Accéder au contenu principal

La princesse qui venait de Sofia



Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte  Reçue sans fastes particuliers, mais dans une profonde et sincère émotion, sans doute la première femme médecin étrangère venue de sa lointaine Bulgarie, et ce, juste au moment où le pays se relevait d’un insoutenable joug colonial.
50 ans après, Vera Kitova tombe dans les bras de son infirmière, celle qui l'a accompagné durant les premières années de l'indépendance, lorsque la jeune médecin Bulgare était venue soulager les Algériens au premières lueurs de l'indépendance retrouvée...arrivée en novembre 62, elle fera partie de la délégation médicale Bulgare...elle est allé ensuite travailler en Tunisie, à l’hôpital Charles Nicolle de Tunis...ensuite séjour studieux dans le service gastro du Pr Debré à Bichat...là elle fait un pélerinage à travers l'Algérie, ceci entrant dans le cadre du 50ème anniversaire de l'indépendance de l'Algérie...je l'ai accompagné pendant 3 jours, j'ai lu ses poèmes, j'ai vu perler son émotion et sa joie lors des retrouvailles avec les rares survivants de cette période...ensemble, nous avons célébré l'amiti
é entre les peuples...ce n'est pas un vain mot dans ma bouche car je sais plus que tous combien les soutiens à notre combat libérateur a été formidable et spontané...je penses également à mes amis du Maroc de la Tunisie, de la Libye, du Mali...qui ont apporté leurs petites et parfois grandes contributions...lorsque j'entends le mot de "révolutions arabe" ...j'esquisse un sourire...moqueur mais aussi condescendant...puis nous avons parlé d'Assia Djebbar...et de sa fantasia à travers les montagnes crayeuses du Dahra...sur les traces de sang de nos tortionnaires....si vous avez le temps tapez sur google Vera Tikova puis nous en parlerons..j’étais là lors de la rencontre avec sa toute première infirmière à l’hôpital de Mostaganem...c'était lors d'une petite soirée musicale avec du Chaabi et du Hawzi...et des chansons du répertoire Maghrébin...Youm el Djemaa de M'barek Soussi (bahjette Fès El Bali) et Youm Lekhmis de Bensehla...c'était mon éclipse à moi...et aussi l'anniversaire de ma fille qui était à mes cotés...elle sait que ça n'a pas été facile...ça aide à rester humble...
En effet, 50 ans après son passage, la sublime Vera Kitova, médecin, femme de lettres et artiste-peintre, revient à Mostaganem. Reçue comme une diva, cette femme médecin au long cours, qui assume avec panache ses 74 ans, est arrivée à l’aube de l’indépendance de l’Algérie, alors que, dans leur grande majorité, les hôpitaux algériens étaient totalement démunis de ressources humaines. La visite au niveau de l’hôpital Ernesto Che Guevara a été un grand moment d’émotion, surtout lorsque cette hôte de marque de l’Algérie s’est remémoré avec exactitude de l’emplacement des services. Elle parle alors avec spontanéité de l’accueil qu’elle avait reçu par le corps paramédical en activité à l’époque, car elle souligne qu’en cet automne 62, l’hôpital de Mostaganem était totalement démuni de médecins. Elle se souvient de ce jour du 10 novembre 1962, lorsque le président Ben Bella en personne reçoit la délégation bulgare à Alger et lui tient un discours dont elle se rappelle les moindres détails.
Notamment, lorsque leur hôte leur parle de l’état de délabrement du système sanitaire et surtout des besoins colossaux en médecins. Agée à l’époque d’à peine 24 ans, affectée à l’hôpital civil de Mostaganem, la fringante gastro-interniste s’était mise à l’ouvrage avec fougue et engouement afin d’assurer, dans les terribles conditions de l’après-guerre, un véritable service hospitalier à l’ensemble des malades qui affluaient de toutes parts, d’autant qu’à l’indépendance, la wilaya de Mostaganem s’étendait jusqu’à l’actuelle wilaya de Mascara et aussi à celle de Relizane.
Il fallait, dira-t-elle, tout organiser. Elle se souvient alors de l’engouement autour d’elle des jeunes infirmiers et infirmières qui s’attelaient à leur tâche avec un sens de l’engagement qui frisait le stakhanovisme. Elle n’a pas oublié l’accueil de «Monsieur Berbère, le directeur de l’époque, qui nous a demandé de nous répartir en fonctions des services et c’est ainsi que moi-même, je me suis occupée de la médecine «femme» avant de me consacrer à l’ouverture du service pédiatrie». Un service qu’elle a retrouvé complètement transformé et bien doté en personnels, ce qui me fait grandement plaisir, souligne-t-elle avec force.
Parlant du rythme de travail, elle se rappelle qu’elle et ses collègues de la délégation médicale bulgare travaillaient sans interruption. Nous étions obligés d’œuvrer jour et nuit et nous n’avions aucun répit face à l’afflux de malades qui venaient souvent de très loin et qui étaient totalement démunis. Personne ne nous forçait à travailler à ce rythme, mais c’était notre devoir que de donner le meilleur de nous-mêmes afin de soulager les patients. Dans un français impeccable, elle souligne combien la pratique médicale en Algérie lui a été utile à sa formation, insistant sur «le sens de la responsabilité que j’ai apprise ici, en Algérie».
Pour moi, dira-t-elle, «c’est en Algérie que j’ai pris conscience du rôle du médecin dans la société, surtout à travers les liens entre le praticien et son patient». Elle en a été tellement marquée que lorsque, une dizaine d’années plus tard, elle se retrouve à l’hôpital Bichat, dans les services du professeur Debré, ce dernier n’a pas manqué de remarquer son dynamisme et sa grande maîtrise des rapports médecin-malades. «Depuis, j’ai conscience que mon passage en Algérie a été très bénéfique pour ma propre formation».
En sus des ses compétences médicales avérées, l’hôte de Mostaganem a plusieurs cordes à son arc. C’est presque par omission qu’elle décline ses passions pour l’écriture et pour la peinture. Sous la conduite du Dr Hajije, elle est allée à la rencontre de l’Ecole régionale des beaux-arts, où le miniaturiste et peintre Hachemi Ameur aura sans doute ouvert de nouvelles perspectives de collaboration dont Mostaganem sera encore une fois le réceptacle.
En effet, Vera Kitova, quand bien s’en défend-elle, est une artiste de grand talent. Lors de ce bref séjour, elle n’a pas manqué de croquer quelques esquisses de ce qui deviendra sans doute une belle et généreuse exposition de peintures. L’occasion est trop belle pour qu’au prochain salon de l’art contemporain, dont on vient à peine de boucler la seconde édition, elle fasse partie des artistes-peintres invités, d’autant qu’elle n’a pas caché son profond désir de renouer les liens avec Mostaganem et ses frémissements très particuliers. Frémissements qui serviront certainement de trame à un livre que cette dame projette d’écrire afin d’immortaliser son passage à Mostaganem.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …