Accéder au contenu principal

le 20 Aout, l'intellectuel et le forgeron

 A l'occasion du 20 Aout 55, qui ne sera pas commémoré encore une fois par l'Algérie officielle, une petite mais profonde controverse sur les intellectuels s'est faite jour entre Boussayar et Med Beghdad...une occasion pour revenir sur le parallèle entre une escouade d'intellectuels organiques et le forgeron de Condé Smendou...

Mon cher Beghdad...me voilà par toi remisé dans le clan des défaitistes et des pessimistes...pourquoi pas? Ce n'est parce que je ne partage pas la même vision que toi sur les intellectuels organiques et leur role dans la société que je n'ai... pas de vision futuriste pour mon pays...il suffit d'un seul intellectuel pour faire une révolution....toi tu préfères le nombre et moi je suis pour la qualité...c'est un énorme fossé qui nous sépare....s'il fallait structurer une armée de libération et lui acheter des chars des avions, des hélico et lui offrir un bon salaire...jamais l'Algérie n'aurait combattu l'armée française....vois tu demain samedi, nous entamons le 56ème anniversaire du 20 aout 55...ce jour là, il y a exactement 55 ans, de simples fellah désarmés ont envahis par milliers la ville de Philippeville Skikda...c'était totalement désespéré et pourtant les résultats furent fulgurants....il aura suffit d'une idée simple de la part d'un forgeron de Smendou, un certain Ziroud Youcef, pour que la guerre entre dans une phase irréversible....pourtant lui n'avait pas fait d'études et n'avait aucune notion d'intellectuel....et peu de gens ont réfléchis à ses cotés...de nos jours tu me propose d'abord de produire une bonne fournée d'intellectuels si possible inorganiques et d'attendre qu'ils se décident à faire bouger les choses le plus lentement possible afin de ne pas trop déranger le peuple dormant....le 20 aout 55, j'avais 68 mois d'age et j'étais subjugué par cette foule compacte désarmée et décidée qui sortait de la foret pour aller prendre possession de la cité coloniale....depuis je sais faire la différence entre un intellectuel organique et un homme d'action....j'ai plus de respect pour le second et je m'ennuie avec le premier....malheureusement les hommes d'actions sont rarissimes et les intellectuels sont légions...ce sont les premiers qui ont battu la légion étrangère...grâce à leur détermination...et à leur courage...des intellectuels déterminés et courageux j'en cherche....et c'est là où je te rejoins, j'ai désespéré de notre université, tant elle n'est pas capable d'en fabriquer... alors attendons vaillamment la venue d'un forgeron...

Commentaires

  1. J'ai remarqué que l'un de mes posts sur ma remarque sur ton blog a été effacé. Et c'est la seconde que ça m'arrive sur ton mur. Est-ce l'effet du carême qui fait son effet. Peut-être l'aurais-tu fait par inadvertance. Est-ce qu'il y a une explication ? J'ai bien peur encore une fois que je ne retrouve aucune trace de ce post ni de celui-ci. Est-ce ton mur t'est-il si fidèle à ce point ? S'il n'accepte pas les réponses des amis, qu'il me l'annonce.

    RépondreSupprimer
  2. Cher Aziz Mouats, j'ai remarqué que l'un de mes posts sur ma remarque sur ton blog a été effacé. Et c'est la seconde fois que ça m'arrive sur ton mur. Pourtant je n'ai fait que défendre mes idées. Je ne sais pas si c'est inadvertance ou c'est l'effet du carême qui a fait son effet. Je souhaiterais avoir un peu plus d'éclaircissements sur cette énigme. Maintenant J'ai bien peur encore une fois que je ne retrouve aucune trace de ce post ni de celui-ci que j'ai mis. Est-ce ton mur t'est-il si fidèle à ce point ? S'il n'accepte pas les réponses des amis, qu'il me l'annonce. Heureusement que Facebook possède plus d'un tour dans les poches. Il est démocratique au sens le plus large en donnant la possibilité et les moyens à tout le monde de s'exprimer avec respect et civilité. On ne peut prôner la démocratie et utiliser des ciseaux à la face des autres lorsqu'on ne partage pas les mêmes conclusions. Avec Facebook, on ne peut s'imposer de force. Nous nous battons à coups d'idées. D'un seul petit clic, on n'en finit avec une amitié lorsqu'elle devient une souffrance. Et c'est ça le sens profond des jeunes créateurs de Facebook.
    Je te demandes poliment d'effacer mon nom du texte de ton blog si tu ne mets pas entièrement les posts de tous les autres intervenants sur le sujet. C'est juste une question de déontologie.
    Salutations amicales quand-même.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…