Accéder au contenu principal

Le fantôme est déjà dans l’urne




Le fantôme est dans l’urne
Ce matin, chez le buraliste, un client ose " Bouteflika est réapparu hier, ils l'ont montré"
....un autre " oui mais il est un peu malade",
Le premier "Il a même donné ses instructions fermes et non révisables à Sellal"...
Moi: de toutes les façons, il fera son 4ème mandat c'est sûr!
Regards interloqués de mes interlocuteurs occasionnels...
Moi: oui il va faire un 4ème mandat même à partir du congélateur...ce peuple est tellement apte à l’ânerie qu'il est capable de voter pour lui sans le voir ni l'entendre....nous aurons juste droit à des affiches du Mali, concoctées par le frère de Bouabdellah " celui qui volait sur Air Algérie" et Belkhadem fera la campagne électorale...les yeux de mes interlocuteurs qui s'écarquillent davantage...
Et moi qui rajoute: dites moi franchement, à titre personnel, si Bouteflika se présente à partir du frigo, vous voteriez naturellement pour lui sans le voir, sans l'entendre, sans le toucher, juste avec ses anciens discours et Belkhadem en vedette américaine...le comble, c'est que mon histoire, j'y crois fermement...qui empêchera Bouteflika de se présenter même après sa mort clinique? Et qui pourra lui ravir la première place, Personne, car le peuple algérien est ainsi formaté, il a peur des fantômes...plutôt il craint les fantômes...à ce stade de sa longue carrière, Bouteflika pourrait faire encore plus mal! Qui ne se souvient qu’en 98, le fantomatique Bouteflika, disparu pendant 20 ans, n'est-il pas revenu pour chasser Zéroual, un général aux sourcils si abondants...sans pour autant faire peur au fantôme, ou les dissuader de revenir avec plus d’acharnement et plus de déterminations...Sitôt annoncée la démission de l’homme aux sourcils ombrageux, le premier fantôme à ressusciter fut le FLN, un parti moribond, qui, juste dix ans plutôt ( octobre 88) s’était fait jeter de son piédestal, non loin du cimetière de Bab El Oued….c’est Ali Belhadj, un zombie qui vient de faire des millions de petits sur le bord du Nil, qui lui empruntera alors son linceul pour venir occuper la place des Martyrs…c’est plus pratique, rien de tel qu’un fantôme de pseudo Moudjahid pour raviver et entretenir la crainte de la populace…D’ailleurs on ne sait toujours pas pourquoi aucun Martyr n’est enterré à la place des Martyrs ! C’est peut être de là que vient notre péché originel ! J’ose pas imaginer, lors d’une panne d’électricité, un million et demi de Martyrs quittant leur obscure demeure et remontant en procession vers les palais de la république…Ils s’apercevront très vite que l'Algérie ressemble de plus en plus à ce long sentier longeant un non moins long cimetière...là où règnent les fantômes...dans mon patois bérbéro-punique on dit "Z'ghoughou" c'est mignon non? Alors à défaut de Hamrouche, nous rempilerons pour Z'ghoughou...ça fait déjà 108 jours qu'il nous la joue, alors autant continuer...pour s'amuser, il pourrait convoquer Sellal et Gaïd Salah la nuit, du coté de la pinède de Bouchaoui...je suis sûr qu'ils se feront accompagner de Bencherif...le croque mort de Chaâbani est expert en enterrement nocturne et en congélation de cadavres (Amirouche et Si El Haouès) ...d'ailleurs il est le seul à continuer à écrire à Z'ghoughou, c'est bien la preuve qu'il s'y connait...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…