Accéder au contenu principal

Mme Flici renie son soutien a Bouteflika




Lors de sa rencontre vendredi 15 mars avec les familles de victimes du terrorisme au niveau de la bibliothèque communale, la présidente de l’organisation nationale des victimes du terrorisme (ONVT), Fatima Zohra Flici a fait un bilan sans concessions et sans détours de la politique dite de réconciliation telle que prônée par Abdelaziz Bouteflika depuis son retour aux affaires. Tout en soulignant les retombées indéniables sur le plan sécuritaire, l’intervenante a eut les mots les plus durs vis-à-vis de la réconciliation et de son corollaire, la grâce amnistiante qui aura fait la part belle aux repentis. Réunis au niveau de la bibliothèque municipale de Sidi Ali, 50 km à l’est de Mostaganem, les représentants des familles des victimes du terrorisme ont mis en exergue les disfonctionnements nés de la mauvaise prise en charge des veuves et des orphelins de la décennie rouge. Comme cette veuve d’un brigadier de police, venue spécialement de Tiaret, à peine la quarantaine, qui a eut beaucoup de peine à s’exprimer dans un micro pour dire combien elle continue de souffrir du peu de considération et de la maigre pension qu’elle peine à partager entre ses trois enfants. Son discours entrecoupé de sanglots a mis à mal et les organisateurs et les autres représentants des victimes du terrorisme.  Lors d’un point de presse, Fatima Zohra Flici est revenue sur les péripéties ayant abouti au soutien de son organisation à l’initiative du président Bouteflika. Si elle ne renie pas les retombées de cette politique sur les plans sécuritaires, elle considère que sur le plan psychologique, rien n’a été fait pour venir atténuer un tant soit peu la douleur et les blessures des familles endeuillées. Lorsque nous lui demandons si elle referait la même chose, sa réponse fuse cinglante : «  jamais de la vie, car en ce qui nous concerne, nous les victimes du terrorisme, nous n‘avons jamais pardonné, certes nous avons tourné la page, mais nous l’avons pas déchiré » ! Rappelant que pas moins de 4 chefs de gouvernement – Ali Benflis, Ahmed Ouyahia , Abdelaziz Belkhadem et de nouveau Ouyahia- ne se sont jamais souciés de faire aboutir un projet de loi déposé par l’ONVT afin de donner un réel statut à cette catégorie de patriotes, ajoutant que c’est ce projet de loi qui lui a valu d’être exclue des candidatures à l’assemblée nationale. Concernant les remous ayant secoué l’ONVT, F. Z. Flici les attribuera à ses opposants à l’intérieur de l’organisation envers lesquels elle usera de mots très lourds de sens, allant jusqu’à renoncer à toute forme de pardon, «  ni ici, ni là haut, seul Dieu pourra leur pardonner ». Car ajoutera-t-elle, avec leurs manœuvres, ces dissidents auront gravement porté atteinte à la moralité et au bon fonctionnement de l’organisation. Comme pour confirmer ses dires, ni elle, ni la délégation qui l’accompagnait ne se sont rendus au cimetière de Mostaganem, là où reposent les 4 scouts victimes de l’attentat du 1er  novembre 1994, au cimetière de Sidi Ali. Parmi eux, le propre fils de Boualem Ahmed, l’ex secrétaire général de l’ONVT et chef de file des opposants à la ligne défendue par Mme Flici.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…