Accéder au contenu principal

Plaire à Obama sans fâcher Poutine




Que cachent les visites de John Kerry et de l’émir du Qatar à Alger ? Que personne n’attendait, affairés que nous sommes à trouver des spectateurs adultes majeurs et vaccinés pour faire croire que le pays est en pleine campagne électorale. Mais c’était sans compter sur ce sacré Poutine et cette fiévreuse UE qui n’ont pas trouvé mieux que de s’écharper par Ukraine interposée. Entrainant dans ce bal sans fin, les plus grandes puissances. Tout a commencé par le sommet sur la sécurité nucléaire de La Haye. Barack Obama en avait profité pour réunir un G7 extraordinaire destiné à peaufiner la riposte occidentale à l'annexion russe de la Crimée. Il s’agissait du premier rendez-vous international au plus haut niveau depuis l'éclatement de la crise ukrainienne, ce troisième sommet international sur les risques nucléaires terroristes aura été dominé par cette question d'actualité. Dès qu’il s’agit de terrorisme, l’expérience algérienne s’impose, d’où ce furtif drapeau algérien à la table de la rencontre de La Haye. Saisissant l'occasion du déplacement de 53 chefs d'Etat, le G7 s’est réuni en marge de ce sommet, à l'initiative du président américain et sans la participation de la Russie. Selon la porte-parole du Conseil de sécurité national américain «  Cette réunion sera centrée sur la situation en Ukraine et les prochaines décisions que le G7 pourrait prendre pour répondre à l'évolution de la situation ». De son coté, la Commission européenne a annoncé une série de sanctions ciblées qui pourraient être déclenchées si les Etats européens jugent que la Russie « déstabilise » la situation en Ukraine. Mais l’UE, en raison de sa forte dépendance de la Russie en matière de gaz et aussi à cause des milliards engrangés à travers le commerce avec le pays de Poutine, ces mesures s’avèrent n’être qu’un pis-aller. Une situation burlesque qui a fait le bonheur de Barak Obama et de son administration qui après avoir encaissé le coup de l’annexion, se sont retrouvés aux avant postes, bien malgré eux. L’UE s’étant faite toute riquiqui, il fallait bien se mettre à l’abri en se trouvant un protecteur, ce qui n’était pas fait pour déplaire à Barak qui s’est convertis en exportateur de gaz, promettant à ses alliés de remplacer le gaz russe par du gaz américain, Très facile à dire mais c’est plutôt compliqué et magistralement couteux. Car le gaz russe circule par pipe, sur de très longues distances, tandis que le gaz US est obligé d’emprunter la seule voie qui reste, c’est dire la maritime. Et c’est loin d’être gagné, car les gros méthaniers sont de gros consommateurs de fuel…et le fuel coute cher. Du coup, on se rend vite compte que les promesses resteront des promesses, sauf si des amis bien intentionnés venaient à prêter mains fortes. Après tout, l’Algérie a bien déposé 200 milliards de dollars dans la réserve fédérale ! C’est pourquoi Obama fait une boucle en Arabie Saoudite et Kerry vient enfin en Algérie. Sa visite prévue à l’automne n’ayant pas eut de suite, ni d’ailleurs d’excuses, il aura bien fallu se faire violence. Contrairement à d’autres, moi je penses que cette visite -qui sera suivie ou précédée de celle de l’émir du Qatar, autre gros gazier et très proche de Bouteflika-, s’imposait pour exiger de l’Algérie de prendre sur elle une partie de la demande de l’Europe.

Poutine un allié utile et encombrant

Et aider à étouffer l’ogre russe dans un domaine qui faisait sa force. La question qui sera débattue à Alger concernera uniquement les capacités du pays à combler une partie du gaz russe destiné à l’UE. On se rend compte de l’importance de l’attaque du site gazier de Tiguentourine que l’Algérie peine à combler ! Bien entendu, cette aubaine pour notre pays ne se fera pas sans dégâts. Car il faudra bien se résigner à attaquer de front un allié de longue date. Comment vont s’y prendre Gaïd Salah et Bouteflika pour contenter les américains sans fâcher les russes ? Pour l’ANP qui refuse de se mêler de politique pour des raisons que Mouloud Hamrouche a expliqué bien mieux que moi, elle ne pourra pas faire l’impasse sur le dossier des relations –notamment les juteux contrats d’armements-avec la Russie…un proverbe bien de chez nous soutient qu’un lièvre a levé un sanglier…R’neb ou naoudatte hallouf »…comparés à nos lièvres patentés – Rébaïne M Fawzi, Louisa H, Moussa T, Belaïd A. et Benflis- John Kerry est d’une autre pointure. Lui, ce qui l’intéresse, c’est comment mettre à terre et pour longtemps, la seconde puissance militaire et nucléaire du monde, la Russie de Poutine…on ne peut que lui souhaiter bonne chasse, quant à l’émir du Qatar, nos outardes savent à quoi s’en tenir…il se trouvera même des gars de chez nous – enfin un peu, H’chouma- pour lui proposer des gazelles…Oui assurément, ces deux visites tombent mal pour le système…qui ne s’est jamais préparé à ce genre de problème, trop préoccupé qu’il est par une transition qu’il n’a jamais voulu faire. Rien que pour ça on peut remercier Poutine, car il s’avère être un allié de poids, même si souvent il est encombrant…comme quoi, vouloir jouer au grand ça se paye au comptant…et parfois, à son corps défendant, en nature ! On va enfin se rendre compte que le gaz qui a fait le bonheur de quelques uns pourrait entrainer la ruine du pays et que gouverner c’est aussi prévoir…là on pourrait peut être invoquer l’article 88 ?  La parole est au Docteur Kerry…

Commentaires

  1. une analyse qui a sa vérité mais pas suffisante;d'autres enjeux régionaux et une vision africaine avec les intêrets usa sur la planéte.

    RépondreSupprimer
  2. certainement...mais le plus urgent c'est comment assécher le marché européen du gaz devant la Russie...d'où l'urgence de ce voyage...heureusement que nous sortons de l'hiver, la demande va diminuer jusqu'à octobre...

    RépondreSupprimer
  3. un pays de 40 millions ce n'est pas grand ,mais certes le gaz est important et la politique ALGERIENNE depuis EMIR AEK avec le sauvetage des chretiens et le dynamisme sur la scéne mondiale même si nous sommes long a la détente.

    RépondreSupprimer
  4. l'Emir Abdelkader avait 25 ans lorsqu'il a entrepris d'organiser la résistance au colonisateur...il l'a fait durant 13 ans...jusqu'au 27 décembre 1847...il a gardé toute son énergie et toute sa lucidité...jusqu'à aller paritciper à l'inauguration du canal de Suez...

    RépondreSupprimer
  5. puisque on parle de EMIR ABD EL KADER/:sa moubaia a ghriss masca
    ra a l'age de 24 ans il avait un excellent prise du cheval et de l'épée ,dans le cas du
    canal de suez c'est grace a lnotre émir pour avoir sensibiliser les egyptiens que leurs intêrets (une vision importante),d'avenir le
    canal est stratégique.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…