Accéder au contenu principal

7 Toubibs dans l'arène

Mon ami, le Professeur Abbès Bahous...a fait une très pertinente remarque...il s'est demandé si nous n'étions pas à la veille d'un "7-11-87" à l'algérienne...tout en rappelant que face à la détérioration de la santé mentale et physique de feu le président Habib Bourguiba (paix à son âme), les patriotes tunisiens avaient réunis un panel de 7 médecins au dessus de tous soupçons...ce derniers avaient rendus un verdict qui est rentré dans l'histoire... bien sur que durant un très bref instant, je me suis mis à rêver...puis je me suis vite ravisé, me souvenant qu'en Algérie il manque toujours quelque chose...et d'abord un général Benali qui aura la bonne idée d'aller réunir 7 médecins au dessus de tout soupçon...pourtant il va bien falloir passer par là...car l'affaire est par essence médicale...et qui oserait remettre en cause le verdict d'un collège de médecins Algériens scrupuleux et jaloux de leur patriotisme et surtout inamovible défenseurs du serment d’Hippocrate! car après l'éventualité d'une validation de la candidature de Bouteflika par le conseil constitutionnel, la forfaiture viendrait certainement du certificat médical que l'un de leurs collègues aura commis...Soit, je reconnais que je n'y comprends rien en matière d'AVC, mais au vu des images du candidat lors du dépôt de dossier entre les mains de Medelci, le doute n'est plus de mise... je me demande lequel parmi les braves pères de familles de ce pays confierait la garde de ses enfants à un monsieur qui a perdu l’usage d'une partie importante de ses fonctions...c'est pourquoi, si forfaiture il y a, elle sera médicale ou ne sera pas... C'est pour ça que ce qu'un médecin hésitant aura commis, seul un collège de médecins choisis par leurs pairs sera à même de récuser en toute déontologie...afin de rétablir l'honneur perdu de la profession... autrement, je suggère que les milliers de médecins que compte ce pays s'expriment à travers une prise de position claire et sans bavures...d'abord pour dénoncer la dérive de leur collègue, ensuite pour demander sa radiation pour exercice hasardeux, voire déshonorant de la médecine, et enfin pour démontrer à la face du monde que malgré des conditions de travail exécrables et des salaires minables, les toubib de ce pays ont une haute conscience de leur statut et de leur place dans la société...pour cela, ils se doivent de mettre au ban des accusés le ou les toubibs qui auraient émis un certificat de virginité à Bouteflika...je suis persuadé qu'il en existe et qu'ils ne tarderont pas à s'exprimer aussi clairement que possible...notre élite n'a pas le droit de se débiner de son devoir...ils pourraient même constituer un comité d'éthique médicale ad hoc pour ausculter le candidat Bouteflika en toute sérénité et en toute objectivité...je ne peux pas croire que nos toubibs soient aveugles à ce point...je ne veux pas croire que nos éminents spécialistes accepteront de laisser faire un collègue véreux...La honte médicale ne peut pas exister en Algérie...ceux et celles qui ont stigmatisé l'attitude de leur collègue Bougharbal  ( l'autre synonyme de Boussayar!), l'auteur du fameux accident ischémique sans gravité du 27 avril dernier nous doivent une piqure de rappel...celle de l'honneur d'une profession dont tout algérien est fier...à raison...alors même avec votre graphisme excécrable, mesdames et messieurs les toubibs, c'est à votre tour de descendre dans l'arène...rien ne dit que le verdict sera différent, mais pour éviter à l'Algérie d'autres malheurs, il serait sage que les médecins prennent la parole...nul doute qu'elle sera entendue et qu'ils auront gagné notre estime éternelle...

Commentaires

  1. Voila que soudainement le medecin Algerien est hautement estimé parmi l'elite d'un monde de normalité et se voit endosser la lourde responsabilité d'un pays ! je crois qu'il faut mettre ses extremités inferieures dans l'eau froide comme on dit chez nous! les responsabilités sont ailleurs.Laisser le medecin à sa medecine ! il a bien du mal a se retrouver dans l'hypothetique echelle sociale Algerienne ! cordialement ,un medecin Algerien ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher et honorable Docteur
      Malheureusement dans le cas qui nous concerne, les médecins par déontologie, sont interpellés...personne d'autre qu'eux n'est habilité à contester l'avis de leur collègue...mis à part l'échelle sociale que vous brandissez comme un thermomètre à alcool, il y va de votre responsabilité de médecins...ni plus ni moins...le beurre est à ce prix...aussi...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …