Accéder au contenu principal

Hamrouche où la fin de la kermesse



« Si Mouloud » au secours ton pays est au bord de la falaise...
A l’enfant de Constantine, au patriote sincère et dévoué, à l’ancien moudjahid dès l’adolescence, au fils de chahid, au père biologique de la presse libre, au capitaine au long cour des réformes les plus intelligentes qu’ait entreprises l’Algérie depuis l’insurrection de Bou Maza (1845-1847) et du soulèvement du 20 aout 55, l’acte fondateur de la révolution populaire, à l’homme politique sans peur et sans reproches, au bâtisseur de l’Algérie plurielle, à Mouloud Hamrouche…Le dernier voyage au Val de Grâce du président de la république algérienne n’est pas un acte anodin, ni un simple bilan de « bonne santé retrouvée ». A bord de l’avion estampillé du drapeau national de l’Algérie Algérienne, le déplacement du président de la république « en terre ennemie » est un acte de souveraineté écorchée qui ne peut laisser insensible un patriote. Mais laissons aux historiens la primauté du jugement de cet acte qui de toutes les manières et sous tous les angles possibles, reste un acte majeur dans la vie de la Nation. Ce qui compte désormais, c’est le sort de l’Algérie qui est en train de se façonner dans une ambiance de kermesse tribale dont notre pays est devenu coutumier. Car qui peut croire un seul instant que la candidature par procuration d’Abdelaziz Bouteflika ne mènera pas le pays vers les gorges acérées du Rhummel ? Qui peut nous dire en quoi cette campagne indigne et sournoise pourrait aider notre pays à gagner les berges de la seconde république à laquelle aspirent à la fois les vrais patriotes, sincères et désemparés, les jeunes qui rêvent d’une vie de labeur, les fellah et les opérateurs qui rongent leurs freins et continuer à donner le meilleur, et ce depuis un demi siècle d’une paix chèrement acquise et d’une souveraineté disputée ? Qui mieux que vous pourrait donner des assurances à Abdelaziz Bouteflika, si tant est qu’il soit encore capable de discernement, afin qu’il puisse finir ses jours parmi nous, dans la sécurité, la sérénité et la générosité ? Qui autant que vous pourrait donner à notre glorieuse armée nationale, celle de Tiguentourine, des monts et des vaux, où chaque jour se livrent les batailles contre les maquis islamistes, les groupes terroristes et les barons et leurs valets des cartels de la drogue que des Rifains malfamés déversent avec le soutien d’un Mahkzen criminel, sur nos jeunes afin de les asservir sans vergogne, cette assurance que ces combats ne sont pas vains ? Qui mieux que vous pourrait donner à ce pays meurtri par des décennies d’incertitudes et d’errements, une voie à suivre pour rassembler et pour construire enfin la seconde république de tous les espoirs et de toutes les certitudes ? Alors Si Mouloud ? Accepteriez-vous de voir demain ce pays en prise à une multitude de luttes aussi inutiles que meurtrières ?  Je sais d’instinct que vous et vos semblables n’allez pas abandonner le devenir de ce pays et ces charognards sans vergogne, à ces suceurs d’argent public et à ces charmeurs de vipères. Sinon, pourquoi avoir combattu le colonialisme à un âge où il faisait bon déguster un sorbet à la chantilly sur la place de la Brèche…ce trou béant creusé par les canons de Valée  et de Danrémont dans l’inexpugnable citadelle de Constantine…le premier y perdra la vie et le second sera fait maréchal en marchant sur les cadavres de nos aïeux… Si par malheur votre silence vous incitait à tourner le dos à votre destin, sachez Si Mouloud que les combats des anciens ne vous le pardonneront pas…ceux qui se sont scarifiés pour que ce pays émerge des ténèbres  attendent de vous un sursaut salvateur qui n’est pas étranger à votre lignage. S’il ya un moment dans la vis tourmentée de ce pays où votre contribution est décisive c’est bien celui-là…sans vous, la présidentielle du 17 avril 2014 signifiera l’enterrement des espoirs d’un peuple…votre place est dans la brèche…tous les patriotes, ceux en uniformes et ceux en bleu de travail seront à vos cotés car il y va de l’avenir et du passé de l’Algérie…la situation est grave au point que des nationaux parfaitement bien intégrés à la civilisation occidentale ont flairé le roussi au point de se départir de leur double nationalité pour venir au chevet de leur pays agonisant…vous ne pouvez pas, vous le parfait connaisseur des arcanes du pouvoir, les laisser combattre seuls…Si Mouloud Hamrouche, aujourd’hui, à l’heure où les aiguiseurs de couteaux s’activent intensément, rappelez-leur combien ce pays compte à vos yeux et à votre cœur…et qu’il n’est ni à plaindre, ni à blâmer…il a juste besoin de traverser les crues printanières qui sont souvent catastrophiques dans cette région du monde…
Aziz Mouats Mostaganem le 18 janvier 2014

Commentaires

  1. bravo à cet appel qui répond concrètement à une situation d'une extrême gravité que traverse cette Algérie qui nous est chère et pour laquelle combien de glorieux martyrs, les meilleurs de ses enfants sont depuis toujours tombés pour que vive l'Algérie libre et indépendante.
    une poignée d'aventuriers, malgré tous les dangers qui guettent le pays, tels des charognards ne veulent pas lâcher leurs fauteuils en guise de proie.Tout un peuple est pris en otage et des institutions factices depuis des lustres,en trompe l’œil n'ont pour unique dessein que celui de faire perdurer un régime corrompu et soutenir des rentiers sans foi ni loi.
    C'est maintenant ou jamais que les meilleurs fils de notre pays doivent faire front, toutes sensibilités confondues,afin de mettre un terme à une situation anormale qui défie tout entendement qui met sérieusement en péril l'avenir de notre nation dont la dilapidation au grand jour et à grande échelle de ses richesses est banalisée .
    Le contexte international avec son droit d'ingérence,la menace multiforme régionale qui pèse sur le pays sur tout le pourtour de ses longues frontières,la situation sociale explosive interne à toutes les zones du pays particulièrement le Sud ,le M'zab et la Kabylie sont un indicateur rouge qui montre bien que notre pays joue en ces semaines éprouvantes voire jours son va-tout .
    Plus que jamais nous nous trouvons bien devant une croisée de chemins décisive pour le pays .
    Les nationalistes authentiques ,toutes sensibilités confondues, doivent relever le défi au nom de l'honneur de la mère patrie bafoué et piétiné.Ils n'ont pas le droit à l'erreur cette fois,ils doivent s'unir devant un tel fléau ! Ils ne doivent pas abandonner cette terre merveilleuse au triste sort où elle est cantonnée depuis des décennies !
    Cela afin d'éviter à notre pays les affres d'une guerre civile à l'image de nombreux voisins déstabilisés, éloigner le spectre de son morcellement tant souhaité par nos ennemis de l'extérieur, jeter les bases de véritables institutions avec séparation des pouvoirs clairement définis dans une constitution dont la modification échapperait complètement à l'exécutif, projeter un redressement sérieux de l'économie nationale,afin de garantir à notre peuple un avenir plus serein et plus juste .

    RépondreSupprimer
  2. Monsieur,
    Merci de lire la déclaration du groupe de citoyens pour une Algérie émergente (voir le lien ci-dessous), de la signer si elle reflète votre vision et de la diffuser autour de vous.

    http://www.petitions24.net/pour_la_candidature_de_monsieur_mouloud_hamrouche

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits