Accéder au contenu principal

Le pilote et le saltimbanque

Mes amies et amis, je suis au regret de vous annoncer que mon pays rentre dans une zone de grosses turbulences et qu'il n'est pas question pour moi de laisser faire le pilote, le copilote, le mécanicien de bord, le mécanicien au sol, la direction de l'aviation civile et militaire...ça fait déjà bcp de monde à la fois...car j'omets de citer les amuseurs, les équilibristes, les bonimenteurs, les saltimbanques, les troubadours, les dresseurs de serpents à sonnettes et à sornettes...les amnésiques et les aphasiques, les laudateurs et les chauffeurs...alors soyez indulgents avec moi, je vais continuer à vous assommer avec mes préoccupations de l'heure...qui sont purement patriotiques...et éminemment éthiques...car il y va du devenir de mon pays pour lequel j'ai déjà tant donné, vous comprendriez pourquoi je n'ai pas l'intention ni de me taire ni de laisser faire...toutefois, rassurons-nous les un (e) s les autres, je ne suis nullement insensible à vos activité que je suis avec dévotion...enfin, je serais bien ravis d'avoir de temps à autre vos avis, voire seulement vos clins d’œil...on ne me reprochera pas d'avoir ignoré ce que vécurent mes amis ainsi que les populations de Tunisie, du Maroc, de Libye, de Syrie et d'Egypte...l'Algérie ne ne sont pas que les Algériens domestiques...je sais que nous avons des amis partout et des voisins tout autour de la maison...si je fais trop de bruit, n'hésitez plus, venez vous joindre au concert, ça en vaut vraiment la peine...et si par chance le 17 avril nous basculions dans le seconde république, alors là vous n'aurez plus aucune excuse pour ne pas venir faire la fête avec nous et entre nous...si par malheur ça ne se ferait pas, j'aurais au moins la satisfaction d'avoir lutté et surtout d'avoir encore des ami(e)s et amis...j'ai une chance sur deux de me tromper...c'est pas mal!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…