Accéder au contenu principal

Le paracétamol peut tuer....

 Un très bel article repris dans Le Figaro ...à lire et à relire attentivement ça nous évitera bcp d'ennuis, voire de dommages irréversibles....

Même faible, le surdosage de paracétamol est dangereux

Par figaro iconAnne Prigent - le 25/11/2011
Présent dans toutes les armoires à pharmacie, le paracétamol peut se révéler redoutable pour le foie. En France, c'est la première cause de greffe de foie pour hépatite aiguë grave.
Avaler une grande quantité de paracétamol d'un seul coup peut provoquer une hépatite fulminante, la plupart du temps mortelle. C'est pour cette raison qu'en Angleterre, ce médicament est fréquemment utilisé dans les tentatives de suicides. Mais dépasser les doses autorisées de façon régulière se révèle également particulièrement toxique pour le foie, selon une étude publiée le 23 novembre dans le British Journal of Clinical Pharmacology.
Sur 663 patients hospitalisés pour des lésions hépatiques graves provoquées par le paracétamol, les trois quarts avaient absorbé une dose massive de paracétamol. Le quart restant avait juste ingéré des quantités supérieures aux doses thérapeutiques (c'est-à-dire plus de 4 grammes par jour) sur les sept derniers jours, principalement pour calmer des douleurs. Les auteurs de l'étude ont constaté que ces surdosages réguliers étaient plus dangereux pour les personnes que l'intoxication massive en seule fois. Notamment en raison d'une arrivée trop tardive à l'hôpital.
Ces surdosages de paracétamol font également des ravages en France. «C'est la première cause d'indication de greffe hépatique en raison d'une hépatite aiguë grave», confirme au Figaro le professeur Dominique Larray, hépato-gastro-entérologue du CHU de Montpellier. Ce médecin a participé à l'étude Salt, présentée en octobre lors du congrès de pharmacovigilance à Istanbul. Réalisée sur 3 ans dans les centres de transplantation hépatiques de sept pays européens, cette enquête avait pour but d'étudier le rôle des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dans les transplantation hépatique pour hépatites graves chez les adultes. Et, surprise, les AINS sont innocentés. Le responsable de plus de 90% des surdosages aboutissant à une transplantation hépatique est le paracétamol. «Mais il était également retrouvé fréquemment en-dehors de tout surdosage, avec une fréquence de survenue entre le double et le triple de celle des AINS. Le risque hépatique du paracétamol ne semble donc pas se limiter au seul surdosage», précise le professeur Nicolas Moore, pharmacologue au CHU de Bordeaux.

Pas plus de 1 gramme à la fois

En France, les hépatites graves ont débouché sur 181 greffes du foie. L'intoxication au paracétamol a été responsable à elle seule de 64 greffes. «La moitié des ces intoxications se sont révélées accidentelles», précise le professeur Larray. Les patients sont souvent en surdosage modéré. Ils n'avaient pas consommé plus de 4 à 5 grammes sur plusieurs jours d'affilés. Mais souvent, ils cumulent d'autres facteurs de risque pour le foie comme l'alcoolisme ou la dénutrition. Le binge drinking est également responsable d'intoxications accidentelles. Après un week-end trop arrosé, pour calmer un mal de tête, mieux vaut éviter le paracétamol. D'autres encore oublient de fractionner les doses. La dose maximale de paracétamol autorisée par jour est de 4 grammes, mais la quantité prise à chaque fois ne doit pas dépasser le gramme et sera renouvelée toutes les 6 à 8 heures, voire toutes les 4 heures si besoin (mais sans dépasser la dose journalière maximale). Apparemment la dose toxique n'est pas très éloignée de la dose thérapeutique. Et peu de gens le savent.
Le paracétamol sous toutes ses formes est le médicament contre la douleur le plus vendu en France. Il trône dans toutes les armoires à pharmacie. Faut-il l'interdire? Certainement pas, car il est efficace et sûr. Mais il reste un médicament, avec des effets indésirables qui peuvent se révéler redoutables. Pour les éviter, il est indispensable de ne pas dépasser les doses autorisées, la consommation de 4 grammes par jour devant rester exceptionnelle. Une campagne de communication sur ce médicament très largement utilisé en auto-médication est actuellement envisagée.
EN SAVOIR PLUS :
» Paracétamol : présentation, indications, précautions
LIRE AUSSI :
» «Pourquoi le paracétamol a-t-il un tel succès ?»
» Comment gérer la fièvre chez l'enfant
  • figaro iconAnne Prigent

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

La leçon de patriotisme de Hosni Kitouni

Je venais à peine de publier un article sur "les Ratages patriotiques" que je découvre cette lettre à coeur ouvert de Hosni Kitouni...en réponse à l'appel à la désertion d'Amira Bouraoui, le coqueluche de réseaux sociaux indigènes...Cette contribution de mon ami et collègue Hosni Kitouni remet toutes les pendules à l'heure...s'il faut lutter c'est ici et en toute responsabilité...et nulle part ailleurs...
c'est aussi ça la flamme de Novembre...

Kitouni Hosni

Chère Amira Bouraoui, laissez moi vous conter une autre histoire un peu différente de la vôtre. J'avais 5 ans, mon père était tailleur de profession, il possédait deux magasins l'un à Skikda l'autre à Constantine. C'était un homme respecté, diplômé de l'école de Paris en haute couture. Il gagnait très bien sa vie, avait une famille de quatre enfants. J'étais son aîné. Son fils aimant. Un jour il disparaît. Je n'ai rien compris sur le moment, ma mère n'a voulu…