Accéder au contenu principal

Inextricable Berbérité

Mon amie Fatma Fetouma vient de commettre un texte sur sa page facebook...Elle y aborde un sujet grave...à tel point que contrairement à nos habitudes, les commentaires se sont fat très discrets...voire hostile..selon moi, l'affaire est plutôt mal partie..voici une approche désespérée pour dénouer l’inextricable écheveau...mais restons courtois, voici d'abord le texte de notre amie Fatma Fetouma:

Discutons, voulez-vous?

Nous sommes tous BERBÈRES qu'on le veuille ou pas! C'est une réalité historique!
Nous le sommes, que nous soyons berbérophones ou arabophones! D'ailleurs, même les sourds muets d'entre nous le sont tout autant!!

La berbérité est beaucoup plus une culture, des valeurs, un savoir vivre et un savoir être qu'une...langue.
Je ne réduis pas l'importance de la langue! Non! Mais je rappelle l'étendue et la multiplicité de ses fonctions.
Si elle était le seul moyen d'expression et de communication de nos aïeux, elle ne l'est plus pour nous. Mais elle demeure le moyen d'accéder à un savoir ancestral et celui de pouvoir déceler la subtilité et la poésie d'un patrimoine littéraire incommensurable.

Le combat identitaire, s'il se veut légitime et soutenable, doit être dépassionné. Il doit refuser d'être nourri du sentiment de vengeance qui anime secrètement mais profondément quelques uns des plus âgés de ses militants...ceux qui avaient subi, jeunes (voire même enfants) le zèle d'un jeune pouvoir injustement et maladroitement totalitaire!

Fatma Fetouma


 _________________________________________


Un texte fort, courageux et lucide...il va faire des vagues...la raison?   Il n'y a pas de raison! Par sa stupidité et son enfermement, le système à condamné le peuple à se passer de raison...car à l'origine, les Algériens avaient fait le plus dur, à savoir s'unir pour combattre le colonialisme...c'était l'ennemi commun, un dénominateur...puis une fois le pays libéré, les pulsions anciennes sont réapparues et se sont exacerbées...retour à la division...Les épiphénomène comme la langue et la culture ont servis de leviers entraînant un renfermement...sur nos anciennes différences...fruits de nos diversités tribales et linguistiques...si bien que des amis Kabyles en viennent à se moquer de mon appartenance avérée à la Kabylie Orientale...rien que ça!  On vois bien que le fossé est très profond...l'affaire n'est plus seulement linguistique...ou culturelle...C'est une affaire de GHETTOÏSATION...alors une remède Docteur? Mameri n'est plus là, Mhenni est dans sa bulle, HADJ Lakhdar n'est qu'une plaque sur un campus dans l'Aurès, Akhamokh s'est tu...il va falloir trouver un Homme introuvable...Les faisans de Zeralda continuent de parader...et Fatma Fetouma est en vacances...il faudra bien plus qu'une consécration bien tardive de Yennayer pour nous faire retrouver les sentiers enfouis de la raison...

Aziz Mouats, Berbère malgré VOUS...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…