Accéder au contenu principal

Inextricable Berbérité

Mon amie Fatma Fetouma vient de commettre un texte sur sa page facebook...Elle y aborde un sujet grave...à tel point que contrairement à nos habitudes, les commentaires se sont fat très discrets...voire hostile..selon moi, l'affaire est plutôt mal partie..voici une approche désespérée pour dénouer l’inextricable écheveau...mais restons courtois, voici d'abord le texte de notre amie Fatma Fetouma:

Discutons, voulez-vous?

Nous sommes tous BERBÈRES qu'on le veuille ou pas! C'est une réalité historique!
Nous le sommes, que nous soyons berbérophones ou arabophones! D'ailleurs, même les sourds muets d'entre nous le sont tout autant!!

La berbérité est beaucoup plus une culture, des valeurs, un savoir vivre et un savoir être qu'une...langue.
Je ne réduis pas l'importance de la langue! Non! Mais je rappelle l'étendue et la multiplicité de ses fonctions.
Si elle était le seul moyen d'expression et de communication de nos aïeux, elle ne l'est plus pour nous. Mais elle demeure le moyen d'accéder à un savoir ancestral et celui de pouvoir déceler la subtilité et la poésie d'un patrimoine littéraire incommensurable.

Le combat identitaire, s'il se veut légitime et soutenable, doit être dépassionné. Il doit refuser d'être nourri du sentiment de vengeance qui anime secrètement mais profondément quelques uns des plus âgés de ses militants...ceux qui avaient subi, jeunes (voire même enfants) le zèle d'un jeune pouvoir injustement et maladroitement totalitaire!

Fatma Fetouma


 _________________________________________


Un texte fort, courageux et lucide...il va faire des vagues...la raison?   Il n'y a pas de raison! Par sa stupidité et son enfermement, le système à condamné le peuple à se passer de raison...car à l'origine, les Algériens avaient fait le plus dur, à savoir s'unir pour combattre le colonialisme...c'était l'ennemi commun, un dénominateur...puis une fois le pays libéré, les pulsions anciennes sont réapparues et se sont exacerbées...retour à la division...Les épiphénomène comme la langue et la culture ont servis de leviers entraînant un renfermement...sur nos anciennes différences...fruits de nos diversités tribales et linguistiques...si bien que des amis Kabyles en viennent à se moquer de mon appartenance avérée à la Kabylie Orientale...rien que ça!  On vois bien que le fossé est très profond...l'affaire n'est plus seulement linguistique...ou culturelle...C'est une affaire de GHETTOÏSATION...alors une remède Docteur? Mameri n'est plus là, Mhenni est dans sa bulle, HADJ Lakhdar n'est qu'une plaque sur un campus dans l'Aurès, Akhamokh s'est tu...il va falloir trouver un Homme introuvable...Les faisans de Zeralda continuent de parader...et Fatma Fetouma est en vacances...il faudra bien plus qu'une consécration bien tardive de Yennayer pour nous faire retrouver les sentiers enfouis de la raison...

Aziz Mouats, Berbère malgré VOUS...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …