Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2012

Une soif Américaine...

Contrairement aux idées reçues, le problème de la gestion des ressources hydriques concerne au plus haut chef, les Etats-Unis d'Amérique...la preuve cette réflexion sur la politique US en la matière...juste pour ne pas avoir soif...autant des pistes pour nos universitaires et nos responsables...

Gestion de l’eau aux États-Unis
La promotion des filières de formation scientifique au travers de projets collaboratifs : exemple du pôle de compétence de l'eau dans le Wisconsin Afin de soutenir l'innovation dans les domaines de la science et de la technologie, les Etats-Unis développent une politique volontariste pour former et conserver plus d'étudiants diplômés dans les filières des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM).
Selon les recommandations émises par les Conseillers du Président suite aux conclusions d'un rapport national sur la Science et la Technologie intitulé Engage to Excel: Producing One Million Additional Co…

Harbi a-t-il tué Chaabani?

Attention, cet article c'est de la dynamite...son auteur, ancien SG de l'EMG (Etat Major Général) de l'Armée Algérienne, en principe très bien informé, attaque frontalement l'historien Mohamed Harbi . Il l'accuse d'avoir été l'inspirateur de la cabale qui a abouti à l'exécution du colonel Chaabani par le couple Ahmed Benbella/ Houari Boumediene...l'affirmation est énorme et va certainement provoquer l'un des débats les plus acharnés de ce 50ème anniversaire de l'indépendance...à lire, à méditer...en attendant la réplique qui ne peut tarder de Mohamed Harbi...qui sera au forum d'El Watan sur le 50ème anniversaire ( du 5 au 7 juillet prochain) à coté de Gilbert Meynier, Gilles Manceron, Omar Carlier, Med Hachmaoui, Benjamin Brower, René Galissot, Mathieu Connely, H'mida Ayachi...et tant d'autres historiens, juristes et hommes et femmes de médias...La conférence de cloture "Bilan de la colonisation et de l'indépendance"…

Sanglantes pièces à conviction

C'est très juste que la diplomatie allait jouer un grand rôle...mais ce sont nos souffrances et nos morts qui allaient lui servir de pièces à conviction....et ce dès le premier jour...il fallait que cela soit dit....sans nos luttes, sans nos martyrs, sans notre résistance...nos diplomates auraient été bien embarrassés...ce n'est point un hasard si à la veille de chaque session de l'ONU, le FLN de l'intérieur organisait une insurrection, une grève générale, un attentat, une manifestation...les diplomates ont fait le reste...il suffit de reprendre le fil des évènements et la chronologie des faits pour ne plus accepter que nos souffrances n'aient servie que comme palliatifs...la révolution a été possible parce le peuple a adhéré à l'appel du FLN et surtout qu'il ne voulait plus que le système colonial continue à nous opprimer...on peut effectivement souligner que les actions des militants et de la population ont été admirablement relayées par une dipl…

Dans l'enfer de Barberousse, la carré des condamnés à mort

Babouche Saïd : ce martyr oublié de l’histoire de la RévolutionUn récit poignant d'un jeune condamné à mort durant la guerre d'Algérie...les derniers instants de Zabana, de Farradj, et de tant d'autres combattants...mais aussi le soutien sans limite et très risuqé de la part des avocats, dont l'inépuisable Gisèle Halimi, native de Tunisie et qui défendit avec les tripes les insurgés d'El Alia...elle rencontra le Général de Gaulle pour demander la grâce présidentielle ...qu'elle finira par obtenir...ce qui n'éparnera nullemnt les innocentés qui seront tous massacrés juste après leur remise en liberté...mais revenons au  témoignage du Moudjahid El Djouzy Aomar, paru dans El Watan du 23.06.2012 | 10h00 



Babouche Saïd : ce martyr oublié de l’histoire de la Révolution - Histoire - El Watan
| © D. R.
A l’aube du 8 avril 1957, un lundi, le huitième jour du mois sacré du Ramadhan, dans la cour d’honneur de cette légendaire prison, naguère appelée Barbero…

La repentance, ce faux-fuyant ...

Rien de plus juste...rien de plus raisonnable...rien de plus insupportable...surtout que nos tortionnaires se taisent à jamais...moi meme je n'ai nullement envie d'entendre leurs implorations, parce que je sais qu'elles seront hypocrites...et dénuées de sincérité et de courage...les massacres auxquels j'ai été confrontés ne seront jamais pardonnés parce qu'ils l'ont été de sang froid et dans un pur et stupide esprit de vengeance...contre une famille insoumise et qui a toujours refusé le fait colonial...la France impériale nous a tout pris jusqu'à notre fierté...alors je la rappelle à son devoir de décence...la repentance n'étant qu'un faux fuyant...167 ans après les enfumades de Nekmaria -19 et 20 juin 1845- voici un lourd papier de mon compatriote Brahim Senouci, un document à verser dans le jardin de nos souffrances:
Algérie-France, pardonner ou non ? Brahim Senouci Algérie-France, pardonner ou non ? En 2008, la médaille de l’Ordre du Mérite de la R…