Accéder au contenu principal

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est- ce Kharrouba Plage était encore digne de représenter la fierté des Mostaganémois? Vu l'état de délabrement avancé, était il juste de laisser les choses se dégrader au point où plus personne ne reconnaissait l'endroit où il a grandi et appris à nager...Franchement la situation était devenue insoutenable...Faut il continuer à se lamenter? A mon humble avis, il serait plus constructif de se retrouver, de s'organiser solidairement et d’impulser une développement harmonieux qui garde le cachet ancien et qui préserve ce site magnifique...Il est plus que temps de s'impliquer afin que les aménagements soient à la fois harmonieux et modernes....un site qui serait une belle copie de celui de Sidi Boussaid en Tunisie, avec en plus une belle et spacieuse marina...des boutiques pour artisans, des maisons d’hôtes, des restaurants, des aires de détente...tout ceci sera possible, ensemble, nous pourrons faire de Sidi Mejdoub un havre de paix où les familles de Mostaganem, de Tobbana ou de Tigditt pourraient venir se prélasser sans se faire agresser par la laideur et par la désolation...Je ne suis pas toujours d'accord avec l'APC, mais je sais qu'elle se compose de personnes ouvertes au dialogue et à la concertation...je sais aussi que Mosta possède de bons, voire de très bons architectes qui auront à coeur de donner à leur ville un exutoire balnéaire digne du passé glorieux de ses habitants...Il faut aussi y inclure une promenade en la forme d'un belvédère qui partirait de Sidi Mejdoub jusqu'au site de l'ancien restaurant La Sirène...il serait possible de prolonger la route et les jusqu'au rocher dit des "Trois frères" et pourquoi ne pas prolonger la promenade jusqu'à la plage du Chéliff "Sonaghter"? 
Pour cela, il faut se mobiliser dans la sagesse et le sérieux et travailler avec tous les responsables, tout en tenant la population informée de toutes les démarches...c'est ça le vrai développement! et surtout éviter les calamiteuses constructions de Salamandre et des Sablettes...Voilà un projet qui projetterait Mostaganem dans le futur et qui en fera très certainement une petite perle dans la méditerranée...Cessons nos lamentations et prenons le taureau par les cornes, il y a du travail pour tous...de grace mes amis, ne faisons pas comme Boabdil, ne pleurons plus sur les ruines...

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…