Accéder au contenu principal

Le MaMa dans la baignoire


 Une franche polémique entre un architecte et un maitre nageur...sous l'œil narquois de Mustafa Benfodil...un polémiste qui n'a pas tout dit...

Dans El Watan du 16 et du 20 juillet 2011

 L’architecte du musée dénonce

«Le vrai Mama n’a jamais été livré !»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

Erigé sur la carcasse des anciennes Galeries de France, le Musée d’art moderne (MaMa) présenterait, selon son concepteur, plusieurs anomalies dues au fait que la bâtisse devait être fermée après l’Année arabe afin de permettre au maître d’œuvre d’aller au bout du chantier, ce qui n’a pas été fait.
25, rue Larbi Ben M’hidi, Alger. Un imposant bâtiment blanc, aux immenses baies vitrées, trône à cette adresse. C’est le MaMa : le Musée d’art moderne et contemporain d’Alger, clin d’œil assumé au MoMa de New York.
Alentour, le quartier vaque à sa fièvre marchande quotidienne. Petit tour à l’intérieur du musée. Un vent frais nous happe d’entrée, ce qui n’est pas pour nous déplaire par cette chaleur caniculaire. A l’affiche : une expo collective regroupant six artistes peintres algériens. Aux effluves revigorants de la clim’ s’ajoute la brise de fraîcheur artistique dont nous gratifient nos six créatifs et qui nous fouette gaiement l’esprit. Quelques visiteurs solitaires arpentent les allées du bâtiment avec nonchalance. Deux vieilles dames s’extasient devant les œuvres en égrenant des souvenirs encore vivaces pendant qu’un flâneur s’attarde sur la bâtisse elle-même, ses arabesques, sa lumière, ses trois voûtes somptueuses surplombant l’atrium. Sans oublier sa blancheur omniprésente qui s’explique par l’effet «white box» voulu par l’architecte. De fait, l’édifice se laisse admirer au même titre que les œuvres. «La première chose que l’on voit dans un musée, c’est… le musée», professe Halim Faïdi, l’architecte concepteur du MaMa. Et c’est d’autant plus valable pour cet espace d’art qui a la particularité d’être le produit d’une réécriture architecturale sur un ancien bâtiment, à savoir «Les Galeries de France» signées Henri Petit. La bâtisse, qui remonte à 1909-1910, s’inscrit dans le courant «néo-mauresque» qui a vu fleurir d’autres ouvrages du même style à l’instar de la Grande-Poste et de la wilaya d’Alger.

L’Année arabe et ses «délais politiques»

Si ce joyau architectural a tout pour séduire, il n’est pas vraiment ce fabuleux écrin de lumière qui ferait la fierté d’Alger, déplore Halim Faïdi. L’architecte en chef du projet est formel : le MaMa tel qu’il se présente aujourd’hui n’est qu’un «décor». Autant dire : une maquette grandeur nature. «Le vrai MaMa n’a jamais été livré. Ce que nous avons là n’est qu’une grande et belle galerie publique. Cela ne répond ni aux normes ni aux fonctions du musée tel que le marché l’a prévu», assène-t-il.
Petit rappel des faits : en 2005, un appel d’offres est lancé par le ministère de la Culture avec pour objet «l’aménagement des anciennes Galeries algériennes en musée d’art moderne et contemporain». Un concours national d’architecture est ouvert dans la foulée, et c’est le cabinet de Halim Faïdi qui remporte le marché. Selon les termes du contrat, le MaMa est censé être livré en avril 2009. Dans l’intervalle, un agenda politique majeur vient interférer dans le travail de l’architecte et de son équipe : c’est l’événement «Alger capitale de la culture arabe». Le maître d’œuvre est dès lors prié de boucler le projet dans des «délais politiques». Il fallait qu’Alger «leur en mette plein la vue», à ses hôtes de marque du monde arabe, et le MaMa était la cerise sur le gâteau, la pièce maîtresse de cette opération de charme. «Le MaMa devait être livré au complet, avec ses 13 500 m2, en avril 2009. Nous avons engagé notre contrat et puis le ministère l’a suspendu par un ordre de service pour réaliser une galerie, soit une préfiguration de ce que deviendrait le MaMa, ceci avec des arguments très politiques auxquels nous ne pouvions qu’adhérer, en nous assurant que, passé l’événement, les aménagements définitifs seront entrepris», explique Halim Faïdi. Première mauvaise surprise : l’état désastreux du bâtiment. Et pour cause : l’ancien centre commercial est resté fermé vingt ans durant dans la foulée de la liquidation des Souks El Fellah et autres grandes surfaces de l’Etat. «Très rapidement, en diagnostiquant le bâtiment, nous nous sommes rendus compte qu’il était très vétuste et nécessitait d’abord une remise aux normes avant d’être aménagé. Aujourd’hui, tout le monde s’accorde à dire que la transformation est réussie. Mais ce qu’on a réalisé jusqu’à présent est une parfaite illusion, un trompe-l’oeil. Certes, le trompe-l’oeil est un art, mais ça reste un art mineur», glisse l’architecte.

«Six mois et on ferme»

Le 1er décembre 2007, Khalida Toumi inaugure le MaMa devant un aréopage d’ambassadeurs arabes et de «people» du gratin culturel algérois. Pari tenu. L’opération est un succès complet. Pour Madame la ministre, il ne fait aucun doute que le MaMa est le «clou» de l’année arabe. Voilà qui fait du bien à «l’ego national». S’ensuivront des expos en série qui donnent très vite au lieu sa chair, son âme, ses rituels. Le MaMa s’installe dans le paysage culturel. Il vit. Il s’enracine dans le quartier, au point de faire oublier aux nostalgiques les plus inconsolables le bâtiment néo-mauresque qui prêta son corps au musée comme dans une «métempsychose architecturale».  Aux dires de l’ancien maître d’œuvre, «un accord  a été passé avec le maître d’ouvrage en vertu duquel, au bout de six mois, on ferme et on engage les travaux à partir de zéro ou de zéro + 1, mais cet accord n’a pas été respecté». Il est aisé de comprendre que le tournant dans cette affaire aura été cette «Année arabe». Celle-ci trahit manifestement une certaine propension dans le management institutionnel à privilégier l’événementiel au détriment des actions pérennes. «Il faut avoir à l’esprit que ce musée existe par décret. Cela veut dire que le MaMa n’a rien à voir avec Alger capitale de la culture arabe», insiste Faïdi.

Concrètement, que manque-t-il aujourd’hui au MaMa pour s’ériger en musée à part entière ? Sur plan, il est censé disposer au premier chef d’aires de stockage des œuvres «aussi clean qu’un bloc opératoire», préconise l’architecte. «Un musée, c’est d’abord un fonds. Une collection propre. Il y faut donc des réserves. Ensuite, un musée se juge à sa capacité à entretenir ce fonds, ce qui suppose des ateliers de restauration.» Au surplus, l’étude prévoit un auditorium, un atelier pour enfants, une librairie, une cafétéria en bas, et un restaurant panoramique sur le toit, avec vue imprenable sur la baie d’Alger. «Or, six ans plus tard, rien de tout cela n’a été fait. Si on avait fermé en juin 2008 comme prévu, eh bien depuis un an, on aurait eu un vrai musée, au complet», regrette notre interlocuteur. Et de faire remarquer : «Un musée n’est pas qu’un espace d’exposition. C’est avant tout un espace de performance. Si on avait réalisé l’atelier pour enfants, on aurait pu engager un vrai travail avec les écoles. Si on avait eu l’auditorium, nous aurions eu droit à des débats extraordinaires. Le restaurant panoramique aurait drainé mille fois plus de monde, et nous aurions créé une place haute dans Alger et quelque 80 emplois permanents pour l’ensemble du complexe.»
Il est vrai que le MaMa était la meilleure carte de visite de Khalida Toumi durant «l’Année arabe». Mais si la ministre de la Culture tenait coûte que coûte à ouvrir une partie du MaMa pour impressionner les hôtes d’Alger 2007, il faut savoir qu’au-delà de cette opération marketing se profilait un message à usage interne en vue d’obtenir une enveloppe plus substantielle pour la suite des travaux.

