Accéder au contenu principal

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni  

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu rien me dire. Du jour au lendemain les deux magasins sont fermés et nous nous retrouvons sans le sou pour vivre. C'est alors que commence l'enfer au quotidien: la police tous les jours, l'armée sur le toit de notre maison toutes les nuits,ils cherchaient père. Les interrogatoires, les convocations au commissariat. Ma mère en larmes, désespérée ne sachant que faire. C'est ainsi que j'appris que mon père a rejoint le maquis. En 1957, le 19 octobre exactement en sortant de l'école j'ai aperçu la photo de mon père sur le journal la Dépêche de Constantine.On y lisait qu'il a été tué aux abords de la ville. Je rentre à la maison où je trouve mère en train de laver le linge dans la cours. Je lui annonce alors que mon père est mort. C'est moi qui lui apprend la tragédie survenue. C'est ainsi que nous sommes définitivement devenus orphelins.Une mère analphabète, qui n'avait aucun membre de sa famille vivant. Ce sacrifice , le plus grand qui soit , le don de la vie, Père l'a fait en abandonnant carrière et famille. Et que dire de Benboulaid, BenMhidi et de tant d'autres. "Il n'est jamais rien donné à l'homme, ni sa force ni sa faiblesse", dit le poète. 
 
Certes les temps sont durs , mais c'est parce qu'ils sont durs que le combat mérite d'être mené. Oui comme vous, je suis envahi par le désespoir, mais en regardant au loin le combat de nos aînés, je me dis que rien n'est impossible. Ils sont grands parce qu'ils ont accompli une grande chose. Le plus magnifique exemple est à cet égard Belouazdad, c'est la figure la plus emblématique du sacrifice et de l'engagement, son visage illumine le ciel de l'Algérie, tuberculeux, démuni il a mené le combat militant jusqu’au dernier souffle. Que vaut notre sacrifice auprès du sien. Ce sont ces visages qui doivent nous servir d'exemple. C'est pour poursuivre leur combat et sauver leur idéal qu'il faut maintenir la flamme allumée. Les larmes , elle sont belles quand elles envahissent le visage d'une femme courageuse. Vous êtes une femme courage et ils sont très nombreux à vous aimer. En toute amitié voici une photo de cet enfant dont je vous parlais, il est là avec son père , une dernière fois réunis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…