Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2011

L'amnésie ne passera pas

Enfin, un monument à la mémoire des Ouled Ryah A l’occasion de la célébration de la journée de la victoire, organisée cette année à travers plusieurs sites de la wilaya de Mostaganem, le ministre des moudjahidines qui présidait les cérémonies a fait la promesse que les enfumades du Dahra auront leur monument. Rencontré au niveau du cimetière d’Ouled Baroudi où reposent plus de 190 martyrs, dont de nombreux anonymes, Med Chérif Abbès, le ministre des moudjahidines a fait la promesse solennelle qu’à l’occasion de la célébration du 50ème anniversaire de l’indépendance, l’Algérie allait honorer comme il se doit la mémoire des 12.00 victimes de la furie coloniale. En effet, après lui avoir rappelé qu’à seulement 5 km du cimetière d’Ouled Baroudi, se trouve la grotte de Ghar El Frachih, là ou gisent depuis bientôt 166 ans les membres de la tribu des Ouled Ryah. 
En effet, c’est durant la nuit du 18 juin 1845 que le sinistre colonel Pélissier, à la tête de plus de deux bataillons avec l’aide …

Des accointances qu'il vaut mieux taire...

Mes amis...ne demandez pas un orphelin de soutenir ceux qui tuent leur peuple...augmentant davantage le cohorte d'orphelins...de se taire face à ces massacres...c'est la seule concession que je ne vous ferais jamais...regarder un génocide et se taire en se disant que dans 2 mois ou dans 2 ans, nous oublierons tout ça...moi ça fait 56 ans que j'ai vu massacrer ma famille...ça fait 56 ans que de bonnes âmes tentent de me faire croire que le temps aide à oublier...je suis vraiment désolé de vous dire que je n'y arrive pas et que je suis convaincu que je n'oublierai jamais ceux qui se sont tus à ce moment là...alors que ma famille se faisait massacrer...non, désolé l'amnésie ne passera pas...le silence non plus...c'est une énormité que de se taire face aux crimes de Kadhafi...que rien ni personne ne peut ni occulter ni soutenir ni justifier...à part ça, à partir de son petit confort...juste pour ne pas déranger les potentats...il faut détourner le regard...non …

Compte rendus sur le livre de Claire Mauss-Copeaux

“Algérie, 20 août 1955” de Claire Mauss-Copeaux : deux comptes rendus

article de la rubrique les deux rives de la Méditerranée > assumer ensemble un passé commun
date de publication : mercredi 2 mars 2011

Le livre Algérie, 20 août 1955 de Claire Mauss-Copeaux [1] qui a déjà été présenté sur LDH Toulon vient de faire l’objet d’un compte rendu particulièrement élogieux de la part Florence Beaugé dans l’édition du 1er mars 2011 du quotidien Le Monde.
Dès le surlendemain de sa sortie en librairie, le 19 janvier 2011, une critique de cet ouvrage concernant essentiellement les pages 164-165 du chapitre “Aïn Abid” paraissait sur le site Etudes Coloniales [2]. Cet article ayant disparu depuis lors de ce site, nous le reprenons ci-dessous dans son intégralité.

« Parmi les questions que suscitent les récits des événements d’août 1955,
la plus évidente a trait à l’établissement des faits. »

Claire Mauss-Copeaux [3]

Les erreurs de Claire Mauss-Copeaux…