Accéder au contenu principal

Denis Martinez en 52'



Une vérité âpre et radieuse

Ce film de 52'  parle de l'œuvre peinte de Denis Martinez depuis les premiers travaux en 1961. Les interviews de Denis Martinez dans ses ateliers de Blida et Marseille, d'autres artistes et amis (Karim Sergoua, Ali Silem, Hacène Metref, Hachemi Ameur, Lounis Aït Menguellet, Nourredine Saadi, Aziz Mouats, Adlane Djeffal,...), souvent d'anciens élèves de l'école des Beaux-Arts d'Alger, nous aideront à circonscrire l'homme, le pédagogue et l'artiste.

L'ensemble permettra d'appréhender dans sa richesse l'immense artiste qu'est Denis Martinez qui a toujours su donner un prolongement moderne plein d'actualité à l'art millénaire de l'Algérie, aussi bien les dessins pariétaux du Tassili que les motifs ornementaux kabyles ancrés dans la mémoire populaire. Il représente un modèle d'homme libre, par la cohérence de son parcours depuis sa jeunesse et l'essence de la pédagogie qu'il a a mise en œuvre en 40 années d'enseignements : faire découvrir aux étudiants (dont beaucoup se devenus des artistes importants et des amis) la liberté de création hors des sentiers battus et des menaces de tous ceux qui voudraient museler ces libertés clairement affirmées dans le climat social difficile depuis l'indépendance algérienne.

La participation de Denis Martinez aux luttes des intellectuels algériens pour la démocratie et la liberté de création sera également rappellée, notamment par ses propres commentaires devant les œuvres d'exil ("Porte des égorgés", "Porte des tués par balle", "Fureur là-bas, errance ici",...) et les témoignages de ceux avec qui il a partagé ces épreuves.
Enfin, le travail récent, l'intervention en public sur un tractopelle à Mostaganem, le travail sur son ami musicien de Blida, Bahas, clôtureront le film... 



Réalisateur, chef opérateur : Claude Hirsch
Directeur artistique : Stéphane Dhenin
Montage : Cécile Amiand-Glory
2011-2013






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits