Accéder au contenu principal

Horreur contre paix intérieure



Face à l’horreur, face aux massacres sans discernement, face à la folie islamiste intégriste soutenue, encouragée financée et téléguidée par des « pays amis » comme l’Arabie Saoudite et le Qatar, il y a naturellement la désolation, la tristesse et la compassion à l’égard du peuple français, meurtris dans sa chair…il y a aussi cette révolte qui sourde à l’encontre de ces interventions contradictoires sur des terrains de guerre dans laquelle la France s’est laissée entrainer, parfois par pur mercantilisme politique, par soucis de surenchère et souvent par suivisme…sinon, comment expliquer ces liens, ces embrassades, ces accolades, à l’ombre de contrats juteux et d’accointances hasardeuses avec ceux qui nourrissent et alimentent l’hydre islamiste ?
Combattre le terrorisme islamiste c’est attaquer ses origines, ses prolongements et ses soubassements…ses embranchements idéologiques et ses ramifications autant en France qu’en Afrique et au Moyen Orient. Comment ne pas se poser la question du choix de la France et du peuple français comme cible privilégiée ? Qu’a fait la France pour mériter ce statut sanglant et couteux ? Que peut et que doit faire la France pour se mettre à l’abri de ce bellicisme mortifère grandissant?
Par respect au deuil qui frappe des milliers de familles, de toutes confessions et de toutes couleurs, les couleurs du peuple de France, il n’est pas indiqué de faire le moindre procès…cependant, il y a des pistes que l’on ne peut évacuer et qui méritent toutes les attentions de la part des dirigeants actuels de la France. La première est celle de l’humilité, ça consiste à cesser d’afficher cette arrogance à l’égard d’un phénomène profond  qui traverse la société depuis au moins deux siècles, celui du rapport à l’Islam et aux Musulmans. Il y a aussi ce rééquilibrage vis-à-vis de la question Israélo Palestinienne, question qu’il faudra inéluctablement détacher du complexe de la déportation et de la Shoah qui plombent la société française depuis Vichy et ses lois stupides et scélérates.Enfin, quel qu'en soit les intérêts économiques immédiats, il n'est pas sain de continuer à commercer avec des dictatures dont les implications dans l'entretien de la nébuleuse islamiste radicale sont connus de tous...la paix et la sécurité des français, dont un grand nombre est à la fois notre ami, notre cousin et notre frère, n'a pas de prix...donc de grâce messieurs les décideurs, rejoignez vite le camp du bon sens, la paix intérieure est ce prix...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits