de ta publication m'interpelle à plus d'un titre.
Je veux parler des drapeaux algériens qui vont descendre l'avenue des Champs Elysées, au grand dam de Mr le maire de Nice.
Lorsqu'en 1998, cette même avenue en était remplie juste après la victoire de la France au Mondial, tout le monde applaudissait, et lorsque cette année on sortit les drapeaux après les belles prestations des verts , des voix s'élevèrent pour condamner et interdire cela.
Petite revanche, je m'imagine la tête de Mr Estrosi , si toutefois il serait invité à la cérémonie.
Saha ftourek !!!!

 Mon cher Ami « Z H L »

Ton mail me fait un grand plaisir pour deux raisons: 
La première relève de ta grande amitié pour moi et tire sa substance du profond respect qui nous unit depuis bientôt 44 ans... et pas l'ombre d'une aspérité à l'horizon...

 La seconde s'articule autour des raccourcis que tu emprunte pour justifier ta jubilation que je comprends et que je respecte bien entendu...le propre du raccourcis est qu'il ne s’embarrasse d'aucun détail, il va droit au but...il se trouve que souvent on dit que le diable est dans le détail...pour ma modeste personne, surchargée d'émotions récoltées au travers de mes pérégrinations dans l'histoire tumultueuse de mon pays, autant je suis sensible à la présence des drapeaux brandis par des Algériens comme un défi à la face de tous les colonialistes et de tous sanguinaires, autant s'agissant de notre Armée Nationale Populaire, je trouve la démarche  totalement inappropriée et injuste vis à vis de notre histoire et de nos luttes et souffrances...ce ministre, ces 3 ou 4 généraux ou colonels et surtout ces 4 chérubins vont participer non pas à titre individuel, ce qui ce conçoit parfaitement, mais ils y seront en qualité de représentants officiels de la nation et de l'état algériens, celui de Boumaza Benabdallah et de l'Emir Abdelkader, celui de Fadhma N'soumer et de Didouche Mourad, celui de Larbi Benmhidi et de Benabdelmalek Ramdane...

 La participation au défilé du 14 juillet ne peut se faire sans un préalable, la reconnaissance par la France de ses crimes coloniaux...sans repentance, sans dédommagements et sans contrepartie aucune...une simple reconnaissance...à partir de là, tout deviendra possible...moi et les miens, avec des milliers de familles algériennes attendons juste de couvrir d'un linceul blanc les restes de nos martyrs...est-ce trop demander à la France? Est-ce trop réclamer à l'Algérie? 

Vois-tu cher ami, rien n'apaisera nos cœurs et rien ne nous fera taire, car il ne s'agit pas d'une simple coquetterie, mais d'un acte humaniste et juste qui participe du droit de tout un chacun au respect de son combat et au respect de sa dépouille, surtout si ce combat est juste, comme peut l’être le combat pour la liberté et l'émancipation...sinon ce n'est pas à nous à faire notre deuil, mais c'est à eux de se plier à cette exigence de mémoire...ou alors il faudra se résoudre à faire table rase du passé...ce qui, pour tous les patriotes relève du sacré...

En allant se fourvoyer dans cette fête du souvenir, nos soldats et nos enfants doivent savoir qu'ils nous blessent profondément et que désormais il va falloir que cette blessure devienne une ligne de démarcation...entre eux et nous…tu me parles d’une petite revanche et tu penses très certainement en foot-balleur. Qui t’en voudra, c’est dans l’air du temps. Moi je pense à ce lourd fardeau mémoriel, à ces combattants jeunes et vieux que j’ai vu partir et qui ne sont jamais revenus. Je penses aux frères Khalfa Brahim et Abderrahmane, dont j’ai ramassé les corps en lambeaux et que j’ai enterré de mes propres mains…jamais je ne pourrais oublier cette odeur de charogne aussi suffocante que douce…oui même en décomposition, la chair humaine dégage une très agréable odeur…je n’oublie pas et comment pourrais-je oublier ces ossements retirés du tréfonds de la grotte des Ouled Riah, 166 ans après leur mort atroce et 51 ans après l’indépendance de mon pays…eux aussi n’ont jamais eut de sépulture…par la faute de la France mais aussi par celle de l’Algérie…ce pays qui nous a valu tant de souffrances et qui à son tour nous inflige des souffrances et des humiliations inutiles et insupportables…

Bien sûr que je suis en jubilation lorsque des mains courageuses et innocentes déploient notre emblème dans n’importe quelle partie de l’univers. Cette jubilation prend une connotation très particulière lorsque l’emblème national est brandi à la face des colonialistes français, ceux par qui notre malheur perdure…par contre, lorsqu’il s’agit d’une manifestation officielle de la France, je ne suis pas d’accord que nous rejoignons le rang comme si notre histoire commune n’était qu’une succession de banalités et de pic niques mondains…

Entre la France et l’Algérie, il y a une histoire qui a été écrite en lettres de sang…ce n’est pas lors d’une « garden-party » que ce lourd contentieux sera réglé…mais autour d’une table de multiplications…l'Algérie pour laquelle sont morts des millions de patriotes a un devoir  sacré, celui de solder ses comptes avec la France coloniale...et le rôle des descendants de ces millions de victimes, ces enfants des tribus spoliées, de ces femmes et de ces jeunes filles déshonorées, de ces enfants amputés, irradiés, déscolarisés, enrôlés dans des combats qui n'étaient pas les leurs, trainés sur les champs de batailles qu'ils n'ont pas choisis est de rappeler sans cesse  la France et  l'Algérie ont un devoir de mémoire...nous sommes loin de ces petites revanches à la petite semaine...ceux qui défileront sur les Champs Élysées n'ont aucun mandat et aucune légitimité pour le faire au nom de l'Algérie...et la France, mieux que quiconque le sait parfaitement...
Aziz Mouats

 Grâce à l'amabilité de la LDH Toulon, dont je salue ici le courage et l'objectivité, je mets ici le lien qui permettra à ceux et celles qui trouvent "normal" que l'armée Algérienne participe au défilé du 14 juillet, le discours intégral de Robert Ménard, le maire proche du FN de la ville de Bézier...le discours est instructif à plus d'un titre.

http://www.ville-beziers.fr/votre-mairie/actualites/discours-de-la-ceremonie-commemorative-des-massacres-doran-du-5-juillet-1962

Cher ami
Bonsoir , je suis de tout cœur avec toi , comme je ne peux oublier ce que notre peuple à enduré pendant 132 ans. Chaque jour on découvre l'horreur , et la barbarie commises sur nos valeureux combattants , ou tout simplement des citoyens qui sont tombés entre les mains de ces tortionnaires .
Tu es bien placé pour parler de ces massacres , étant donné que tu les as vécus . Ton approche et ton regard sur cette participation , fusse-t/elle symbolique est on ne peut plus justifiée .
Je respecte ton avis . Ton ami " ZHL"

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …