Accéder au contenu principal

Que cesse la république des coquins et des copains





Douze ans après avoir été empêché de tenir un meeting avec plus de 800 élus dans la grande salle bleue de la maison de la culture de Mostaganem, Ali Benflis a pris une belle revanche sur l’histoire à l’occasion de sa 45ème étape de la campagne pour le présidentielle. En arrivant à l’entrée de la maison de la culture, le candidat a eut beaucoup de difficultés à accéder au salon d’honneur. Face une salle archicomble, ce qui obligé les organisateurs à faire asseoir le public à même le sol séparant la scène du public. Entamant son discours par des rappels sur l’histoire de la région, depuis la bataille de Mazagran du 27 aout 1558 sans oublier les attaques ayant ciblé, la nuit du 1er novembre 54, les localités de Hadjadj et de Sidi Ali, l’orateur à appelé les jeunes générations à être fières de leur histoire et de leur martyrs, citant particulièrement les chahid Benabdelmalek Ramdane, membre des 22 historiques mort l’après mid du 4 novembre 1954 dans la localité de Sidi Lakhdar.  Il n’omettra pas se citer Bordji Amor, le véritable organisateur de la résistance dans le Dahra et compagnon de Benabdelmalek Ramdane, tombé au champ d’honneur le 22 décembre 1954, 48 jours après son compagnon. Ensuite l’orateur s’en est pris sans jamais le nommer au candidat président, soulignant que dans le cas où je suis élu, jamais je ne ferais appel dans mon gouvernement à mes frères, ni à mes amis, ni à des gens de ma région. Si je suis élu, je m’attacherai à faire en sorte que toutes les régions soient représentées à travers leurs compétences. 



Parlant des 15 années passées, il dira qu’elles furent des années de dépravation, de corruption et de pots de vin, ajoutant que les bilans qui sont présentés ne reflètent aucune réalité, notamment en ce qui concerne la construction de logements dont les chiffres annoncés sont très loin de la réalité puisque le pays le dispose pas de capacité pour construire 1 million de logements. Poursuivant sur ce volet, il dira sa détermination à réduire la durée d’incessibilité des logements AADL et promotionnel tout en veillant à augmenter le revenu exigible- 23.000 DA-  ouvrant droit au logement social, ceci dira-t-il afin de permettre à d’autres catégories d’être éligibles à ce type de logement. Rappelant le potentiel agricole de la région, Ali Benflis dira sa résolution à changer de fond en comble les textes régissant les terres de l’état, en proposant le retour à la formule de concession pour 99 ans et la possibilité pour les enfants des bénéficiaires d’hériter des titres de leurs parents. Fustigeant le conseil constitutionnel pour avoir fermé l’œil sur le dossier médical et sur la validité des 4 millions de signatures récoltées en 48 heures par « l’autre partie » ; Ali Benflis martèlera que la république des passes droits et du non droit, celle de la fraude et des mandats sans fin est appelée à disparaître, ajoutant qu’il prévoit d’ajouter une clause à la prestation de serment, qui consacrera définitivement les deux mandats. En conclusion, il aura une pensée à la mémoire de feu  Mustafa Benzaza, dont il avait lui-même prononcé l’oraison funèbre en octobre 2003, alors que le FLN faisait l’objet d’attaques frontales.

























Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…