Accéder au contenu principal

Le Français un trophée individuel, le Tifinagh une défaite collective


 Complètement à coté de ses pompes le PAPAW de Tizi Ouzou, voici ce que rapporte la presse:

 Cette demande me parait tellement saugrenue au moment où la planète vit des soubresauts annonciateurs de lendemains terribles et incertains, où en Libye et en Syrie les peuples se soulèvent pour la dignité. il se trouve qu'un élu trouve le temps de pérorer sur le sexe des anges de l'Afrique du Nord...un bref débat avec mon ami Mejdoub Khélifa...

Mejdoub Khalifa·  Le Tamazight est une langue nationale au même titre que l’Arabe ; si nous partons de ce principe qui, de plus, est constitutionnel, toutes les plaques d’identification de barrages, de villes, d’administration et d’établissement public ou privé, à travers tout le territoire national et pas seulement en région berbérophone, doivent être en Tamazight, en Arabe et, accessoirement, en Français.
Aziz Mouats Bonsoir Mejdoub...ce que tu dis est très sensé...c'est le fait que ce soit le PAPW de Tizi Ouzou qui en fait une priorité nationale...ça serait tellement juste que de mettre partout des panneaux indicateurs à travers tout le pays...en Tamazight et en Tifinagh...pourquoi accessoirement en français? le Français n'est-il pas un butin de guerre...ça devrait être notre fierté que de l'utiliser...en tous cas moi qui ai fait toutes mes études en français j'ai toujours été fier car je considérais que j'avais accédé à l'égalité avec les colons et que c'était grâce à mon seul labeur...donc ça ne peux pas être marginal c'est mon trophée à moi tout seul...et c'est aussi le tien et celui des millions d'algériens qui parlent cette langue...et qui l'ont apprise dans l'adversité...ce fut un formidable challenge...L'un des moments les plus fiers de ma vie c'est le jour où la major de promo de Maison Alfort est venue me demander la différence entre ubuesque et ubuquiste....c'était la crème de l'élite Française c'est comme si Victor Hugo avait demandé au Chérif Boumaza Benabdallah de lui corriger son discours à l'assemblée nationale française...si ce qui nous rend fier devient marginal c'est que nous avons définitivement perdu le sens des valeurs...ce que je ne penses pas te concernant...tu le sais très bien...
La langue Française est l'étendard que chaque Algérien - petit ou grand, riche ou pauvre- aura conquis individuellement. C'est en ça que le Français est précieux, car il personnifie notre capacité individuelle à conquérir la langue de l'envahisseur...c'est tellement vrai que c'est dans l'Algérie indépendante que cette langue s'est popularisée et s'est généralisée...bien après le départ de la France...un très beau trophée dont nous devons être fiers individuellement et en groupes...

Commentaires

  1. Kateb Yacicne disait de la langue française qu'elle constituait un "butin de guerre". On ne l'a hélas pas écouté.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits