Accéder au contenu principal

Mme Flici renie son soutien a Bouteflika




Lors de sa rencontre vendredi 15 mars avec les familles de victimes du terrorisme au niveau de la bibliothèque communale, la présidente de l’organisation nationale des victimes du terrorisme (ONVT), Fatima Zohra Flici a fait un bilan sans concessions et sans détours de la politique dite de réconciliation telle que prônée par Abdelaziz Bouteflika depuis son retour aux affaires. Tout en soulignant les retombées indéniables sur le plan sécuritaire, l’intervenante a eut les mots les plus durs vis-à-vis de la réconciliation et de son corollaire, la grâce amnistiante qui aura fait la part belle aux repentis. Réunis au niveau de la bibliothèque municipale de Sidi Ali, 50 km à l’est de Mostaganem, les représentants des familles des victimes du terrorisme ont mis en exergue les disfonctionnements nés de la mauvaise prise en charge des veuves et des orphelins de la décennie rouge. Comme cette veuve d’un brigadier de police, venue spécialement de Tiaret, à peine la quarantaine, qui a eut beaucoup de peine à s’exprimer dans un micro pour dire combien elle continue de souffrir du peu de considération et de la maigre pension qu’elle peine à partager entre ses trois enfants. Son discours entrecoupé de sanglots a mis à mal et les organisateurs et les autres représentants des victimes du terrorisme.  Lors d’un point de presse, Fatima Zohra Flici est revenue sur les péripéties ayant abouti au soutien de son organisation à l’initiative du président Bouteflika. Si elle ne renie pas les retombées de cette politique sur les plans sécuritaires, elle considère que sur le plan psychologique, rien n’a été fait pour venir atténuer un tant soit peu la douleur et les blessures des familles endeuillées. Lorsque nous lui demandons si elle referait la même chose, sa réponse fuse cinglante : «  jamais de la vie, car en ce qui nous concerne, nous les victimes du terrorisme, nous n‘avons jamais pardonné, certes nous avons tourné la page, mais nous l’avons pas déchiré » ! Rappelant que pas moins de 4 chefs de gouvernement – Ali Benflis, Ahmed Ouyahia , Abdelaziz Belkhadem et de nouveau Ouyahia- ne se sont jamais souciés de faire aboutir un projet de loi déposé par l’ONVT afin de donner un réel statut à cette catégorie de patriotes, ajoutant que c’est ce projet de loi qui lui a valu d’être exclue des candidatures à l’assemblée nationale. Concernant les remous ayant secoué l’ONVT, F. Z. Flici les attribuera à ses opposants à l’intérieur de l’organisation envers lesquels elle usera de mots très lourds de sens, allant jusqu’à renoncer à toute forme de pardon, «  ni ici, ni là haut, seul Dieu pourra leur pardonner ». Car ajoutera-t-elle, avec leurs manœuvres, ces dissidents auront gravement porté atteinte à la moralité et au bon fonctionnement de l’organisation. Comme pour confirmer ses dires, ni elle, ni la délégation qui l’accompagnait ne se sont rendus au cimetière de Mostaganem, là où reposent les 4 scouts victimes de l’attentat du 1er  novembre 1994, au cimetière de Sidi Ali. Parmi eux, le propre fils de Boualem Ahmed, l’ex secrétaire général de l’ONVT et chef de file des opposants à la ligne défendue par Mme Flici.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits