Accéder au contenu principal

Le fantôme est déjà dans l’urne




Le fantôme est dans l’urne
Ce matin, chez le buraliste, un client ose " Bouteflika est réapparu hier, ils l'ont montré"
....un autre " oui mais il est un peu malade",
Le premier "Il a même donné ses instructions fermes et non révisables à Sellal"...
Moi: de toutes les façons, il fera son 4ème mandat c'est sûr!
Regards interloqués de mes interlocuteurs occasionnels...
Moi: oui il va faire un 4ème mandat même à partir du congélateur...ce peuple est tellement apte à l’ânerie qu'il est capable de voter pour lui sans le voir ni l'entendre....nous aurons juste droit à des affiches du Mali, concoctées par le frère de Bouabdellah " celui qui volait sur Air Algérie" et Belkhadem fera la campagne électorale...les yeux de mes interlocuteurs qui s'écarquillent davantage...
Et moi qui rajoute: dites moi franchement, à titre personnel, si Bouteflika se présente à partir du frigo, vous voteriez naturellement pour lui sans le voir, sans l'entendre, sans le toucher, juste avec ses anciens discours et Belkhadem en vedette américaine...le comble, c'est que mon histoire, j'y crois fermement...qui empêchera Bouteflika de se présenter même après sa mort clinique? Et qui pourra lui ravir la première place, Personne, car le peuple algérien est ainsi formaté, il a peur des fantômes...plutôt il craint les fantômes...à ce stade de sa longue carrière, Bouteflika pourrait faire encore plus mal! Qui ne se souvient qu’en 98, le fantomatique Bouteflika, disparu pendant 20 ans, n'est-il pas revenu pour chasser Zéroual, un général aux sourcils si abondants...sans pour autant faire peur au fantôme, ou les dissuader de revenir avec plus d’acharnement et plus de déterminations...Sitôt annoncée la démission de l’homme aux sourcils ombrageux, le premier fantôme à ressusciter fut le FLN, un parti moribond, qui, juste dix ans plutôt ( octobre 88) s’était fait jeter de son piédestal, non loin du cimetière de Bab El Oued….c’est Ali Belhadj, un zombie qui vient de faire des millions de petits sur le bord du Nil, qui lui empruntera alors son linceul pour venir occuper la place des Martyrs…c’est plus pratique, rien de tel qu’un fantôme de pseudo Moudjahid pour raviver et entretenir la crainte de la populace…D’ailleurs on ne sait toujours pas pourquoi aucun Martyr n’est enterré à la place des Martyrs ! C’est peut être de là que vient notre péché originel ! J’ose pas imaginer, lors d’une panne d’électricité, un million et demi de Martyrs quittant leur obscure demeure et remontant en procession vers les palais de la république…Ils s’apercevront très vite que l'Algérie ressemble de plus en plus à ce long sentier longeant un non moins long cimetière...là où règnent les fantômes...dans mon patois bérbéro-punique on dit "Z'ghoughou" c'est mignon non? Alors à défaut de Hamrouche, nous rempilerons pour Z'ghoughou...ça fait déjà 108 jours qu'il nous la joue, alors autant continuer...pour s'amuser, il pourrait convoquer Sellal et Gaïd Salah la nuit, du coté de la pinède de Bouchaoui...je suis sûr qu'ils se feront accompagner de Bencherif...le croque mort de Chaâbani est expert en enterrement nocturne et en congélation de cadavres (Amirouche et Si El Haouès) ...d'ailleurs il est le seul à continuer à écrire à Z'ghoughou, c'est bien la preuve qu'il s'y connait...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…