Accéder au contenu principal

La Derdara et l'imposture

 Pèlerinage estival sur les terres de l'Emir Abdelkader...passage obligé sous la Derdara, le frêne sous lequel l'Emir Abdelkader a reçu l’allégeance des tribus...le lieu ne manque pas de sobriété...cependant, j'y ai relevé quelques incongruités ...qui m'ont très fortement impacté...encore une fois, ce lieu chargé de notre mémoire collective et ô combien symbolique aura été livré à une stupide méprise...


Je rentre à l'instant de la Derdara...c'est le frêne sous lequel a été sacré l'Emir Abdelkader...il a pris un coup de vieux...c pas de sa faute...des petits génies " dans le sens étymologique indigène" se sont installés tout autour...on dirait une manif...avec des pancartes...signées...ça fait très bazar ...j'ai pas osé retenir des noms...si insignifiants, comme celui d'ancien président de la RADP qui fut chassé par ceux qui l'ont mis au pouvoir, ses postes d'Oujda...après un long séjour dans une sombre caserne, une fois remis à l'air libre il est passé...ce qu'il ne fit point durant sa dictature suprême- normal il n'avait pas bcp de temps avec les hammams qu'il gérait avec rigueur pour faire fondre la graisse à de vrais patriotes...il y avait aussi des anciens chef de la PN...dont un barbu ramené depuis le fringant Sersou par celui qui s'est présenté comme étant le redresseur révolutionnaire en chef...c'est dire si la révolution avait besoin de forgerons...la suite...avec les photos de ceux qui étaient en pèlerinage avec moi - Brahim Senouci et Senouci Ouddan- dans les quartiers premiers de l'Emir Abdelkader...dans cette fertile et verdoyante plaine de Ghriss, une Mitidja haut perchée, qui mériterait qu'on lui recharge sa nappe....y compris avec l'eau du Bouhanifia, du Fergoug envasé et pourquoi pas celle du MAO...



C'est, là où, avec ses fidèles, l'Emir Abdelkader O/Mahieddine entama la résistance contre la guerre de conquête de notre si beau et si chaud pays...une chose est sure, autour du vieux frêne , on a rien trouvé de mieux à faire que de laisser des apprentis dirigeants en mal de reconnaissance et surtout de légitimité se prêter à un curieux cérémonial: planter un frêne autour de la Derdara...et pourquoi donc? je me suis dis que peut être c'était en prévision d'une éventuelle Moubaya3a? et j'ai enfin compris pourquoi ce pays est si mal géré...à chacun sa Derdara, donc à chacun son allégeance...franchement je vais vous dire... 


Ce spectacle est pitoyable car il relève d'un mimétisme primaire et stupide...à défaut de faire mieux sinon autant que l'Emir pour unifier la Nation et construire un État, nos guignols du pouvoir, lui ont infligé ce sinistre scénario...mais rassurons-nous, leurs arbres ridicules, tous flanqués du nom de son planteur...n'ont ni la simplicité ni la majesté de celui de l'Emir...alors que ce dernier s'est couvert d'une carapace en forme de mosaïque, tressée avec élégance par sa propre écorce...et que son tronc porte de multiples blessures qui feraient bondir le peintre Mohammed Khadda, l'adorateur de l'olivier, et pendant que l'original s'est pris au jeu du sculpteur en donnant de l'épaisseur à sa base...les frênes de la nomenklatura, pressés les uns contre les autres...s'étirent vers le ciel dans une minceur insipide...comme s'ils cherchaient juste à grandir vite et à faire de l'ombre au frêne Premier...morale de l'histoire, il est vain de chercher à taquiner l'histoire...elle se venge toujours de ses imposteurs...





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…