Accéder au contenu principal

Sansal dans les bras de Lledo...

Cher Brahim Senouci, je viens grâce à toi et à d'autres amis de prendre connaissance du séjour de Boualem Sansal en terre de Palestine occupée, cad à Israel...ce voyage il était dans l'au du temps depuis bine longtemps...Car de tous temps Boualemn Sansal que bcp de compatriotes pourtant bien élévés n'ont cessé de nous pérsenter comme étant un intellectuel engagé...et ils ne sont pas trompés, en effet...ne cherchant nullement à lui porter une quelconque inimité, je puis tout de meme, pour la mémoire collective de nos luttes passées, rappeler que ce monsieur s'est dérobé à la solidarité lorsque nous avions lancé, en mars 2002, la création de l'association "El Qods" en réponse à l'encerclement de Yasser Arafat par le gouvernement israélien et ce au siège meme du gouvernement palestinien à la Moukata3a, en plein coeur de Ramallah...j'étais parti en compagnie de notre ami commun Ouden Senouci, voir Mohamed Bahloul, au siège de l'IDRH d'Oran...le siège du leader palestinien battait son plein et il fallait réagir avec nos simples et modestes moyens...avec d'autres amis, Mohamed Bahloul avait pratiquement peaufiné la déclaration qui avait été soumise à l'approbation de la plupart de nos camarades...comme je venais d'entamer ma collaboration avec El Watan, j'avais sollicité le red chef de l'époque, Redha Bekkat, qui ne voyait aucun inconvénient à reprendre la déclaration...je demande alors à Mohamed Bahloul de la lui envoyer immédiatement...il me répond qu'il attendait l'accord de quelques amis, insistant particulièrement sur Boualem Sansal...qui avait été contacté par téléphone la veille et qui avait demandé un temps de réflexion...j'ai eu alors une réaction de néo Mascaréen..soulignant avec force que nous pouvions parfaitement nous passer de la caution de Sansal...mais Mohamed Bahloul, en authentique Mascaréen m'appela à plus de sagesse, soulignant que la signature de Sansal avait tout de meme un certains poids et qu'en ces instants d'effervescence post révolutionnaires, il fallait savoir etre patient, d'autant ajouta-t-il que " je suis convaincu que Sansal ne nous fera pas faux bond"...ce à quoi le néo Mascaréen que j'étais, répondit que dans pareille situation, personne n'avait le droit de tergiverser...et j'ajoutais dans ma lancée que la réponse sibylline de Sansal était un refus à peine déguisé et qu'il ferait passer ses intérêts étroits bien avant le sort fait à Yasser Arafat...et à son peuple...cela se passait en mars de l'année 2002...Nous attendons toujours le soutien de Sansal...depuis Sansal est passé par "Le village de l'Allemand" avant d'atterrir à Ben Gourion Airport...la boucle est ainsi bouclée et Sansal ne sera jamais des nôtres...il n'en a ni l'envergure, ni l'ambition, ni le panache...ainsi faisant, il préserve ses interets commerciaux que seul le lobby sioniste et à même d'amplifier...Il sera accueilli à bras ouvert par un autre ancien compagnon, le cinéaste JP Lledo, qui s'est définitivement installé en Israel, retrouvant ainsi sa véritable vocation sioniste et anti Algérienne...une tendance lourde que toi et moi avions pressentie en son temps...c'est à dire juste après la sortie de son documentaire "Algérie, histoires à ne pas dire"...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ali Ghediri à travers ses écrits

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…