Accéder au contenu principal

l'injustice sera vaincue

Ma pauvre Khadidja Benaissa...elle est foudroyante votre candide question...mais du moment que nous ne sommes pas amis vous et moi, ça peut se comprendre...Pour moi, le Dahra est une pénitence...comme je suis très fidèle à mes aïeux, c'est devenu un sacerdoce...j'ai découvert cette région, voilà exactement 45 ans...mais je ne la voyais qu'à travers les paysages somptueux et les ravines indolentes qui lui donnent une profonde volupté...puis un jour de juin 2007, en compagnie de mon fils Ali, j'effectue une percée vers la grotte de Ghar El Frachih, ou grotte de Nekmaria...et c'est le coup de foudre imparable...je fais le serment de consacrer le restant de ma vie à faire connaitre cette région à travers les souffrances des ses populations...le destin en aura définitivement fixé les contours le jour où j'ai plongé à l'intérieur de la grotte et suis remonté avec les ossements de la tribu des Ouled Riah...c'était exactement le 20 juin 2011, soit 166 ans après le terrible massacre organisé et exécuté en toute conscience par le sanguinaire colonel Pelissier...puis j'ai lu L'Amour, la fantasia" d'Assia Djebbar qui est devenu mon unique livre de chevet...donc à chaque fois je j'étouffe, c'est vers cette grotte que je me tourne et je me rends compte combien mon sort est toujours plus enviable que celui de mes ancêtres et aïeux...alors le Dahra c'est un peu la cité interdite, un peu l'Eden et un peu aussi les traces du redoutable Bu Maza, le redoutable cavalier qui à 22 ans souleva les tribus pour dire non à l'oppression...le Dahra c'est une terre de révolte contre l'injustice...c'est aussi la preuve vivante que l'injustice sera vaincue...le Dahra c'est aussi la délivrance ...et ceux parmi mes amis qui me font l'honneur de m'y accompagner n'ont qu'une seule envie: y retourner un jour...parfois c'est moi qui fais le pèlerinage à leur place...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…