Accéder au contenu principal

Les USA ne nous veulent pas que du bien...


Selon une déclaration faite à l’APS, son excellence Henry S. Ensher, ambassadeur des États‑Unis à Alger, a affirmé, samedi 27 août, que son pays respecte « beaucoup » le rôle de l’Algérie dans la crise libyenne. « Nous respectons beaucoup le rôle de l'Algérie dans cette crise et nous savons que l'Algérie est dans une position très difficile car la Libye est un pays voisin ».Cette déclaration intervient à un moment où les relations entre l’Algérie et son voisin sont au plus mal. On peut légitimement se poser la question de savoir pourquoi les Américains volent au secours de Bouteflika, sachant que pour eux seuls les intérêts des Etats-Unis priment. Immédiatement répercuté à travers les médias publics et privés et relayée par les réseaux sociaux, cette interview mérite une petite et modeste réflexion de Boussayar :

C'est pas bien de croire tout ce que racontent les Américains...ils disent bcp trop souvent des conneries...franchement à voir comment ils se font taper sur les doigts par Israël...et sur la tête par les Talibans...c'est pas la meilleure école...quand il était plus jeune et qu’il fréquentait Che Guevara et Carlos, Boutef détestait les Américains qu'ils taxait d'impérialistes...et il avait bien raison…force est de constater qu’il a mal vieillit...Car devenir ami des amerloques...c'est très louche...puis éloigner la Libye de l'Algérie est un vieux rêve néocolonialiste...ça marche à la perfection....imaginons une union parfaite entre les deux pays et ajoutons la Tunisie...ça ferait l'équivalent du Brésil...qui voudrait d'une superpuissance en Afrique ?...diviser pour régner.....une vieille recette….en fait les Américains ont peur de l’Algérie mais ils aiment bien Bouteflika, ce qui n’est pas du tout la même chose…ce sont les Algériens, les vrais patriotes qui sont encore aux commandes qui ont empêché le déploiement de l’Africome, cette armée US qui devrait s’ouvrir une base militaire pas très loin des sources d’uranium et de pétrole – s’il y a de l’or, de l’argent,  des terres rares, du gaz et du soleil, ils cracheraient pas dessus- sous prétexte de lutte contre le terrorisme islamique dans le Sahel, ça ferait très bien leurs affaires…donc croire naïvement à leurs déclarations et surtout les prendre au premier degré serait une grave erreur…Surtout ne jamais perdre de vue que les Amerloques sont empêtrés jusqu’à la moelle osseuse (siège des cellules souches, le plus précieux capital de l’humanité) en Irak , en Afghanistan et à Wall Street, ils voient forcément d’un très mauvais œil la propagation de la révolution Arabe…casser cette dynamique en confiant ce rôle à l’Algérie pourquoi pas ? Le fossé qui est en train de se creuser entre l’Algérie et la Libye post révolutionnaire constitue un excellent frein à la déferlante démocratique…ça donnera un répit à l’Amérique pour retrouver ses esprits et préparer un plan B que ses stratèges sont en train de peaufiner dans les laboratoires. L’Algérie n’a aucun intérêt à leur servir de tremplin…d’autant qu’elle vient d’être frappée au cœur avec l’attentat contre sa jeune élite…A propos, Sarko, la tête coiffée d’un casque colonial et flanqué de l’arrière arrière petit fils du juif Bacri – vous savez celui qui achetait du blé algérien pour le compte de la France et que cette dernière n’a jamais payé- va débarquer à Sidi Benghazi…juste pour s’assurer que le commerce doit profiter d’abord aux amis…Lui aussi n’a aucun intérêt à ce que les patriotes d’Algérie et de Libye fassent jonction… un petit dicton pour conclure « Ila chafte jarak foug El h’mar goulou b’shatek El 3aoud" Si tu vois ton voisin à dos d’âne félicites pour le superbe cheval…

Commentaires

  1. la lecture de cette contribution de aziz me fait souvenir d'un vieux dicton qui dit ceci :
    -ENNAR RAHI FI DOUARKOUM !
    -TAKHTI DARNA OU TAHRAG !
    -RAHI FI DARKOUM !!!!!
    -TAKHTI RASSI OU TEDROUB !!!!!
    no comment.

    RépondreSupprimer
  2. c'est malheureusement bien vrai de nos jours

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits