Accéder au contenu principal

Les Ouled Riah sont parmi nous



 ...Nul n'est parfait...je n'ai aucune prétention, je suis un pur enfant du Nord Constantinois...personne ne m'a forcé à venir à Mostaganem...j'y suis venu pour faire des études et retourner dans mon terroir...mais les choses ne se sont pas passés ainsi...à la fin de mes études, alors que j'avais une nomination au Commissariat de mise en valeur du BouNamoussa - Annaba, là où j'ai effectué mon stage de fin d'études, c'est notre cher et regretté HADJ BENABDALLAH BENZAZA, alors Directeur Général de l'ITA qui a tout fait pour me garder auprès de lui en me disant " Bl'a Jeddek ghadi teg3oud tedroub El M3aya el Mes'ha"... 
…avec le temps, j'ai effectivement travaillé de ma main la terre de la famille BENZAZA...avec laquelle je me confonds volontiers... 
…j'ai ensuite connu le regretté Hadj MUSTAFA BENZAZA, l'ex ministre des télécom, celui qui ramena la fibre optique depuis le Japon et la téléphonie numérique de chez Ercikson, le Suédois...par la force des choses, étant très attiré par le milieu culturel, j'ai découvert très tôt le festival du théâtre amateur et j'ai même été ami avec MONSIEUR OULD ABDERRAHMANE KAKI que j'ai connu à la librairie Baraquet de feu Hadj BENSABER KARAKACHE dit Baby...je voudrais juste souligner qu’au départ de Hassan Benaouda de la présidence du Renouveau ( 1997)...lors d'une réunion au siège du Croissant Rouge, au dessus de la SONIPEC ex Bata, c'est Monsieur Djelloul BENDERDOUCHE Pharmacien, ami de FERHAT ABBES et ancien maire de Mostaganem qui m'a demandé de prendre la présidence du RENOUVEAU...proposition qui m'a fait un immense plaisir et que j'ai déclinée pour 2 raisons: -la première est que je ne pouvais pas faire de cumul puisque j'étais Directeur de l'ITA... - et la seconde, c'est que les affaires de la ville, surtout celles qui font appel à une bonne connaissance de la société, doivent être assumées par des ENFANTS DE LA VILLE...et pas des personnes venues d'ailleurs...mais ça c'est une autre culture...ceci étant dit...je me sens très bien à Mostaganem et jamais je ne l'ai trahis....tout le monde ne peut pas en dire autant...y compris parmi ses enfants… 
 
…j'ai été correspondant d'El Watan durant 14 ans...j'ai essayé de donner la plus attrayante image possible de la ville et de toute la wilaya...à travers mes écrits...je suis fier d'avoir sauvé le site de l'ITA pour lequel certains fils de Mostaganem se sont acharné afin de le transformer en centre commercial avec l'appui d'un ancien PAPW et "ancien Moudjahid"...si aujourd’hui plus de 8000 étudiants fréquentent assidument ce site en plein cœur de la Cité, c'est grâce à mon combat solitaire... …je suis heureux d’avoir écris 2 livres sur la culture et les gens de culture de Mostaganem…ce fut pour moi 10 années de labeur intense …mais quel bonheur ! puis, il y a eu cette rencontre avec le Dahra et ses résistances, ses souffrances, ses enfumades et ses richesses…grâce à Mostefa Abderrahmane qui m’u a emmené, c’est moi qui ai sauvé le site des Carrières de Sidi Ali, qui fut un centre de torture durant la guerre de libération nationale…grâce à Madani Beghil et Mostefa Abderrahmane, j’ai pris connaissance des terribles enfumades de Nekmaria…c’est moi seul qui ai pris l’engagement, le 14 juin 2007, devant mon fils Ali et le chauffeur de la commune de Nekmaria qui avait accepté de nous guider jusqu’à la grotte martyre….
 
...c’est moi qui ai interpellé le ministre des Moudjahidines M. Chérif Abbès lors de la commémoration du 19 mars 2012 au niveau du cimetière de Ouled Baroudi…et c’est ce jour là que le ministre a pris la décision de rendre un hommage national aux Ouled Riah…dans la foulée, lorsque M Seddiki Recteur de l’université m’a demandé de prendre en charge l’organisation d’un séminaire sur les Enfumades et les massacres coloniaux, j’ai tout de suite accepté et j’ai fais tout ce qu’il fallait faire pour que cette rencontre soit une réussite…ce jour du 20 juin 2012, lorsque j’ai vu confluer des citoyens de toutes parts, je n’étais pas peu fier de souligner à l’ouverture du séminaire que dans l’auditorium qui porte le nom de mon défunt ami et collègue Mohamed Benchehida que « les Ouled Ryah sont parmi nous »…
..tous le monde s’est alors tourné vers la douzaine de fiers descendants de cette valeureuse tribu venus spécialement de Nekmaria pour assister à cette rencontre… Pourtant, ce jour là, nous étions 3 personnes dans l’auditorium à savoir que les vrais et authentiques Ouled Riah, ceux qui furent enfumés dans la grotte le 19 juin 1845 étaient EFFECTIVEMENT parmi nous…
En effet, la veille du séminaire, grâce à l’entregent d’un enfant de Mostaganem – il est encore en activité, donc je ne dévoilerais pas son identité- une équipe de l’ENTV avait été envoyée depuis le siège d’Alger pour couvrir cet évènement…Il avait été convenu que ce soit un collègue, professeur au département de Français et fils de la région Dahra/Ouarsenis, qui guiderait l’équipe de l’ENTV jusqu’à la grotte… Retenu, mon collègue s’excusa auprès de M. Seddiki qui n’avait d’autre alternative que de me confier la mission…mission que je ne pouvais refuser malgré mes charges pour la simple et bonne raison que j’étais le seul à connaitre les lieux ! Je fis contre mauvaise fortune bon cœur et je me soumets à l’autorité de mon supérieur …j’appelle mes mais des Ouled Riah pour nous attendre sur le site…et nous partons sous un soleil de plomb. Arrivés au douar Ch’karnia, en plein cœur des Ouled Riah, mes amis étaient là avec de l’eau fraiche et des boissons chaudes….nous sortons la caméra et entamons les premières prises de vue…soudain, des enfants du douar viennent m’aborder : « 3ammi Aziz, El bareh D’khlana lel maghara ou sobna l’a3douma » (Tonton Aziz, hier nous sommes rentrés dans la grotte et nous avons trouvé des ossements »). Pendant un temps je suis resté KO debout…Alors que depuis la fin du 19ème siècle, depuis que le géographe Émile-Félix Gautiera visité les grottes en compagnie du petit fils du Khalifa de Nekmaria, personne n’y est rentré…je me tourne vers l’équipe de l’ENTV et leur explique que c’est une occasion HISTORIQUE…très vite nous nous dirigeons vers l’entrée de la grotte…à travers la falaise, car tout était à l’état naturel…seul un sentier très abrupt permet d’arriver au lit de l’oued El Frachih et de remonter ensuite vers la grotte dont le passage est hermétiquement fermé depuis très longtemps…
alors que je les invitais à nous suivre, l’équipe de l’ENTV refusa net de nous accompagner dans l’inconnu…pour ma part, je n’ai pas hésité le moindre instant, avec les trois enfants qui m’accompagnaient je demande où est le passage….qui est tellement étroit que j’ai du me mettre de biais pour passer….la suite tout le monde la connait, je remonte avec des ossements et du linge de corps retrouvé au fond de la grotte sous 20 à 30 cm de poussière et dans une totale obscurité…je vous passe les détails…une fois filmés par la caméra de l’ENTV et pris en photo par mes soins, les restes des martyrs ainsi que les effets remontées de la nécropole sont confiés à mes amis de Nekmaria…recouverts d’un drap propre et mis soigneusement dans une boite…ils seront parmi nous dans l’auditorium lorsque retenti Kassamen…voilà pourquoi je pouvais dire sans sourciller mais non sans une profonde émotion que « Les Ouled Ryah sont parmi nous »…alors, celui qui a eu cet honneur de remonter à la surface des restes de ses compatriotes morts au champ d’honneur…166 ans auparavant, ne doit s’attendre à aucune gratification , ni reconnaissance…car il a été comblé…pourtant, il venait de loin… 
Aziz Mouats Journaliste, Auteur, Université de Mostaganem...
 
 COMMENTAIRES
Benkritly Hadj Belkacem Merci Aziz pour tout ce que tu faits pour nous permettre de nous reaproprier notre histoire...j'étais témoin du séminaire tenu en 2012...c'est ce jour là que j'ai entendu parler des ouleds Riah et des ENFUMADES. . Et depuis 2012 que de chemin parcouru...Bon sang ne saurait mentir ! Dans tes veines court le sang de NOVEMBRE..mon frère. ..
Fadela Ben Benabdeloued
Fadela Ben Benabdeloued ...Mr Aziz Mouats nous a permis de connaître jusqu'où pouvait aller le Patriotisme Profond d'une personne aimant son PAYS,...Rien ne l'obligeait à entreprendre ces investigations en ce qui concerne les Ouled Riah ou autre, si ce n'est son Amour pour so...Voir plus
M'hamed Khouidmi
M'hamed Khouidmi Bravo si aziz pour ce travail.
Senouci Ouddan
Senouci Ouddan Je ne saurai dire combien de fois j ai accompagné Aziz a GHAR FRACHIH, et c est toujours la même émotion, la même ferveur de relater les événements des ENFUMADES à ses nombreux amis et/ou invités. Je vous conseille mes amis à effectuer une visite vous ne le regretteriez pas.
Boualem Rais
Boualem Rais Chacun son travail ...!...c'est pas fini ...
Djaâfar Bensalah
Djaâfar Bensalah digne héritiers des oeuled rayah aziz
Mohammed Tahar
Mohammed Tahar Esperrons que d'autres aurons a coeur de deterer d'autres ouelad riah a travers le pays et ils sont nombreux et repertoriés par ceux la meme qui ont commis ces atrocitès.
Alors a tous nos chercheurs le chantier est immense mais si valorisant.
Mohammed Beghdad
Mohammed Beghdad Très émouvant mon cher Aziz.
Art Nej
Art Nej Ça fait tomber des larmes...tu es un grand AZIZ!
Canalhistorique Rcd
Aziz Mouats
Votre commentaire...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…