Accéder au contenu principal

Radiation à vie pour Sellal et consorts




Faut –il nous prendre pour des vessies et nous faire croire qu’à l’origine, la « blague » de Sellal concernant nos frères les Chaouia était destinée à un usage privée, comme vient de l’annoncer avec sa fausse candeur à trois sous troués Anis Rahmani, le ci-devant préposé à la direction d’En Nahar TV ? 

Au départ, on aurait cru à un montage grossier dont on ne cesse de nous abreuver depuis l’AVC présidentiel du 27 avril 2013. Puis très vite on se rend à la raison, grâce à ce sacré Youcef  Yousfi, dont on supputait qu’il était chargé de remplacer Sellal à la tête du gouvernement. Appelé en toute urgence au chevet de Ghardaïa la coquette  qui peine à renouer avec la sérénité….Mais il fallait déchanter très vite lorsqu’on s’aperçoit que l’avion de Yousfi avait fait de la résistance. Têtu comme un Chaoui, après avoir quitté Ghardaïa dans la précipitation, l’avion a refusé de rentrer au bercail. Faisant fi des rappels à l’ordre de l’aviation civile et de la tour de contrôle, l’avion s’est mis à dériver vers la droite, en direction de Batna. Le pauvre Yousfi, en intérimaire patenté, a beau expliquer au pilote qu’il avait des obligations familiales d’une grande urgence à  Alger, rien n’y fit. L’avion finira par atterrir à Batna où personne ne l’attendait. Pris au dépourvu, l’intérimaire chef du gouvernement aura toute les peines du monde à se trouver un seul motif sérieux à son voyage que personne n’attendait. En effet, après l’insulte « en privée » de Sellal, les fonctionnaires avaient désertés les administrations. Même Chérif Abbès, le ministre des faux moudjahidines, des pensions et des licences, en bon fils de la région, s’était trouvé quelque accent de nostalgie pour justifier un déplacement inopiné. On l’aurait à peine aperçu au niveau de la maison de la culture. Venu sans prévenir et sans ordre du jour précis, il aura lui aussi surpris son monde. De son coté, l’intérimaire de Sellal parviendra à se convaincre qu’il était venu étancher la soif des populations locales. Une sécheresse qu’il est bien le seul à avoir observée, d’autant que les neiges qui couvrent le mont Chélia continuent de fondre, alimentant de leur eau limpide les nombreux oueds de la région. 

Laver l’affront le 17 avril
Bizarre tout de même cette soif soudaine qui aura obligé le chef du gouvernement à débarquer en catastrophe à Batna. En tous cas si soif il y a, ce n’est certainement avec l’eau du Béni Haroun que Yousfi parviendra à l’étancher.  Car les Chaouia, comme la grande majorité des Algériens, ont soif de justice, de liberté, de considération et non d’orgueil ou de fierté. Ni les milliards de M3 du Béni Haroun, ni les justificatifs aussi vains que maladroits de Yousfi et d’Anis Rahmani ne parviendront à dissiper les gros nuages qui couvent au dessus des cimes des Aurès. Ici, plus que nulle part ailleurs, le sens de l’honneur se paye toujours au comptant. Et ce ne sont pas les faux fuyants, ni les reculades du clan qui laveront l’affront fait aux Chaouia et à l’ensemble du peuple algérien. Pendant 52 ans d’indépendance, nous avons ravalé nos rancœurs, séché nos larmes, pansé nos blessures, trompé notre faim, ingurgité vos balivernes et accepté de taire vos incohérences, vos incompétences et vos manquements, mais il est dit que l’insulte ne passera pas. Dire que nous étions prêts à passer l’éponge sur vos sarcasmes, vos frasques et vos rapines, juste pour ne pas voir ce pays se déliter. Non la république des janissaires ne sera pas ! Et pour que la république de Novembre naisse au printemps, il faudra bien leur donner une dernière leçon à ces rois insolents et grabataires, violeurs de la constitution et dilapideurs insatiables de nos ressources. Oui, il nous faut à jamais mettre un terme à cet outrage en allant tous mettre un bulletin de vote le 17 avril. Un bulletin de couleur rouge, comme le sang de nos martyrs d’hier et de toujours, pour leur signifier la fin de partie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…