Accéder au contenu principal

A 7 jours du purgatoire



Apparemment, l'âgé aidant, j'aurai quelques soucis de coordination...c’est ce que me reproche un anonyme suite à mon article  « L’ANP face à la tentation portugaise » publié sur « Algérie patriotique» (http://algeriepatriotique.com/article/l-anp-face-la-tentation-portugaise). Quoi de plus normal que de dire ce qui semble juste, alors que le pays est réellement arrivé à la fin d'un cycle...la contribution consistait justement à faire éviter au pays toute forme de dérive même contrôlée, on sait ce que ça a donné en octobre 88...la montée de l'islamisme, la victoire du FIS aux élections locales, la grève insurrectionnelle...la seconde victoire du FIS, l’arrêt du processus, la guerre civile et ses 67.000 victimes...je dis bien 67.000 et j'ajouterais à l'intention de ceux que ça choque que ça fait tout même bcp...en tant que citoyen ayant un pied dans la guerre de libération et l'autre dans la période post indépendance, je m'autorise le droit de dire ce qui ne va pas dans mon pays et pour mon pays...je le fais par la parole et par l'écrit...lorsque durant la décennie rouge sang j'avais accepté avec fierté de diriger une institution, les services de sécurité sont venus me proposer une protection et une rame de poing, j'ai refusé les deux formules, estimant que je n'étais en guerre contre personne et que j'avais une mission de formation supérieure dont je m'acquitte encore avec dévotion...la sécurité des biens et des personnes c'est l'affaire des services de sécurité et accessoirement de l'armée...lorsqu'en 88 l'ANP était sortie dans la rue, lorsque je voyais les chars parader dans les rues d'Alger, lorsque notre ARMEE NATIONALE s'est mise à tirer sur mes compatriotes, je n'ai pas retenu mon chagrin...c'est à mon sens un tournant dont l'ANP devra se souvenir longtemps et peut être ad vitam aeternam...mon jeune demi frère qui était au service national a été ramené de Tindouf...ce fut pour moi un choc sans fonds que de voir mon peuple se faire tirer par son armée...le 23 aout 55, j'ai vu l'armée coloniale raser notre mechta, emmener notre bétail et enlever nos hommes...j'ai été élevé dans cet état d'esprit...que l'ennemi c'est l'armée d'occupation, lorsque durant 7 années les moudjahidines venaient prendre des provisions et des médicaments dans la ferme qui servait de Markaz, sur les hauteurs de Skikda, je savais faire la différence entre une armée d'occupation et une armée nationale, moi l'ALN je l'ai vu naitre sur les collines du Béni Mélek et sur les monts d'El Alia...cette armée là, je l'aime plus que tout, car elle est née dans ma chair...vous comme moi constatons que l'homogénéité de l'ANP est en danger et ce danger vient du fait qu'un clan du pouvoir veut se maintenir au détriment de l'Algérie et de son image...lorsque la Nation court vers le danger, il nous appartient à tous de tirer la sonnette d'alarme et de ne pas se complaire dans une position confortable de rentier...je sais que ça n'est pas facile de se dire les vérités...car elles dérangent...mais lorsque des officiers supérieurs prennent la parole pour faire étalage de leurs états d'âmes et souvent de leurs convictions profondes, voire de leur abattement, j'ai estimé qu'il était de mon devoir de parler...l'analogie avec la révolution Portugaise n'est pas fortuite car elle a l'avantage de préserver l'essentiel, c'est à dire la cohésion de l'ANP...voyez-vous cher contradicteur anonyme, sans la cohésion de l'ANP, il n'y a point de salut! L’avantage de la solution Portugaise c'est de faire en sorte que nous allions vers une transition sans douleur et sans un seul coup de feu de sommation! Je continue de croire, peut être est-ce de l'entêtement -j'ai du sang berbère dans les veines-, que sans la cohésion de l'armée il en sera fini de l'Algérie...cette Algérie que notre peuple à extirpée des mains coloniales au prix le plus fort...personne ne peut s'arroger le droit de mettre en danger la cohésion nationale, pas même le général Toufik, ni celui en charge du vice ministère de la défense...en tant que pupille –indisciplinée- de la Nation, je m'arroge le droit de le dire haut et fort.
 7 jours pour éviter le purgatoire
C'est parce que des erreurs ont été commises, que nous avons acceptés de les minimiser, voire de les taire, que nous en sommes là aujourd'hui...au lieu d'aller jubiler face à la déroute du FC Barcelone, je suis là à ruminer une réponse à ceux qui me font l'honneur d'accepter de débattre du pays et de son devenir...le 17 avril on sifflera la fin du 1er tour! Songez-vous un seul instant que quelque soit le résultat au soir du 17 avril, l'Algérie aura déjà mis un pied dans l'enfer ? Je vous laisse le choix entre l'hypothèse d'une victoire de Bouteflika ou de celle de Benflis...et celle peu probable d'un second tour entre qui vous savez et qui vous ne savez pas...c'est cette inconnue qui fera que l'ANP aura la redoutable tache de maintenir sa propre cohésion...qui est primordiale que je sache...dans le cas inverse, que feriez-vous? je ne serais plus là pour essuyer vos larmes...a moins d'être aveugle, quelque soit l'issue du 1er tour, au vu du déroulement de la campagne...le pire est à venir...si le dire pendant qu'il est encore possible de le dire est malvenu, veuillez m'excuser de ne pas partager votre béatitude...j'ai les 5 sens rivés sur la campagne et mon thermomètre ne m'a jamais trompé...si vous avez cassé le votre, entendez l'appel de la sagesse: jamais le pays n'a été aussi proche de la catastrophe...alors si un jeune Carvalho indigène voulait bien se dévouer pour désavouer tous ces saltimbanques qui se comportent en terrain conquis, nous lui en serions reconnaissants pour la restant de nos jours. Nous savons tous que durant 52 ans que la fraude n’a servi que le système en place, il serait temps que le système en place change sa méthode et en « intra muros »...pas de chars, pas de baïonnettes, pas de foules, pas de place Tahrir à Alger...notre place Tahrir s'appelle Sahate Echouhada (Palce des Martyrs)...ce n'est pas pour rien...il faudra bien faire entendre raison aux uns et aux autres...et se préparer à revenir à l'essentiel: un consensus avec des personnalités nationales et consensuelles et une constituante qui nous mènera vers un véritable Etat de Droit...regardons un peu vers l'Est et le peuple Tunisien avec ses élites ! Ils sont là pour nous prouver qu'on peut faire table rase de nos errements et construire ensemble l'espoir...en se jetant des œillets à la figure, moi, ça me convient parfaitement...il nous reste 7 jours...sinon à nous le purgatoire…qu'à Dieu ne plaise...

Commentaires

  1. cher AZIZ; nous sommes fait de la même patte:moi aussi avec ma mére et ma grand mére nous avons fait les camps de concentration de l'armée française,mais parents on souffert par la torture ect...je me rappel que un capitaine de la sm française a minuit on fait éruption chez nous ils ont détruits tout ce qui brillé a la maison enfin l'histoire est longue et chaque algérien peut raconter son histoire, ;mais pour moi ceux qui non rien fait en 2008 pour le changement de l la constitution et son aller pendant dix ans a l'école des subterfuges,je ne peut pas les bénir sinon je serais complice. .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord sur toute la ligne et surtout Gloire à nos martyrs mon frère de luttes...affectueusement Aziz

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…