«Un budget fixé au pifomètre»

Comme le révèle Faïdi, «le budget initialement débloqué était de 350 millions de dinars seulement, un budget fixé au pifomètre, sans aucune expertise préalable». Un budget d’autant plus dérisoire que l’ouvrage dont il est question n’est rien de moins que le premier musée d’art moderne et contemporain de l’histoire de l’Algérie et, se vante-t-on, le premier du genre du monde arabe.
«Rapportez ce budget aux
13 500 m² de l’ouvrage et ça vous donne
26 000 DA/m². Or, il faudrait au minimum 120 à 130 000 DA par mètre carré pour faire un musée en réhabilitation de la partie existante», assure l’architecte.  En dépit des relations difficiles qu’entretiennent aujourd’hui le maître de l’ouvrage et l’ancien maître d’œuvre, ce dernier refuse de céder au fatalisme et souhaite un règlement à l’amiable de ce contentieux. «Je demande simplement qu’on me régularise et je reprendrai le projet», dit-il. La régularisation évoquée ici concerne  l’opération «études et suivi de la préfiguration du musée». «Cela nous a coûté tout de même la bagatelle de 56 millions de dinars», soutient Faïdi, documents comptables à l’appui. «Je ne cherche ni le scandale ni la polémique. Si j’ai choisi de parler aujourd’hui, c’est parce que nous sommes dans une période de réformes à laquelle je veux croire et j’ai envie de donner une occasion publique pour qu’on corrige le tir», plaide-t-il. Une disponibilité qui ne semble pas trouver écho dans l’entourage de Khalida Toumi : «Au ministère, on semble  dire : ‘‘Tout sauf Faïdi !’’ C’est quand même bizarre ! De l’aveu même de Madame la ministre, s’il n’y avait qu’un mot à retenir d’Alger, capitale de la culture arabe, ça serait ‘‘MaMa’’. Drôle de récompense !» Même s’il se dit «black-listé», Halim Faïdi réclame plus que jamais la paternité du MaMa.  «Ce musée, c’est quand même mon bébé. Ça, personne ne peut me l’enlever, et un père n’abandonne jamais son enfant !», martèle-t-il un brin ému.     
Mustapha Benfodil


Vos réactions 4
handassa   le 16.07.11 | 23h42
irreversibilité
c'est dommage que la restauration d'un tel monument n'a pas bénéficié de spécialiste en la matière, on aurait réuni des études spécialisées pour différents matériaux existants et confier les diagnostics ... la suite
c'est dommage que la restauration d'un tel monument n'a pas bénéficié de spécialiste en la matière, on aurait réuni des études spécialisées pour différents matériaux existants et confier les diagnostics nécessaires de la je suis sur que le bois n'aurait jamais été peint en blanc d'abord solution irréversible et puis le processus de dégradation a été accéléré, il en de même pour le reste des matériaux et solutions sachant que le projet a coûté 70MDA (soit sept 07milliards de centimes) de prestation de l'architecte ou sont les spécialistes?

averroès   le 16.07.11 | 20h57
Il reste la foret
Cher Mustafa, tu as seulement effleuré le premier arbre....il te reste la foret à explorer...tu auras besoin d'un GPS et de bcp de sang froid pour venir à bout de cette jungle et Djahiche n'est que le ... la suite
Cher Mustafa, tu as seulement effleuré le premier arbre....il te reste la foret à explorer...tu auras besoin d'un GPS et de bcp de sang froid pour venir à bout de cette jungle et Djahiche n'est que le petit de l'âne...hachakoum...

Zeminfin   le 16.07.11 | 17h17
Y a t-il une politique culturelle?
Un quelque espoir eut été permis si, avant la réalisation du Mama, les musées d'Alger déjà existants avaient été soigneusement entretenus et visités régulièrement par nos écoliers. Mais ces musées-là là ... la suite
Un quelque espoir eut été permis si, avant la réalisation du Mama, les musées d'Alger déjà existants avaient été soigneusement entretenus et visités régulièrement par nos écoliers. Mais ces musées-là là n’étaient pas prévus dans le programme de visite officielle …….Une preuve de plus qu'on ne sait toujours pas, après un demi-siècle, concilier les impératifs d’ordre politique avec les intérêts des citoyens qu’on est censé servir. On peut aussi comprendre toute la frustration de ce jeune architecte qui s'est déjà illustré par son sérieux, son courage, sa compétence et son honnêteté intellectuelle à l’occasion du débat sur le projet de grande Mosquée d’Alger. Espérons vivement qu’un changement surviendra et qu'il sera entendu !

Wabnitz Oscar   le 16.07.11 | 12h01
Des incultes !
L'art est en déperdition depuis des lustres cher monsieur l'architecte ! votre métier /passion ne s'accorde pas à ces énergumènes qui mènent ce pays aux ténèbres. L'Algérien responsable ( ou non) aime à ... la suite
L'art est en déperdition depuis des lustres cher monsieur l'architecte ! votre métier /passion ne s'accorde pas à ces énergumènes qui mènent ce pays aux ténèbres. L'Algérien responsable ( ou non) aime à faire comme le voisin mais sans la culture et les moyens intelectuels et financiers qui en découlent... Si vous êtes encore jeune, allez-y, un jour ou l'autre ils partiront, il faudra alors faire savoir aux batisseurs que la voie est libre et qu'ils peuvent entreprendre pour l'éternité et non pas pour frimer avec l'année de la culture des incultes!

A propos de l’article sur le MaMa

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 20.07.11 | 01h00 Réagissez

 


Suite à votre enquête publiée le 16 juillet concernant la gestion du projet du MaMa, j’apporte des précisions en guise de droit de réponse : le marché a été conclu avec le ministère et non avec le MaMa qui n’existait pas à l’époque. Assurément,  M. Djehiche, le directeur du MaMa, ne connaît pas le dossier. Il a déclaré : «Quand un architecte travaille sur un projet, le propriétaire reste le maître de l’ouvrage qui est en droit d’intervenir sur le bâtiment chaque fois qu’il l’estime nécessaire.» Il n’y a rien à estimer. Les lois de la République consacrent en matière de construction publique donc de dépense publique un triptyque très clair : le maître de l’ouvrage (MO), responsable de l’opportunité de la dépense et de l’exécution du marché conformément aux prescriptions de l’architecte.
Le maître d’œuvre, responsable de l’aspect technique et du parti architectural (validés par le MO). Enfin, l’entreprise, responsable de l’exécution des travaux conformément aux prescriptions de l’architecte. Les limites de compétence et de responsabilité entre ces trois intervenants sont étanches. Toute contrevenance à cette règle met en péril la traçabilité de la décision et crée une rupture de la chaîne de responsabilités. M. Djehiche déclare : «Si je prends en considération les griefs de Faïdi, dans ce cas-là, si je l’avais engagé pour construire une maison, je ne pourrais pas toucher à ma salle de bains sans demander son autorisation.» Rappel : les travaux ont été exécutés conformément à des prescriptions validées par les services compétents du ministère. Nul n’a le droit d’en changer la nature sans se soumettre aux procédures réglementaires. Il n’appartient donc pas à M. Djehiche de juger de la pertinence d’un ouvrage ni de modifier de son propre chef telle ou telle disposition exécutée et payée. Confusion dangereuse : nous ne parlons donc pas de la salle de bains de M. Djehiche, mais de gestion de deniers publics. Par ailleurs, M. Seray, directeur central et signataire du marché, a déclaré : «Pourquoi Faïdi crache-t-il dans la soupe?» Je suis indigné par la vulgarité du propos en rapport à sa fonction.
Dois-je lui reconnaître une quelconque faveur ? Ou dois-je lui rappeler que le ministère a procédé sous son sceau au règlement de situations de travaux d’entreprises alors que pendant toute la durée du chantier, la relation contractuelle avec l’architecte était suspendue par un ordre de service d’arrêt dûment signé par ses soins ? Voyez-vous Monsieur le directeur, pendant que vous avez suspendu mon contrat, j’étais en train de réaliser une «galerie provisoire» en lieu et place du musée. Alors, galerie ou musée ? Avec ou sans architecte ? Il reste à résoudre cette question à l’amiable en régularisant le contrat de la galerie puis en exécutant le contrat du musée. Enfin, Monsieur le directeur central, puisque nous sommes dans l’«art moderne», je déplore qu’à votre niveau de responsabilité vous confondiez marchés publics et soupe populaire. CQFD.

Halim Faïdi – architecte

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…