Accéder au contenu principal

Med Bahloul, la thérapie par l'Art




Vous étiez beaux, vous étiez forts, vous étiez heureux...vous étiez fiers...de venir au musée Zabana...fêter l'art pictural...fêter l'amitié, fêter Mohammed Bahloul...Comment vous remercier? Pourquoi vous remercier? puisque dans vos sourires, dans vos regards,dans votre démarche, il y avait ce que l'on peut offrir de mieux..le réconfort, celui que l'on donne...celui que l'on reçoit...celui que l'on partage sans compter...celui par qui le bonheur devient possible...nous avons solidairement accompagné notre ami dans ses moments d'incertitudes...nous avons tous suivi avec une grande douleur son long et insoutenable combat contre la maladie...nous avons tous espéré sans grande certitude...mais nous n'avons jamais abdiqué...pour Mohammed, pour l'amitié, pour la vie...et puis, par petites touches, notre ami a trouvé les motivations auprès de chacun d'entre nous...c'est votre présence jamais démentie qui a aidé à l"accomplissement du miracle...Hier, en ce somptueux musée Ahmed Zabana...vous avez été au rendez-vous...l'amitié avouée, l'amitié assumée, l'amitié donnée...soigne de tout...Je voudrais vous saluer et non pas vous remercier - de quel droit?- mais je voulais faire une digression...en citant un homme et une femme...qui sont pour moi la quintessence de l'amitié et de la solidarité...je voudrais dire à Ghania Oukazi que sa venue depuis Alger n'est pas passée inaperçue...je la remercie aussi d'avoir accepté de témoigner non sans émotion ...enfin, je voudrais dire en quoi la visite de Brahim Hasnaoui a été importante...voilà un manager qui n'a jamais une seconde à lui...qui prend le temps de venir...au moment où le musée fermait ses portes...où nous engagions nos pas vers la sortie...qui s'excuse de déranger... c'est grâce à la grande générosité du personnel du musée que Brahim Hasnaoui et ses deux compagnons ont pu accéder à la salle d'exposition...et admiré les 72 œuvres exposées...mon émotion est encore envahissante ce matin, lorsque j’écris ces lignes...j'ai repris le chemin de Mostaganem avec la douce sensation d'avoir été utile...et d'avoir eu la chance de partager ces instants de grande communion et de belle générosité avec vous...Bravo...à Nous tous...nous avons ensemble et chacun selon ses certitudes réussi à faire reculer les limites du possible...j'ai vu l'émotion dans les yeux de Mohammed Bahloul...

















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…