Accéder au contenu principal

L'hommage à Silem



La rencontre qu’organise la direction de la culture et l’école des beaux arts, fera la part belle à plusieurs artistes algériens. La manifestation qui se déroule du 4 au 8 juin rendra un hommage à Ali Silem et au fils prodigue de Mostaganem, le peintre Abdallah Benanteur. Ce camarade de classe de Med Khadda, son compagnon durant les rudes années d’exil, celui qui n’est jamais revenu sur ses pas, contrairement à son compère de l’école Jean Maire, partagera donc les honneurs de cette seconde édition de l’art contemporain. Mais pour que la fête soit totale, les organisateurs n’ont pas lésiné sur les moyens. En effet, ils seront plus d’une centaine de participants, dont Dalila Morsli, Zoubir Hellal,  Moussa Bourdine, Valentina Ghanem, Karim Sergoua, Mansour Abrous, Med Sedjal, Kamel Slimani, Maamar Guerziz, Hocine Zaourar et Nordine Saadi. Mais l’autre hommage concerne Denis Martinez, l’enfant de Marsa El Hadjadj qui servira bien malgré lui de trame à cette rencontre à travers 2 documentaires qui lui sont consacrés. Le premier, de 15’, est l’œuvre de Dominique Devigne, sa compagne.
Elle retrace les phases de l’œuvre intitulée «Tracto Mzaouek», réalisée l’année dernière à Mostaganem. Le second, long de 52’ est l’œuvre de Claude Hirch. L’auteur parle de l'œuvre peinte de Denis Martinez depuis les premiers travaux en 1961. Les interviews de Denis Martinez dans ses ateliers de Blida et Marseille, d'autres artistes et amis (Karim Sergoua, Ali Silem, Hacène Metref, Hachemi Ameur, Lounis Aït Menguellet, Nourredine Saadi, Aziz Mouats, Adlane Djeffal,...), souvent d'anciens élèves de l'école des Beaux-Arts d'Alger, tracent un portrait de l'homme, du pédagogue et de l’artiste. Le film qui sera projeté samedi matin, permettra d'appréhender « l'immense artiste qu'est Denis Martinez qui a toujours su donner un prolongement moderne plein d'actualité à l'art millénaire de l'Algérie, aussi bien les dessins pariétaux du Tassili que les motifs ornementaux kabyles ancrés dans la mémoire populaire ».
D’après Claude Hirsch, Denis Martinez représente « un modèle d'homme libre, par la cohérence de son parcours depuis sa jeunesse et l'essence de la pédagogie qu'il a mise en œuvre en 40 années d'enseignements ». Le film parle aussi du découvreur de talents qui fait partager à ses étudiants « la liberté de création hors des sentiers battus et des menaces de tous ceux qui voudraient museler ces libertés clairement affirmées dans le climat social difficile depuis l'indépendance algérienne ». Et pour conclure, le film parle de l'intervention en public, l’année dernière à Mostaganem, sur un tractopelle, avec un petit crochet par Blida, sa ville d’adoption avec un témoignage de Denis Martinez sur le travail sur son ami Bahas, musicien de la ville des roses.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…