Accéder au contenu principal

Demain, je vote Bouteflika


Est-ce un simple hasard si un an jour pour jour après son AVC, Abdelaziz Bouteflika se reconduit à la tête du pays pour la 4ème fois? A l'allure avec laquelle s'est conclue l'affaire, il y a fort à parier que le hasard n'y est strictement pour rien. Tout algérien normalement constitué, savait qu'une fois revenu aux affaires, Bouteflika n'allait surement pas se faire prendre une seconde fois! Et c'est là où ça fait mal, car  il faudra bien se rendre aux deux évidences suivantes: d'un, après son éviction de la course à la mort de Boumediene et suite à sa condamnation par la Cours des Comptes,- curieusement, il était le seul apparatchik à avoir droit à ce traitement, à croire qu'il était seul à s’être un peu mélangé les poches-, ce qui en faisait un revanchard assermenté et un adversaire redoutable, c'est à dire prêt à toutes les compromissions et à toutes les ruses pour reprendre "la place perdue" et de deux: qu'une fois revenu, il allait accepter comme le ferait un agneau, de repartir et de se faire encore une fois trainer dans la boue, ainsi que ses proches et amis...bonne transition, s'il y a une chose qui fait plaisir chez Bouteflika, c'est bien la notion qu'il développe s'agissant de l'amitié! Lui qui aura tant souffert de son exil et de sa mise à l'écart, il a eut tout le temps pour se faire une idée précise du retournement de vestes. Si bien qu'une fois revenu aux premières loges, son souci premier fut de faire subir - sans en avoir l'air- les pires humiliations à ses adversaires d'antan, dont certains iront jusqu'à se coucher pour un bristol à la Toussaint. 

 

Benflis à l’Élysée

Ceux qui sont allés le chercher de son exil étaient-ils à ce point naïfs pour croire qu'une fois plié le premier mandat, il allait prendre le premier avion pour Genève. Sans doute l'eut-il fait si lors de la présidentielle de 1999, des responsables, probablement dans la hiérarchie militaire,  ne s'étaient arrangés pour dissuader les six cavaliers qui devaient lui servir de faire valoir qui se sont volatilisés avant le scrutin. Il était évident que ce retrait était destiné à faire élire un Bouteflika grandement amoindri, et lui même ne s'en était point caché, puisque face au premier micro tendu, il dira haut et fort qu'il ne sera « jamais un trois quart de président »! La messe était dite! L'élection ayant été superbement entachée à cause de l'absence de candidats crédibles, Bouteflika s'acharnera dès l’automne, à organiser le référendum de la réconciliation. Une manière bien cavalière de tâter de sa popularité et surtout de démontrer à ceux qui l'ont mal élu qu'il savait déplacer les curseurs. Pourtant la leçon n'a pas été apprise, puisque dès janvier 2002, on ne sait par quel subterfuge, son chef de gouvernement Ali Benflis, se fait filmer - une première pour un PM Algérien- sur le perron de l'Elysée, en compagnie de Jaques Chirac...un autre bras de fer venait de commencer. Soutenu publiquement par le chef l'EM de l'ANP, Benflis ne cachait plus ses ambitions et surtout ses soutiens. Il s'en suivra une véritable débâcle électorale, y compris dans son fief tribal de Batna. Les choses auraient pu en rester là, pour peu que l’on trouva quelqu'un pour atténuer la grande méfiance de Bouteflika vis à vis du système. Mais le mal était fait et jamais un climat de confiance ne sera établi entre le président et les décideurs. 

