Accéder au contenu principal

La fantasia en deuil


Le monde de l’équitation traditionnelle est en deuil. Il vient de perdre l’un de ses plus dévoués serviteurs.

En effet, Hadj Khettab n’est plus. Celui qui est à l’origine de la fédération de l’équitation traditionnelle vient de perdre son ultime bataille contre la maladie. Le monde associatif en général et celui de l’équitation lui doivent beaucoup. Aussi dynamique que discret, ce fils des Souaflias, l’un des berceaux des Médjahers, n’avait pas son pareil pour rassembler plusieurs centaines de cavaliers à l’occasion des festivités nationales ou locales. Lui seul parvenait à réunir les plus grands rassemblements de chevaux du pays. Que ce soit à l’occasion des visites présidentielles, des salons spécialisés, des campagnes électorales, des concours de sport équestre comme le printemps équestre du Dahra dont il était l’un des piliers, Hadj Khettab était omniprésent.


Plus que les cavaliers de Mostaganem, Sidi Lakhdar ou Bouguirat, son aura avait largement atteint les plaines du Sersou et celles de Ghriss, voire Maghnia, Sidi Bel Abbès et Saïda. Redoutable d’efficacité, il savait se faire très discret. Depuis plusieurs mois, sa silhouette avait disparu de la scène équestre régionale, atteint d’une maladie pernicieuse, ses apparitions s’espaçaient de plus en plus. Sa mort intervient à un moment où des soubresauts agitent le monde de l’équitation à Mostaganem. La fédération de l’équitation traditionnelle qu’il présidait devra se surpasser pour lui trouver un remplaçant aussi affable, aussi respecté et aussi rassembleur.

Commentaires

  1. Cheikh El foursane n'est plus,triste nouvelle que tu nous apprends là,Aziz!
    On dit souvent : "le Cheval est le meilleur ami de l'homme.Hadj kKhattab était le meilleur ami du cheval.
    J'ai connu ce valeureux fares, il y à plus de 40 ans.je le rencontrais à de rares occasions.Alors que Djamel et moi lui rendions visite ppur une médiation aupres des cavaliers,il n'avait oublié ni mon nom ni ma profession.C 'est vous dire qu'il avait une mémoire étonnante .dés lors , je compris l'importance des relations humaines.
    Saura-t-on lui rendre l'hommage qu'il méritait.
    Allah yerhamou.

    RépondreSupprimer
  2. Il mérite certainement que sa mémoire soit honorée par exemple par l'organisation d'un fantasia en son nom...

    RépondreSupprimer
  3. d'une fantasia...correction oblige...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…