Accéder au contenu principal

l'injustice sera vaincue

Ma pauvre Khadidja Benaissa...elle est foudroyante votre candide question...mais du moment que nous ne sommes pas amis vous et moi, ça peut se comprendre...Pour moi, le Dahra est une pénitence...comme je suis très fidèle à mes aïeux, c'est devenu un sacerdoce...j'ai découvert cette région, voilà exactement 45 ans...mais je ne la voyais qu'à travers les paysages somptueux et les ravines indolentes qui lui donnent une profonde volupté...puis un jour de juin 2007, en compagnie de mon fils Ali, j'effectue une percée vers la grotte de Ghar El Frachih, ou grotte de Nekmaria...et c'est le coup de foudre imparable...je fais le serment de consacrer le restant de ma vie à faire connaitre cette région à travers les souffrances des ses populations...le destin en aura définitivement fixé les contours le jour où j'ai plongé à l'intérieur de la grotte et suis remonté avec les ossements de la tribu des Ouled Riah...c'était exactement le 20 juin 2011, soit 166 ans après le terrible massacre organisé et exécuté en toute conscience par le sanguinaire colonel Pelissier...puis j'ai lu L'Amour, la fantasia" d'Assia Djebbar qui est devenu mon unique livre de chevet...donc à chaque fois je j'étouffe, c'est vers cette grotte que je me tourne et je me rends compte combien mon sort est toujours plus enviable que celui de mes ancêtres et aïeux...alors le Dahra c'est un peu la cité interdite, un peu l'Eden et un peu aussi les traces du redoutable Bu Maza, le redoutable cavalier qui à 22 ans souleva les tribus pour dire non à l'oppression...le Dahra c'est une terre de révolte contre l'injustice...c'est aussi la preuve vivante que l'injustice sera vaincue...le Dahra c'est aussi la délivrance ...et ceux parmi mes amis qui me font l'honneur de m'y accompagner n'ont qu'une seule envie: y retourner un jour...parfois c'est moi qui fais le pèlerinage à leur place...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …