Accéder au contenu principal

Stupides croisières sur le Nil

Avec la proclamation de l’État d'urgence, le pays des pharaons est plus que jamais sur nos traces... une tragique revanche des descendants des Koutama sur l’Égypte qui a toujours eut du dédain et bcp de mépris pour l'Algérie et pour la révolution Algérienne, avec en prime, cette  arrogance digne d'Oum eddounia...Car, avec un peu de jugeote, Essissi aurait évité de marcher dans les pas de Nezzar...mais puisque le modèle algérien a fait école, il faut que l’Égypte viennent chercher les "Maitres à penser" chez nous....il se trouve que Nezzar est encore disponible et il se fera un plaisir d'aller encore une fois se rendre utile....mais pour Boudiaf et Bouteflika c'est un peu tard...comme chacun sait combien ce dernier est irremplaçable, ils feront sans lui...pour le souffleur sur braise, Ali Belhadj et Abbassi sont encore valides...et puis, pour les statistiques macabres, Ouyahia, Boudjerra et Belkhadem sont en semi retraite, une petite clandestinité dans le delta du Nil ou du coté d'Assiout ne leur déplairait point...
Cerise sur le gâteau, ça boosterait notre commerce extérieur, d'autant que Chakib Khalil et ses suceurs-boys sont en convalescence avancée...pour les haches, les marmites, les coutelas, les bombes au nitrate, s'adresser au Hamas local du coté de Ghaza, connus pour ses accointances avouées à notre Nahnahisme national, parfait tremplin pour les apprentis égorgeurs en mal de sang...après tout nos ancêtres ont bien construit le Caire, quoi de plus normal que ce soit des génies Algériens qui inspirent la tragédie égyptienne qui se joue en cet instant de certitude vaseuse...contrairement à la bien-pensance nationale, je suis persuadé qu'une révolte islamique n'a besoin ni des montagnes de Kabylie, ni de celles du massif de Collo ou de l'Ouarsenis...elle a juste besoin d'une bonne dose d'inculture, d'une pseudo élite aseptisée par la naphtaline des salons de Zakazik ou du val d'Hydra, d'une population excédée par un pouvoir grabataire et par un parti unique arrogant...et de la chair à canons à bon marché...qui ne déteste point les marches à pas forcés sous la conduite éclairée des opportunistes de tous bords... très vite, la couleur glauque du Nil va rapidement viré au rouge sang des enfants d’Égypte...dont les corps boursouflés viendront s'échouer sur les felouques bondées de touristes américains...en mal de coups d'états...rien de tel pour leur rappeler qu'en matière de massacres de populations indigènes, ils sont toujours imbattables...ne sont-ce pas eux qui subventionnent à coup de dollars l'armée Egyptienne? Pour rien au monde, ces amerloques, dont peut etre Chakib Khali et sa famille, Bédjaoui aussi, Green-Card oblige, pourront venir contempler le spectacle...sans se soucier le moins du monde de l'avis de recherche d'Interpol...Tous le monde sait que l'Egypte n'a jamais extradé un dictateur, meme lorsque ce dernier est poursuivi par le TPI, alors le petit juge de Sidi Mhamed!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…