Accéder au contenu principal

Un alpiniste à Tibhirine




A la veille de l’arrivée en Algérie du juge Trévidic, des évènements surprenants et graves se sont produit dans mon pays. Encore une fois la relation privilégiée qui nous lie à la France vient de s’enrichir d’un nouveau cadavre. Venu pour assouvir sa passion de la montagne, Hervé Gourdel s’est retrouvé par hasard devant ses bourreaux, au fin fond du Djurdjura. Il faut dire que le pauvre malheureux aura prêché par naïveté. Sinon comment expliquer que  ses hôtes soient parvenus sans aucune peine à le mettre hors de portée des services de sécurité algériens pour l’installer avec une déconcertante nonchalance, dans la gueule du loup djihadiste ? Cette escapade tragique mettra du temps à dévoiler tous ses secrets tant la manœuvre parait cousue de fil blanc. D’abord à cause du lieu, un maquis persistant truffé d’égorgeurs avides de sang, largement soutenus par une idéologie extrémiste et fiancé en sous mains par des régimes arabes dont le moins qu’on puisse en dire c’est qu’ils sont la quintessence de l’autocratie doublée d’une doctrine moyenâgeuse  et qui ne lésinent sur aucun moyen pour nourrir et entretenir un islamisme des plus barbares. Puis il y a cette terrible coïncidence à double entrée. D’un coté, la France socialiste qui engage son aviation pour détruire des sites névralgique du Nord de l’Irak, sensés abriter des caches ou des dépôts de munitions de DAESH. Dont une grande partie, de fabrication française, un autre malheureux hasard, n’est-ce pas ? De l’autre, cette randonnée sanglante intervenant au moment où les islamistes avaient entamé un bras de fer avec l’occident, bars de fer qui se monnayait en nombre de têtes coupées. D’aucuns se sont demandé si l'ambassade de France a été informé par Hervé Gourdel de son déplacement dans une zone à haut risque, comme pour tout touriste occidental qui souhaite se rendre dans une zone à grand risque. La question est très pertinente et à l’évidence la réponse est négative. De leurs cotés, les services de sécurité algériens ont-ils été sollicités ? La réponse qui s’impose est non, car je vois mal ces services agir avec désinvolture, incontestablement, ils auraient dissuadé, et probablement empêché le groupe d’aller se fourrer dans ce massif tous le monde connaît l’extrême dangerosité.  Les autorités algériennes étaient elles au courant du déplacement? Certainement pas, elles l'auraient dissuadé voir empêché d'aller Hérvé Gourdel de faire de la randonnée. On peut faire un tas de griefs aux autorités algériennes, mais certainement pas celui d’avoir caché ou minimisé l’extrême dangerosité de la montagne Kabyle et d’une grande partie de l’extrême sud.   

Des guides troublants...et intéressés?
L’Algérie n'a jamais caché que la région montagneuse de Kabylie, comme le Sahara, est dangereuse pour les rares touristes occidentaux. Le chaos libyen en plus de celui du Sahel, les criminels extrémistes ont beaucoup de moyens quand ils veulent faire parler d'eux. Alors à qui la faute si ce sympathique guide de montagne s’est retrouvé nez à nez avec un groupe affilié à DAESH ? Apparemment, il ne doit en vouloir qu’à lui-même et à ses amis qui l’avaient accompagné et dont les rôles dans cette ténébreuse affaire méritent d’être expertisés à la loupe. Ceci étant dit, il va falloir aussi parler du contexte ayant aboutis à cette décapitation, la huitième après celle des moines de Tibhirine. Hervé Gourdel serait-il le 8ème ? Il faut demander au juge Trévidic qui était attendu en Algérie, car il ne fait aucun doute que c’est lui qui sera chargé de l’enquête pour la justice française qui vient d’ouvrir une instruction pour enlèvement et assassinat. Ce cadavre du montagnard Niçois va venir assombrir les relations entre la France et l’Algérie, comme si elles en avaient besoin. Car si mon pays ne peut se dérober à ses responsabilités, il serait injuste et surtout illogique de disculper le pouvoir Français. Après Sarkozy et l’affaire libyenne dont on sait ici qu’elles en furent les conséquences terribles sur la sécurité de l’Algérie et consubstantiellement dans le Sahel. On est stupéfait de voir combien l’arrivée aux affaires de François Hiollande n’ strictemnt rien echangé quant aux implications de la France dans la lutte contre les groupes armées islamistes mais aussi contre certains états. N’oublions pas, il ya à peine 13 mois, en pleine canicule, François Hollande préparait avec le plus grand soin une attaque frontale et directe contre la Syrie de Assad. Seule la défection de dernière minute de Cameron et surtout d’Obama l’en avait dissuadé. Pourtant, une année plus tard, alors que la France vient d’entre dans la guerre en Irak et au Kurdistan, c’est ce même  Hollande, parfaitement aiguillé par Laurent Fabius qui refuse de poursuivre avec ses Mirages, ces mêmes djihadistes lorsqu’ils passent la frontière syrienne…et le droit d’ingérence, inventé par Kouchner, un autre socialiste Français, qu’en fait-on à l’Elysée et au quai d’Orsay ? et quoi dire et quoi faire lorsqu’est posée la question des soutiens dont bénéficie DAESH ? La France, s’aplatissant derrière les USA, en oublie même que ce sont les régimes dictatoriaux de l’Arabie Wahhabite et du Qatar, là d’où décolle les mirages Français pour aller bombarder DESH…sur le territoire Irakien….exclusivement…Très curieux ce comportement consistant à faire l’impasse sur des régimes arabes dont la compromissions avec l’islamisme est un secret pour personne…où est la faille ? Encore heureux que ce matin, sur RTL Jean Yves Le Drian s’est laissé allé à ouvrir une brèche…déclarant que les attaques en Syrie n’étaient plus tabous…et que la question méritait d’être posée. Au meme moment, David Caméron, suite aux attaques US sur la Syrie et ses installations pétrolières, déclarait avec assurance que l’Iran devenait incontournable dans l’équation moyen orientale. Rien que ça ! faire revenir dans la cour le grand ayatollah ! 

 Les amitiés douteuses de la France
Il fallait le faire et le pragmatisme anglais a prévalu…la question n’est point anodine, car le retour à la table des négociations de l’Iran va surtout faire réagir Israel….tient on l’avait oublié celui là ! Pourtant c’est la position de cet état belliqueux qui cause le plus de tort à la diplomatie Française. En effet, l’alignement de Paris sur les thèses de Tel Aviv n’a jamais atteint ce degré de mimétisme, voire de soumission. Pour les faucons israéliens, soutenus sans ménagement aucun par la France de Fabius, de Valls et de Hollande…la seule évocation de Téhéran suffit à soulever toutes les haines de l’univers. Parfois il suffirait de presque rien pour perdre le sens de la raison…que les socialistes français y trouvent leurs comptes, rien d’anormal, mais que la France s’y plonge toute honte bue et sans aucune retenue, voilà qui peut surprendre…car dans les relations internationales, seul compte l’intérêt de chaque nation. Dans cette affaire qui se met en place au proche orient, avec comme perspectives d’autres déconvenues, d’autres attaques aériennes et bientôt une présence au sol, on se demande où sont les intérêts bien compris de la France ? surement en soutenant aveuglement le gouvernement sioniste d’Israël, ni à fortiori en faisant l’impasse sur les véritables sources du mal que sont le Qatar et l’Arabie salafiste…deux pays qui ont de bonnes raisons de craindre une remontée en puissance de l’Iran…et de ses alliés en Irak et en Syrie…A trop regarder du coté de Tel Aviv, Paris en risque un enlisement aux conséquences gravissimes. Si la mort tragique et inutile du guide Hervé Gourdel devrait servir à réveiller les consciences françaises, elle n’aura pas été inutile…et ça, Cameron, le premier ministre britannique semble l’avoir compris ! Tout comme Obama qui sait pour l’avoir vécu qu’il ne sert à rien d’utiliser les rames les plus sophistiquées, d’engager les jeunes soldats, dans des pays où règne la terreur et la dictature, car ce sont là les deux terreaux sur lesquels se reproduisent les extrémismes et développe la haine.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…