Accéder au contenu principal

Le retour de « Boussayar »


Après une longue escapade indépendante de sa volonté« Boussayar » revient avec le même état d’esprit, la même verve, le même dynamisme et la même franchise qui l’a vu naitre. C’était le 6 décembre 2006, dans les colonnes d’El Watan, quotidien indépendant. C’était à l’occasion de la parution, pour la première fois d’une page locale hebdomadaire intitulée « Mostaganem Info ». Pour bien comprendre l’esprit dans lequel cette chronique locale avait été proposée au lectorat de Mostaganem et de sa région, en voici la version originale :

« Boussayar »Enfin !
L’une des plus grandes villes d’Algérie aura, tous les mercredis, grâce à « El Watan », une page pour elle toute seule. C’est une consécration pour cette Citadelle de la culture. C’est également un défi pour ces femmes et ces hommes qui ont fait le choix de vivre dans cette belle région aux multiples facettes. Notre ambition est de faire de cet espace un lieu de convivialité et de vérité. Ce sera également un lieu de débats francs et responsables, à la mesure des défis du développement économique et social auquel aspirent toutes les contrées, depuis les piémonts du Dahra jusqu’à la plaine des Bordjias. Une seule règle : « le soleil ne peut être caché par un tamis ». On la doit au plus illustre de nos ancêtres : Sidi Lakhdar Benkhlouf*. Ce sera « Boussayar ». Une fois par semaine, cette chronique sera une invite à la réflexion. En toute objectivité….bien entendu !

* : L. Benkhlouf, l’un des plus célèbres poètes du Maghreb central (XIV –XVI siècle) décède à l’age de 125 ans, est originaire de la région côtière du Dahra. Dans l’un de ses poèmes très apprécié par les amateurs de Chaâbi il énonce :
«Ech Chems ma Ydarag’ha Boussayar» (un tamis ne peut cacher le soleil).

C’est cette maxime qui aura servis de référentiel à cette chronique qui durera à peine 18 mois ! Juste le temps de faire paraître une soixantaine de numéros. Autant le dire de suite, je ne m’en suis jamais remis ! Car pour moi, la chronique est certainement la formule la plus complexe et la plus élaborée du journalisme. Comme une photo, elle permet de fixer l’instant par la dérision. C’est ce à quoi je voudrais me consacrer. Bien évidemment, ce blog proposera un autre traitement de l’actualité nationale et internationale, mais également régionale et locale. Il y aura évidemment toute l’actualité scientifique, notamment les dernières découvertes dans le domaine de l’agriculture, de la médecine et du développement humain. L’histoire de l’humanité en général et de l’Algérie en particulier, avec l’incontournable guerre d’Algérie qui mit fin à 132 ans de colonisation, sans pour autant parvenir à construire un pays à qui il ne manque rien pour retrouver sa grandeur passé, mais qui peine à se frayer un sentier vers le bien être. Large programme, mais qui ne me rebute point. Enfin, il y aura de la place, beaucoup de place pour célébrer l’amitié entre les hommes. Avec comme unique soucis : utiliser sans modération l’humour et la bonne humeur.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…