Accéder au contenu principal

Les céréaliers entre craintes et optimisme

 Au moment où l'OAIC et Benamor se liguent pour imposer - bien maladroitement- les blés Français, sans le moindre sourcillement de Rachid Benaïssa, le très visible ministre de l'agriculture, voici un article paru dans El Watan, il y a de cela 2 ans et qui est d'une cruelle actualité: 
PS. l'article n'est plus visible sur El Watan et je ne sais pas pourquoi!

Les céréaliers entre craintes et optimisme


Alors que depuis les premières années post-indépendance, l’Algérie  est confronté à une production de céréales jamais égalée auparavant, il se trouve qu’à quelques semaines des premières  moissons, les céréaliculteurs serrent les dents. Les moissons de l’année 2009, qui auraient largement dépassé les 65 millions de quintaux  sont encore en train  d’encombrer les silos de l’ensemble du pays. L’Alternative d’un usage domestique pourrait sauver la prochaine campagne et renforcer l’autosuffisance alimentaire. Il suffit d’en payer le prix.

Il est évident que la moisson record de 2009 aura pris de court les autorités et les opérateurs économiques du pays. Contre toute logique, alors que les céréales débordaient de partout, on aura noté dès l’automne une grosse commande auprès des fournisseurs habituels. Au lieu de se pencher sur cette récolte exceptionnelle, en vue d’un usage raisonné allant dans le sens des intérêts du pays et de ses agriculteurs, on s’est laissé emporter par  les vieux réflexes. Si bien qu’à la vue des immenses champs de blé qui commençaient à poindre à travers les grandes zones de production, on s’est alors rendu compte que non seulement la prochaine récolte allait dépasser les records précédents mais que le pays n’était pas en mesure de faire face à cette richesses que personne n’attendait. C’est dans cette ambiance délétère et totalement anachronique que le premier responsable de l’OAIC lancera un premier ballon d’essai à l’intention des meuniers privés, qui rechignaient à s’approvisionner auprès de son organisme. Un véritable bras de fer s’engagea, avec menaces à l’appui de ne plus faire bénéficier les opérateurs privés du circuit de l’OAIC.
 C’est alors que l’on s’est rendu compte que la récolte de 2009 était encore dans les silos et qu’une grande partie était constituée d’orge dont personne ne voulait.
Cette situation paradoxale demeure à ce jour inexplicable pour les producteurs qui auront redoublé d’efforts afin que la récolte de 2010 soit une confirmation de la précédente. Selon de nombreux observateurs avertis il n’est pas exclu qu’au vu de l’état des parcelles, les moissons pourraient dépasser toutes les prévisions. Car personne ne leur aura expliqué que les contrats d’achat de blé auprès des traders étrangers sont pluriannuels. Il peuvent s’étaler sur 3 à 5 ans, avec la possibilité pour le client d’échelonner ses enlèvements en fonction de ses besoins.

 L’importation mise à mal
Pendant que les moissonneuse batteuses s’chauffent du coté de Aïn Témouchent et de Mostaganem, les zones les plus précoces de l’Algérie du nord, les fellah de l’intérieur du pays scrutent l’horizon. Les dernières pluies d’avril et de mai auront été d’un apport considérable dans la formation des grains. Les premiers épis d’orge et de blé tendre commencent à pencher dangereusement vers le sol. Assurément, les rendements seront par endroits supérieurs à 60 Qx, voire à 70 Qx. De quoi faire réfléchir tous les opérateurs d’ici et d’ailleurs. Car il n’aura échappé à personne que depuis les mesures de soutiens à la céréaliculture, notamment avec des prix d’achat largement supérieurs à ceux en vigueur sur le marché mondial, céréaliculture ayant bénéficié des espaces réservés habituellement à la pomme de terre et aux maraichages. Le constat fait au niveau de Tiaret, Maghnia, Sidi Bel Abbès et Tiaret est très instructif à cet égard. Les bonnes terres ne sont plus l’apanage des cultures spéculatives. C’est pourquoi les rendements en céréales risquent de faire mal à l’importation.
Par contre, en ce qui concerne les orges, contrairement aux blés dur et tendre, la récolte de l’année dernière n’aura pas été utilisée à bon escient. On sait que cette céréale à cycle court sert essentiellement à l’alimentation animale. Il se trouve qu’on continue de privilégier l’alternative de l’exportation, oubliant que depuis un demi-siècle, l’Algérie a déserté le marché à l’export et qu’il n’est pas donné au premier venu de vendre sur ces places dominantes.

L’orge au secours de l’élevage
Chez les spécialistes, on préfère lorgner du coté d’un usage domestique de ces millions de Qx d’orge qui encombrent dangereusement les silos. Parmi les chercheurs de l’ex ITA de Mostaganem, on met en relief l’énorme travail expérimental effectué dans la substitution du Maïs par l’orge. En effet, dans l’alimentation du poulet de chair et de la poule pondeuse, le remplacement intégral du Maïs par l’orge locale aura donné des les mêmes performances de croissance et de production. San entrainer la moindre perturbation chez les animaux. Seulement, aucun organisme spécialisé en aviculture ne daignera se passer du Maïs dont la totalité est importée à coups de devises fortes.  Ils sont très nombreux à soutenir que la première des solutions pour absorber les énormes quantités d’orge serait d’en nourrir les milliers d’élevage avicoles du pays. Mais personne ne se fait d’illusions à ce sujet, sans une décision politique forte, qui songerait à cesser l’achat de Maïs étranger?
De leurs cotés, les gros producteurs de Tiaret, Sétif, Guelma, Annaba et Constantine se sont rencontrés pour la première fois à l’Est du pays. Outre les échanges d’expériences, ils sont mis à profit cette rencontre pour rappeler que la filière est à la croisée des chemins. Personne parmi la quarantaine de céréaliers présents  n’aura oublié de souligner que les rendements pourraient augmenter et se rapprocher de ceux des payas performants si les services concernés mettaient un peu d’ardeur dans l’approvisionnement en intrants. En effet, depuis quelques années, la filière se trouve confrontée à des livraison tardives de semences, d’engrais et de produits phytosanitaires. L’exemple de l’infestation des champs par la tache auréolée rapporté par El Watan dans son édition du 29 mars dernier est cité en exemple. Si une grande partie de la récolte a été sauvée, c’est bien parce qu’à l’époque, de hauts responsable étaient intervenus pour faire sortir 8500 litres de  fongicide qui étaient bloqués au port d’Alger. Cet exemple n’est pas le seul, loin s’en faut. A l’évidence, les fellah, grâce à une mobilisation sans faille et au réel soutien de l’Etat, sont en train de relever le défi de l’autosuffisance alimentaire. Déjà on signale çà et là des transferts d’orge vers les zones pastorales. L’opération devra soulager les silos du nord et rassurer les fellah quant à une implication sans faille de l’Eta dans cette opération de longue haleine. Avec le temps, il sera toujours possible d’inciter les fellah à diversifier leurs cultures et à remplacer les orges par des céréales plus nobles.
  Mostaganem le 19 mai 2010

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …