Accéder au contenu principal

Camus pied-noir ou philosophe?

 

Une contribution parue dans El Watan du 23/01/2012

A quoi bon tenter de réhabiliter un intellectuel français qui refusa l’indépendance de l’Algérie !

le 23.01.12 | 01h00
| © Souhil. B.

D’un biographe, on n’attend pas qu’il se serve de son objet d’étude pour illustrer ou justifier ses propres thèses, mais quelle que soit sa sympathie pour celui dont il retrace le cheminement, qu’il conserve assez de distance pour s’interroger sur certaines de ses thèses, éventuellement en montrer la fausseté, sinon l’aberration et, pour le moins, en expliciter les raisons.

Rien de tel dans L’Ordre libertaire, ce gros ouvrage — 516 pages ! — que Michel Onfray consacre à «La vie philosophique d’Albert Camus». Loin de s’interroger, par exemple, sur la nature des liens qui attachent Camus à l’Algérie, ni sur son attitude pendant la guerre  de libération et son opposition totale à l’indépendance, il se contente de citer longuement sa position, mais ne s’interroge nullement sur les raisons qui la déterminent, comme si cette prise de parti allait de soi, comme si elle était juste et vraie, quand  l’histoire en a montré et démontré l’insanité. Il est quand même stupéfiant qu’un philosophe  ne se demande pas pourquoi un intellectuel de la taille de Camus a pu se tromper aussi lourdement sur une situation qu’il vivait et dont il entrevoyait bien l’injustice absolue.
Algérois de naissance, Camus aimait l’Algérie — la couleur de son ciel, sa luminosité, la mer, le sable chaud des plages, les senteurs des eucalyptus — mais s’il «aimait» aussi ses habitants, qu’il appelle pourtant, dans l’un de ses textes «les masses arabes», c’était, malgré tout, malgré ce reportage sur la misère en Kabylie, d’un amour lointain, très littéraire et, pour l’essentiel, d’un amour faux. «Camus, écrit Onfray, aime la terre et le peuple, les paysages et les parfums de ce pays… Il ne pense pas en terme topique de nation, mais en terme dynamique de géographie affective, de poétique des éléments.»
Oubliant qu’il n’est pas chez lui, que lui et ses compatriotes occupent l’Algérie comme les Allemands ont occupé la France, que l’Algérie, dont il célèbre les beautés, a été conquise à la suite de massacres génocidaires (razzias, enfumades) qui ont duré près de cinquante ans, que les terres des colons sont des terres volées, que ce peuple, dont il apprécie la spontanéité, a été dépossédé de sa langue et de sa culture, qu’il est à ce point méprisé par la plupart des pieds-noirs qu’il n’est plus, pour eux, qu’une masse de «Fatmas» et de «Mohamed» indiscernables et interchangeables, Camus avait beau se déclarer anticolonialiste, il n’a rien vu — rien pu ou rien voulu voir — de l’insupportable réalité que vivaient les Algériens.
Ou plutôt, s’il l’a pressentie — puisqu’il souhaitait, par exemple, davantage de «justice» envers les «musulmans», comme s’il y en avait déjà un peu, des salaires moins disparates entre ouvriers européens et algériens —  il n’est pas allé jusqu’au terme de ce qu’il pressentait et qu’il refusait : l’indépendance. Renvoyant dos à dos les tortionnaires de Massu et les «terroristes du FLN», il a cru garder les mains propres, quand, par ses prises de position, il se ralliait objectivement à ceux qui les avaient couvertes du sang des moudjahidine.
On attendait de son dernier biographe qu’il s’interroge sur cet aveuglement, sur ces divagations — Camus préconisait pour l’Algérie une fédération de douars-communes sur le modèle proudhonien (sic !) —  qu’il  montre à quelle profondeur l’amour d’un homme pour à sa mère peut être un obstacle à une libre réflexion, avec quelle force sa situation objective — pied-noir célèbre et nobélisé —,  son enracinement dans un groupe social et la position même de ce groupe par rapport à d’autres, ont pu déterminer le cours de sa pensée et parfois le dévier et le bloquer. L’ouvrage de Michel Onfray n’aborde aucun de ces problèmes et l’on se demande, en l’achevant, quelle est sa finalité dernière. Evoquer son itinéraire intellectuel, ses lectures, les auteurs, tel Nietzsche, qui l’ont marqué ? Cela a déjà été fait. Exposer sa philosophie ?  Mais Camus a plusieurs fois déclaré, et Onfray le rappelle, qu’il n’était pas philosophe : «Je ne sais parler que de ce que j’ai vécu».
Il convenait donc d’expliquer pourquoi il a parlé si mal, ou si faux, de ce qu’il a vécu. Ce qu’Onfray ne fait pas, et pour cause, puisque pour lui Camus a dit vrai et pensé juste. Alors, pourquoi ce livre qui n’apporte rien ?  Pour agresser Sartre, qu’Onfray écorche et caricature presque à chaque page ? Pour illustrer ce que peut être une vie «libertaire» ? Il y a sans doute bien d’autres vies, plus cohérentes, plus libres, plus exemplaires à proposer à l’admiration des lecteurs. Je n’ose suggérer à Michel Onfray celle du sergent Maillot, qui déserta et rejoignit les maquisards avec un camion chargé d’armes. Mais le général Paris de Bolardière, qui démissionna de l’armée pour ne pas cautionner les tortionnaires de Massu, pourquoi pas ? A la question qui intéressait Camus : «savoir comment il faut se conduire», le général ne donne peut-être pas une réponse «libertaire», mais celle d’un homme libre, assurément.  

Tarik Maschino : Auteur de Le Refus, (éd. Maspero, 1960) Michel Onfray, L’Ordre libertaire, La vie philosophique d’Albert Camus (éd. Flammarion, 22,50 euros)
 

Commentaires

  1. Critique absolument pertinente, inaudible en France aujourd'hui. Onfray ne vit que de s'opposer à - à l'histoire universitaire de la philosophie, à Freud, à Sartre. Il n'a encore rien dit de Marx. Attendez, çà va venir. Il avait accepté une rencontre avec Sarkozy en 2007, bien mal lui en a pris. Vous imaginez un Sartre acceptant çà? Onfray, fausse monnaie. Produit marketing, c'est tout.

    RépondreSupprimer
  2. de Luce Caggini .je fus une jeune fille heureuse à Mosta Cher Aziz, je crois l 'exercice de Onfray comme une erreur de diagnostic !

    Quand un pianiste ne sait pas danser tu l'entends, quand un éru­dit du Nord parle de Camus depuis Notre Dame d' Afrique, c'est nous qui ne l'entendons pas.
    Merci à « notre Camus » ,oui c'est une mainmise de haute origine sur celui venu de mon aire de naissance, uni à Mouloud Mammeri, Mouloud Freraoun avec qui rien ne sera jamais rompu. Avec mo­destie et un petit signe amical pour Mihel Onffray,qui a fait le dé­placement jusqu 'à Notre -Dame-d'Afrique, je me margi­nalise en petit comité pour m 'adonner à un petit jeu de clins d 'œil à celui qui « est  heureux sur une scène de théâtre »..amusé de tant de sa­voirs organisés comme un management de sa pensée venue de l'autre rive . J' imagine une momie qui se réveille d'un mauvais traitement d' embaumement et qui analyserait le contenu de ses boyaux sous le soleil d'un jour d' été à Tipasa !
    Mettre mes omeyades en mode mineur .
    Garder de Camus l'Homme du soleil, l'homme révolté sans avoir à justifier notre amour éperdu pour cette Algérie dont nous avons encore le sel sur nos corps nus, mouillés, émerveillés de nous mêmes, sans leur jeunesse, mais mariés amoureusement à la terre algérienne .

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits