Accéder au contenu principal

Des champigons sympa, ça existe!

Champignons amicaux – Comment ils pourraient aider les producteurs d’orge à nourrir la planète sans produits chimiques
Source: EurekAlert.org (9 février 2015)
Auteur: s/o  
L’orge est la quatrième culture céréalière la plus importante au monde. Elle peut pousser dans des conditions environnementales relativement mauvaises. C’est une source vitale de nourriture et de revenu pour de nombreux agriculteurs à travers le monde. Elle est aussi sujette à de nombreuses maladies, avec les producteurs qui se servent d’un barrage constamment changeant, fait de cocktails de produits chimiques et de pesticides, pour garder une longueur d’avance. Or, des botanistes de Trinity College Dublin, en Irlande, ont découvert que des champignons naturels favorables aux plantes pourraient empêcher la propagation de maladies qui ravagent les cultures, voire contribuer à la survie des plantes dans des conditions environnementales difficiles. Les endophytes fongiques utilisées par l’équipe semblent avoir une relation symbiotique avec l’orge. « Ces liens symbiotiques sont donc une véritable question de vie ou de mort pour les plantes, ainsi que pour de nombreux agriculteurs qui dépendent de ces cultures », déclare Brian Murphy, l’auteur principal de l’article publié dans la revue BioControl. L’équipe cherche comment inoculer les cultures de façon préférentielle, étant donné que les chances d’une union entre l’orge et les champignons naturels sont faibles. Trevor Hodkinson, professeur agrégé de Botanique, ajoute : « Le défi majeur pour l’agriculture est d’accroître les rendements des cultures tout en progressant vers des systèmes agricoles plus durables. Ces endophytes fongiques racinaires naturels offrent un potentiel énorme en termes de réduction de la dépendance de l’agriculture à l’égard d’intrants chimiques nocifs pour l’environnement. Nous cherchons à renforcer la recherche dans ce domaine et à commercialiser la technologie »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…