 

Les fantasmes ont la vie dure

D'où le dynamitage du verrou constitutionnel relatif au nombre de mandat. Intervenu en 2008, ce coup d'état parlementaire pétrifia les décideurs qui laisseront faire sans broncher. Mais il semble que le coup fatal, celui qui mettra Bouteflika dans tous ses états, est celui intervenu juste après son AVC. De toutes parts, couraient le bruit de l'imminence de l'activation de l'article 88. Avec à la clé une gestion catastrophique de l'évènement, d'aucuns ayant même agité le spectre de la solution biologique. Une méprise que rien pouvait justifier en terre de croyances, où la foi en Dieu s'invite à tous les instants "el a3mar bi aydi Allah" (seul Allah dispose de la vie). Pourtant, laissant de coté la vieille maxime nationale, faisant abstraction de toute forme de retenue, d'aucuns s'en allèrent prêchant, comme des oiseaux de mauvais augures, la terrible sentence!  Ce qu'ils ne pouvaient faire à la régulière, en un combat singulier, comme de vrais seigneurs des temps anciens, ils vont le confier à la maladie! Sauf que devant tous les maux, chacun s'en sort comme bon lui semble, selon ses propres moyens. Et ici plus qu'ailleurs, il faut toujours une exception pour confirmer la règle. Même diminué, aphone, affaibli et sans doute fortement contrarié, Bouteflika semble ressusciter tel un vieux phœnix. Ayant mis en place une écurie de fidèles prêts à faire sauter la baraque, après avoir superbement neutralisé toutes les formes de velléités, y compris celles  en kaki, le voilà repartis pour un 4ème tour de piste. Combien même, de toutes parts s'élèvent des voies indignées du sort fait à l'Algérie, il faudra se rendre à l'évidence, même complètement malade, Bouteflika a eut raison de ses adversaires...quelques parts, sa roublardise, son coté félin et une généreuse baraka l'auront plutôt bien servis! S'il est vrai qu'il n'entrera pas dans l'histoire pour ses réalisations économiques, ni pour ses avancées démocratiques, il restera le président qui aura terrassé le système et qui l'aura définitivement discrédité...surtout que de toutes parts, on le donnait pour fini! Reconnaissons lui au moins cela et si jamais nous étions encore là en 2019, osons enfin voter pour lui, car il est la preuve que nos fantasmes ont la vie dure, alors que lui, à chaque fois qu'on le croyait battus, il relève la tête sans bouger...S'il est aussi fort, c'est que quelques parts, nous sommes bien faibles...je sais que ça n'a pas l'air de plaire aux Américains, mais qu'est-ce qu'on en à à foutre du message d'Obama? L'Algérie ne manque pas de cataplasme que je sache!

 

Changer la raison plutôt que le peuple

Alors, maintenant que Bouteflika a les coudées franches, malgré les séquelles visibles et les  souffrances que l'on imagine, il serait peut être temps de faire, chacun à son niveau, son mea culpa...et ne jamais jeter l'opprobre au peuple - n'est-ce pas Saïd Saadi?-, mais d'abord en se regardant dans les yeux...car le peuple qui a fait élire Bouteflika est toujours là! Qu'attend-il de nous? Il attend qu'on lui donne les clés de l'énigme...rien ne vaut une bonne analyse des soubassements de la crise...Bouteflika n'en est que le révélateur...autrement, nous passerons encore une fois à coté de la plaque...Car Bouteflika n'est pas tombé du ciel et il ne fait pas partie d'une génération spontanée...focaliser sur lui est très facile mais ça ne rapporte rien à la biologie glauque du système algérien...ceux qui savent, se souviennent où il était à attendre son heure, car lui savait qu'il suffisait d'attendre...que le fruit tombe pour s'en emparer...venir maintenant pérorer sur le 4ème mandat, c'est un peu court...d'autres que moi savaient depuis 1994 qu'il reviendrait à la tète du pays...qui n’avait plus de tètes ! Alors mille excuses mes amis, mais il ne faut pas prendre l'ombre pour la proie...et surtout accuser indéfiniment le peuple...d'autres l'ont formaté bien avant le retour de Bouteflika...une autre vérité qu'il serait vain de nier...à chaque fois qu'il s'est présenté, il a obtenu la majorité des votants...et pour enfoncer davantage le clou, rappelons nous que le seul candidat hors système qui a remporté les élections ça reste le Fis et à deux reprises...en 90 pour les locales et en 91 pour les législatives...je sais que ce sont des vérités qu'on oublie de voir en face...mais elles s'imposent à nous...L’élite c’est aussi la clairvoyance, la fidélité, la lucidité et le bon sens…nous n’avons pas le droit d’avoir raison contre notre propre peuple ! Sauf à changer la raison…


Commentaires

  1. une analyse que peu ajouter du piment

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour cher ami

    hélas je n'ai plus retrouvé la page aujourd'hui pour te répondre .
    Alors je le fais ici .

    C'est une très bonne analyse de mon point de vue car elle établit un fait réel ,une vérité compte tenu d'un constat à partir d'un retour sur la courte histoire de notre pays depuis l'indépendance et du parcours de cet homme non dépourvu de qualités notamment celle de chef .Il faut en avoir une sacrée dose d'intelligence de hargne ,de culot et de ruse pour parvenir à donner un grand coup de pied dans la fourmilière du système ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'a pu réaliser .

    Je disais il y a juste quelques jours à un ami à ce sujet :
    "personnellement je n'aime pas sa façon de gouverner en famille (frères ,soeur tous conseillers sans compter le clan de Tlemcen-Oujda).Seulement dis je il faut lui reconnaître une force du diable .Pour arriver à ses fins,Il aura réussi à diviser la population réduite en un amas de tribus (émergeance de luttes inter-ethnique comme dans le M'zab),à faire ressurgir les démons du régionalisme partout (de l'Est à l' Ouest et du centre au Sud ),à provoquer ou laisser faire des guerres de religions (chrétiens contre musulmans en Kabylie ,ibadites contre wahabistes à Ghardaia et salafisme qui ressurgit doucement mais sûrement à travers tout le pays )."

    Il aura réussi à démolir par ailleurs toutes les institutions du pays et la plus organisée d'entre elles, l'armée qui aura survécu à une guerre civile des plus barbares mais qui n'a pas échappé au tsunami de ces deux dernières années .Cette armée justement qui était responsable de sa longue traversée du désert qui se mesure en décennies ! Une sacrée vengeance que les plus avertis avaient ressentie comme sa raison d'être au pouvoir dès les premières années du premier mandat .
    Jusque là nos opinions se rejoignent .

    En ce qui concerne le titre donné à cette analyse des plus judicieuses ,le problème de Bouteflika aussi bien que pour sa"garde rapprochée" c'est ce sacré paramètre qui leur échappe totalement comme pour chacun de nous sur cette Terre ,le Temps !
    De l'avis des plus éminents spécialistes Français notamment puisque le président s'était fait soigner et suivre en France, rapporté par la presse étrangère , l'AVC étant sévère ,il ne demeurera pas sans de graves séquelles compte tenu d'autres maladies qui l'affectent et de son âge .

    Le problème est que demain est incertain autant pour lui que pour l'avenir du pays et de notre peuple ,nos gouvernants depuis plus d'un demi-siècle ayant consacré plus de temps à penser à bien s'accrocher au "koursi" plutôt qu' à prévenir des cas de figure qui ne préviennent pas pouvant mettre en péril la République en raison d'institutions factices et de constitutions faites sur mesure pour un seul homme quand il accède au pouvoir ! "Les hommes passent la République demeure" est une règle toujours ignorée chez nous .Ainsi nous avons à chaque étape ,à chaque disparition ou départ d'un simple chef d'Etat frôlé le chaos !

    Je terminerai avec ceci je demeure pessimiste car rien n'a été fait dans ce domaine précis au temps des vaches grasses et en temps de paix .Comment concevoir dans ce cas que tout serait possible en période de crise multiforme plus grave que la décennie du terrorisme et au moment où la courbe des dividendes rapportés par les hydrocarbures va bientôt atteindre le seuil critique de l'avis de tous les experts économiques internationaux (en 2016 la balance commerciale sera déficitaire et vers 2020 -2024 c'est le RDV avec le FMI )
    Personne ne sait exactement de quoi sera fait demain .Déjà dans l'ombre il est certain que des clans cherchent des solutions ,des paliatifs au cas où ,mais concernent-t-ils le devenir de notre nation ou celui de clans qui ne cherchent d'abord et avant tout qu'à préserver leurs intérêts personnels,un réflexe pavlovien bien ancré dans leus gènes !

    amicalement

    sadek

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …