Accéder au contenu principal

Stupides croisières sur le Nil

Avec la proclamation de l’État d'urgence, le pays des pharaons est plus que jamais sur nos traces... une tragique revanche des descendants des Koutama sur l’Égypte qui a toujours eut du dédain et bcp de mépris pour l'Algérie et pour la révolution Algérienne, avec en prime, cette  arrogance digne d'Oum eddounia...Car, avec un peu de jugeote, Essissi aurait évité de marcher dans les pas de Nezzar...mais puisque le modèle algérien a fait école, il faut que l’Égypte viennent chercher les "Maitres à penser" chez nous....il se trouve que Nezzar est encore disponible et il se fera un plaisir d'aller encore une fois se rendre utile....mais pour Boudiaf et Bouteflika c'est un peu tard...comme chacun sait combien ce dernier est irremplaçable, ils feront sans lui...pour le souffleur sur braise, Ali Belhadj et Abbassi sont encore valides...et puis, pour les statistiques macabres, Ouyahia, Boudjerra et Belkhadem sont en semi retraite, une petite clandestinité dans le delta du Nil ou du coté d'Assiout ne leur déplairait point...
Cerise sur le gâteau, ça boosterait notre commerce extérieur, d'autant que Chakib Khalil et ses suceurs-boys sont en convalescence avancée...pour les haches, les marmites, les coutelas, les bombes au nitrate, s'adresser au Hamas local du coté de Ghaza, connus pour ses accointances avouées à notre Nahnahisme national, parfait tremplin pour les apprentis égorgeurs en mal de sang...après tout nos ancêtres ont bien construit le Caire, quoi de plus normal que ce soit des génies Algériens qui inspirent la tragédie égyptienne qui se joue en cet instant de certitude vaseuse...contrairement à la bien-pensance nationale, je suis persuadé qu'une révolte islamique n'a besoin ni des montagnes de Kabylie, ni de celles du massif de Collo ou de l'Ouarsenis...elle a juste besoin d'une bonne dose d'inculture, d'une pseudo élite aseptisée par la naphtaline des salons de Zakazik ou du val d'Hydra, d'une population excédée par un pouvoir grabataire et par un parti unique arrogant...et de la chair à canons à bon marché...qui ne déteste point les marches à pas forcés sous la conduite éclairée des opportunistes de tous bords... très vite, la couleur glauque du Nil va rapidement viré au rouge sang des enfants d’Égypte...dont les corps boursouflés viendront s'échouer sur les felouques bondées de touristes américains...en mal de coups d'états...rien de tel pour leur rappeler qu'en matière de massacres de populations indigènes, ils sont toujours imbattables...ne sont-ce pas eux qui subventionnent à coup de dollars l'armée Egyptienne? Pour rien au monde, ces amerloques, dont peut etre Chakib Khali et sa famille, Bédjaoui aussi, Green-Card oblige, pourront venir contempler le spectacle...sans se soucier le moins du monde de l'avis de recherche d'Interpol...Tous le monde sait que l'Egypte n'a jamais extradé un dictateur, meme lorsque ce dernier est poursuivi par le TPI, alors le petit juge de Sidi Mhamed!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits