Accéder au contenu principal

C’est le système qui est malade, pas Bouteflika !




Avec la dernière sortie de Mouloud Hamrouche, le micro zeste d’espoir qui restait pour sortir du tunnel, s’est effondré comme un château de cartes. Une belle et froide douche qui n’enlèvera rien à nos stupeurs et à notre désespoir. D’ailleurs, les rares voix qui se sont exprimées, notamment celle de Med Benchicou – sur le site du matin juste après la conférence de Si Mouloud Hamrouche à l’hôtel Essafir- ou celle prémonitoire de Abed Charef – le quotidien d’Oran de jeudi matin-, il apparaît clairement que le peu d’intelligentsia encore audible dans ce pays est totalement perdue entre circonspection et abattement…Alors que faire en absence de repères, sinon lire la longue et essoufflante plaidoirie de Mourad Benhachenhou en soutien à la prorogation du règne. J’avoue que des trois chroniques, c’est incontestablement celle du Tlemcenéen Benhachenhou qui m’a le plus contrarié. Non pas par sa longueur excessive (1 page entière dans le QO de jeudi 27-02-2014), mais par les curieux raccourcis qu’emprunte l’ex tonitruant ministre de Zéroual, connu jadis pour son pragmatisme Tlemcenéen pur jus. Comme je n’ai lu son papier insipide, voire écœurant, qu’après avoir pris connaissance du contenu de la conférence de Si Mouloud Hamrouche, je me suis senti trahi par la démonstration à l’eau de rose de Mourad Benhachenhou. Voilà quelqu’un avec qui je n’avais aucune raison de me fâcher tant le technocrate nous avait habitué à une rigueur toute anglaise. Je me demande par quel miracle, cet économiste iconoclaste au discours si tranché de par le passé, s’est soudain découvert ce talent de laudateur, d’autant que le système avait déjà affiché sa stratégie de l’immobilisme sclérosant que dénonce avec le souffle de la dernière chance Mouloud Hamrouche. J’ai l’ultime conviction que l’impétueux économiste s’y prend bien tardivement et si maladroitement qu’il aurait mieux fait de persister dans son silence. Car avouons-le tout net, même si tout est remis aux calendes grecques, que jamais ce pays ne sortira du marécage dans lequel il se débat depuis 1958, que ni l’ANP, ni aucun de ses embranchements ne sont aptes à initier le moindre virage, il est tout de meme désespérant de voir un brillant économiste rejoindre la légion de Saadani, de Bouguetaya, de Ghoul, d’Amara ( je ne dis pas Benyounès par respect à son martyr de père), de Belkhadem, de Ouyhia, de Bensalah et de Sellal. N’aurait-il pas valu pour lui de se cloitrer dans son confortable silence ? Surtout que l’universitaire nous avait habitués à plus de clairvoyance et à plus de lucidité. J’ai lu son très long papier et j’ai de la peine à lui en attribuer la paternité, parce que s’il y avait quelqu’un que je ne soupçonnais pas de larbinisme accentué, c’était bien Mourad Benhachenhou, l’enfant de Tlemcen. Son ralliement à la cohorte est fortement interpelatif. Car il fallait que la pression soit si forte ou l’appel du ventre si incisif au point de faire tourner la tête à un universitaire d’une rare acuité intellectuelle. Visionnaire, percutant, incisif, Mourad Benachenhou  s’est transformé, l’espace d’une chronique, en un grand flagorneur de service. Passé le choc des premiers instants, je me tourne vers Mouloud Hamrouche et je m’aperçois que lui aussi semble désemparé au point de parler des « impasses qui recèlent de graves menaces, exacerbent les facteurs de division, paralysent les institutions et soumettent les hommes à des pressions impossibles ». Afin de se dédouaner de ceux qui l’ont mal compris lors de sa lettre du 17 février, Mouloud Hamrouche se fait le défenseur des « forces de défense, de sécurité, les cadres et acteurs économiques (qui) restent soumis, à chaque échéance présidentielle et à chaque changement de responsables, à d’intolérables pressions, interrogations et examens de conscience ». Se voulant plus convaincant, l’ancien chef du gouvernement réformateur déplore que les hauts responsables soient contraints d’affirmer leur « allégeance » aux dirigeants du moment, au lieu « d’appliquer des programmes élaborés et défendus par des courants politiques organisés en partis ». Il fallait bien ça pour justifier son retrait de la course. Mais ce n’est pas pour autant qu’il y sera arrivé, puisque la rue continue de gronder. Et les réseaux sociaux s’emballent à un point de non retour que même le républicanisme de Mouloud Hamrouche aura de la peine à contenir. Du coup, la candidature de Bouteflika apparaît plus comme une défaite du système qui l’a ramené, caressant le fol l’espoir de le voir renvoyer l’ascenseur. Mais c’est prouver encore une fois que jamais le système y compris lorsqu’il était aiguillonné par le Cardinal, n’est parvenu à élucider l’équation Bouteflika. Car voilà un homme trahis par la santé, dont le sort devait se jouer entre 2 vols vers le Val de Grace, qui refait un fulgurant feed-back dont il détient le profond secret ! Finalement, des deux protagonistes, qui est réellement malade ? Abdelaziz Bouteflika ou le système ? La question mérite d’être méditée car c’est en elle que se trouve la solution. Au lieu d’en appeler à l’ANP pour barrer la route du 4ème mandat, pourquoi ne pas chercher un autre acteur ? C’est ce que semble suggérer Mouloud Hamrouche. Mais comme lui-même attend un geste de ses « compagnons d’armes », n’est-il pas normal que cela débouche sur l’impasse qui se dessine et dont Abdelaziz Bouteflika ne serait que le quart de l’équation. N’oublions pas qu’il est bien plus jeune et surtout beaucoup plus rusé que son chef d’état major.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits