Accéder au contenu principal

La fin du gachis?


Chronique du jour : LETTRE DE PROVINCE
Portrait du président d’un pays en ruine



Par Boubakeur Hamidechi
hamidechiboubakeur@yahoo.fr
On le décrivait, à l’époque du coup d’Etat de 1965, comme un dandy plein de fatuité qui plastronnait dans un conseil de la révolution austère.
L’on disait même de lui qu’il était dénué du socle idéologique susceptible de le classer comme le ferait un marqueur des itinéraires personnels. Porté par la vague de la notoriété que connut l’Algérie dans ces années-là, il devint un VIP indispensable qui rassurait les chancelleries des capitales occidentales. Une sorte d’icône et de gage de fréquentabilité de ces «tiers- Etats» nouvellement décolonisés. Sa notoriété internationale qui lui a valu une longévité exceptionnelle dans le poste de chef de la diplomatie allait, plus tard, lui servir pour s’imposer comme la dernière alternative du système. Alors que la séquence de la décennie 90 n’en finissait pas de dévorer les hommes qui s’y sont succédé à la tête de l’Etat, l’armée se rallia à l’évidence qu’il pourrait bien sortir le pays de l’ornière. De l’origine de son ascension nous nous limiterons à ces brèves annotations qui attestent, sans l’ombre d’un doute, que sa cooptation en 1999 était essentiellement l’œuvre de la caserne. En effet, dans les laboratoires de profilage des hommes utiles à la perpétuation du régime, il présentait les atouts qu’il fallait à la succession impromptue de Zeroual. Civil, de connivence ancienne avec la hiérarchie kaki, n’avait-il pas de surcroît la réputation d’être inclassable doctrinalement et par conséquent de posséder l’entregent politique nécessaire au déverrouillage de la terrible situation que connaissait l’Algérie. Crédité du capital de rassembleur ne l’a-t-on pas, en effet, présenté comme une personnalité au-dessus de la mêlée et un affranchi vacciné des apriori qui avaient fait du pays un champ d’affrontements mortels. Ni démocrate de vieille extraction ni islamiste sectaire et de récente conversion, on lui attribuait la capacité de ramener la paix. Durant ses deux premiers mandats, la propagande officielle n’a eu de cesse, justement, d’encenser les retombées de sa politique «réconciliatrice » et «amnistiante» tout en s’interdisant le devoir d’inventaire, si nécessaire à la morale de l’Etat. Sur le volet d’une paix douteuse tout comme sur celui de la relance économique, ses quatorze années de présidence ne sont-elles pas d’ores et déjà qualifiées par la plupart des observateurs comme une suite d’échecs, voire de gâchis sans pareil. Même la plus conciliante des publications étrangères souligne désormais ce désastre typiquement algérien. Et c’est ainsi que dans sa dernière livraison Jeune Afrique consacre un dossier dont le titre est tout à fait parlant : «L’Algérie, un géant qui a peur de son ombre.» Ramenée à notre président, cette «peur de l’ombre» pourrait illustrer son silence gêné dont il ne sait plus comment s’en expliquer publiquement. Car au mépris des exigences de sa charge, Bouteflika semble étalonner le temps politique sur une grille qui déroute même les prétoriens qui le soutiennent. L’on est dorénavant bien loin de la fiction à l’origine de son ascension. Celle d’un président éminemment consensuel dans tous ses arbitrages. En somme un dirigeant attentif aux pulsations de la société et réactif en toutes circonstances. Or le voilà aujourd’hui inidentifiable jusqu’à l’incohérence. Dire de lui qu’il est en train de dilapider les dernières actions de son capital-confiance au sein de la société est tout juste un euphémisme. En clair, un chef de l’Etat introuvable comme l’est d’ailleurs globalement sa gouvernance, peut-il encore avoir des projets pour un pays en voie de déshérence ? Car dès l’instant où un pouvoir est plombé par la multiplication des turpitudes en son sein, il devient de fait illégitime. C’est par conséquent maintenant que ce pays vacillant dans ses institutions et ruiné par la gabegie de sa classe dirigeante doit chercher son salut dans le changement afin de ne pas désespérer un peu plus une société appauvrie économiquement, clochardisée culturellement et surtout méfiante à l’encontre de la politique. L’urgence serait d’imposer par tous les moyens une alternance à la direction de la nation avec en perspective la naissance d’une nouvelle république. 2014 est précisément l’année-clé pour rompre avec des mœurs politiques ravageuses. Car, à moins de renoncer à ce songe ancestral qui avait permis à cette presqu’île poétique (El Djazaïr) de devenir la nation algérienne, il est venu le temps de solder un Etat avorté. C’est le devoir d’inventaire, dont seuls les sujets peuvent l’exercer, qui est à l’ordre du jour ; et à partir duquel doit s’organiser une résistance au fait accompli qui se dessine un peu plus chaque jour.
B. H.

Commentaires



  1. نقل عفش الكويت رخيص نقل عفش الكويت رخيص
    نقل عفش حولي نقل عفش حولي
    نقل عفش المنطقة العاشرة نقل عفش المنطقة العاشرة
    نقل عفش الجهراء نقل عفش الجهراء
    نقل عفش الفروانية نقل عفش الفروانية
    نقل عفش الكويت نقل عفش الكويت



    RépondreSupprimer
  2. تعتبر أعمال التنظيف من أهم المجالات التى لابد من الاهتمام بها لتحافظ على سلامة الاثاث الخاص بك فسرعان ما يتعرض الاثاث للاتساخات نتيجة كثيرة الاستعمال بالاضافه الى الاطفال اللذين لديهم دور كبير فى تلوث الاثاث واتساخه لذلك نحن كــــ افضل شركة تنظيف منازل بالرياض نعتمد على أدوات مميزة وحديثة.افضل شركة تنظيف موكيت بالرياض ,افضل شركة تنظيف كنب بالرياض ,افضل شركـة تنظيف فلل بالرياض ,افضل شركة تنظيف شقق بالرياض

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

De Boabdil à Sidi Mejdoub

Autant je comprends la tristesse et la douleurs de ceux qui ressentent très sincèrement cette issue comme une agression contre leur patrimoine, autant je ne comprends pas pourquoi ont n'a rien fait pour sauvegarder ces lieux remplis d'histoire...
Je connais cet endroit depuis l'année 1971...je connais la plupart des familles qui y possédaient une maison ou un cabanon, j'ai appris à connaitre le passé glorieux de ce lieux d'histoire et de patriotisme...j'ai été choqué lorsque l'ex wali Maabed avait pris la décision de procéder aux expropriations, puis je n'ai pas cherché à comprendre pourquoi de nombreux propriétaires ont accepté les offres d'expropriation...j'ai soutenu les groupe présidé par mon ami Mejdoub Kaid Omar...nous avons longuement discuté de ce qui était possible de faire pour sauver le site...puis j'ai vu les premières démolitions et j'ai eu le coeur serré...maintenant il faut se dire les choses frontalement, est…

Boudjedra entre Dahra et Béni Chougrane

La venue de Rachid Boudjedra en Oranie a été marquée par ses haltes dans l'opulente cité de l'Emir Abdelkader et à travers un parcours mémorables dans le Dahra occidental. Son passage à la libraire Art et Culture, en plein coeur d'Oran, est à oublier. Le public constitué essentiellement de journalistes s'est distingué par son mutisme. Seule une sémillante universitaire s'est distinguée par une judicieuse présentation du prolifique romancier national. Avec une sobriété remarquable, elle parviendra à faire le tour de l'homme et de son oeuvre. Les rares échanges avec Rachid Boudjedra se concentreront essentiellement sur son livre pamphlet dont l'un des protagonistes n'est autre que l'ex chroniqueur du QO, L'auteur de la répudiation en profitera pour rappeler sa mise au point concernant le passage relatif à l'implication de KD dans le GIA. De manière directe et sans aucune équivoque, Rachid Boudjedra fera son mea-culpa, reconnaissant qu'à …