Accéder au contenu principal

Un génie s'en est allé

 Oui assurément Abdou B était un génie, l'homme des 2 écrans et de la Chonique21, pour ceux qui s'en souviennent, était un homme libre, un vrai et un authentique AMAZIGH...qui, mieux que Abed Charef pouvait lui rendre hommage? c'est ce qu'il fait dans le QO du 5 janvier 2012, dont voici l'intégralité:
Abdou Benziane, un homme libre
par Abed Charef
Hommage à Abdou Benziane, journaliste, homme de télévision, passionné de cinéma, mais d'abord, un homme libre.


C'était fin 1990. Abdou Benziane, fraichement nommé à la tête de la télévision algérienne, devait adapter cette institution au nouveau paysage politique. Il fallait en modifier le statut, pour permettre une expression équitable des partis et des courants politiques, rendra la chaine plus attractive, ouvrir davantage la chaine à la société algérienne, tout en assurant une mission de service public.

Abdou Benziane convoque son DAG, et lui soumet l'idée. Celui-ci, hérité de l'ère du parti unique, refuse. « On ne peut pas changer le statut », dit-il, car « l'ancien statut a été signé par un ministre ; il faut donc un arrêté ministériel pour abroger l'ancien statut ». Mais dans le gouvernement de Mouloud Hamrouche, il n'y avait pas de ministre de l'information !

 Abdou suggère qu'il pourrait lui-même signer le nouveau statut.

- Impossible, réplique le DAG ? vous n'êtes pas ministre, vous ne pouvez pas signer un arrêté ministériel.

- Alors, le chef du gouvernement le signera, dit Abdou.

- Non, le président Chadli Bendjedid a établi la liste des décrets que peut signer le chef du gouvernement. Celui-ci n'y figure pas.

La discussion s'enlise. Les mêmes arguments sont répétés, mais tout ceci ne mène nulle part. Au bout de dix minutes, Abdou Benziane tranche. Il regarde un moment son DAG, puis déclare :

- J'ai trouvé. Je vais te limoger, toi, pour pouvoir changer le statut de l'ENTV!

Au-delà de l'anecdote, cette mésaventure traduit, en fait, toute la démarche et la manière de travailler de Abdou Benziane. Homme d'ouverture, ayant des convictions personnelles solidement ancrées mais n'excluant personne, Abdou Benziane était un homme de dialogue, de concertation, ayant un sens aigu de l'efficacité. Il discute, il aime le débat, mais il va aussi droit au but, n'hésitant pas à trancher dans le vif, quitte à se faire des ennemis.

C'était aussi un homme libre, à la limite du libertaire. Il n'avait aucun tabou. Aucune innovation ne lui faisait peur. Il pouvait se le permettre car cette liberté d'esprit s'accompagnait d'un solide attachement aux règles, et en premier lieu à la loi.

C'est ce qui lui a permis de briller lorsqu'il a dirigé la télévision algérienne, où il a bénéficié de trois facteurs qui n'ont jamais été réunis depuis.

D'abord, une compétence personnelle exceptionnelle, une connaissance des médias et de la télévision forgée à travers de longues années de pratique et de débats sans limite. C'était l'un des meilleurs professionnels, doublé d'une forte personnalité.

Ensuite, il a bénéficié d'une conjoncture politique rare. Abdou Benziane était, depuis longtemps, convaincu de la nécessité d'ouvrir les médias. Pour lui, c'était une évidence. Il s'est vu confier la télévision par un pouvoir qui voulait précisément, à ce moment, ouvrir les médias.

Enfin, Abdou Benziane a rapidement compris que le fonctionnement de la télévision devait être codifié, avec des règles faciles à appliquer. Une charte pour les journalistes, un cahier de charges, une grille qui essaie, dans la mesure du possible, d'intéresser toutes les couches de la population, et le tour est joué.

Avec ces ingrédients, il a réussi à mettre sur pied une télévision ouverte, attractive, qui avait une décennie d'avance sur les chaines les plus avancées du monde arabe. Mais Abdou Benziane n'a pas survécu au chef du gouvernement qui l'avait nommé. Un mois à peine après le départ de Mouloud Hamrouche, à l'été 1991, Abdou Benziane est relevé de ses fonctions, laissant une télévision qui n'avait pas achevé sa mutation. Ses successeurs vont rapidement démanteler les progrès que la chaine avait réalisés en deux ans.

C'est à ce moment aussi que Abdou Benziane avait eu sa première alerte cardiaque. Il s'en relèvera, et se remet rapidement à l'œuvre. Car, et c'est là un autre trait de caractère de Abdou Benziane, c'était un homme qui ne se sentait heureux que dans l'action. Il ne supportait pas l'oisiveté, la retraite, le repos, le congé. Il était tout le temps en mouvement. Certains disaient que c'était un anxieux : s'arrêter le rendait malade. Pour lui, il vaut mieux repartir à zéro plutôt que de s'arrêter à mi-chemin.

A La Nation, où j'étais son directeur –il avait été mon directeur général à la télévision, avant qu'on ne se retrouve tous les deux au Quotidien d'Oran, un des rares espaces de liberté à la fin des années 1990-, il n'était pas seulement le journaliste et le chroniqueur. Il était aussi le conseiller, l'animateur, l'homme qui aplanissait les difficultés et arrondissait les angles. Il avait une capacité étonnante à simplifier des situations compliquées, à réduire les problèmes à leur juste dimension.

Mais cette souplesse ne signifiait pas faiblesse. Sur les libertés, la démocratie, les Droits de l'Homme, il était toujours fidèle à son propre « cahier de charges ». Et c'est tout naturellement qu'après une nouvelle et brève parenthèse à la télévision, sous Rédha Malek, il fut amené, en 1999, à participer à la campagne du candidat qui lui paraissait incarner le mieux ces valeurs, Mouloud Hamrouche.

L'autre Abdou Benziane aimait la vie et le cinéma. Il aimait tellement la vie qu'il n'allait jamais au cimetière. Même pour dire adieu à des proches, comme Kheireddine Ameyar ou Bachir Rezzoug. A l'inverse, il voyageait beaucoup, et retombait toujours sur ses pieds pour trouver du travail là où, précisément, le voyage fait partie du boulot. Grâce à de solides réseaux, mais aussi grâce à son nom, il réussissait toujours à trouver le bon filon dans le monde du cinéma, de la culture et de la communication. Du festival de Cannes à l'exposition au musée du coin, il était dans tous les coups.

Il savait pourtant que ce n'était qu'un palliatif. Ses proches savaient que c'était un immense gâchis, de réduire un homme de cette envergure à de petites opérations de communication alors qu'il avait l'étoffe pour mener de grands projets. Comme engager le pays dans le pluralisme audiovisuel. Il en était tellement frustré que ça devenait chez lui une maladie.

Mais il avait tellement raison ! il y a vingt ans, il disait déjà que les chaines françaises, captées grâce à la parabole, étaient devenues des chaines nationales, car elles concurrençaient directement l'ENTV et contribuaient à forger l'opinion publique nationale. Aujourd'hui que l'opinion algérienne est livrée par Al-Jazeera et ses sœurs, en l'absence de chaines algériennes influentes, ces déclarations prennent toute leur importance. C'était l'ultime regret de Abdou Benziane : voir l'Algérie rater ce virage alors qu'elle avait été pionnière. Mais n'a-t-elle pas raté le virage de la démocratie après en avoir découvert la formidable saveur ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits