Accéder au contenu principal

Les Zaouia au coeur de la résistance



Au moment où un film documentaire de fiction de 72 minutes entame ses premiers balbutiements, rendant ainsi l'hommage tant espéré au role de la plupart des Zaouïa dans la résistance à la pénétration française en Algérie, je partage avec vous un article d'une rare perspicacité signé de mon ami Mahmoud Omar Chaalal...






Du plus profond du cœur






Par le Docteur Chaalal Mahmoud Omar

Président de l’union nationale des zaouïas d’Algérie.

Président de l’union mondiale du Tassaouf.


.

Les Zaouïas d’Algérie héritières des Ribats de nos devanciers Soufis sont nées au 10ièmesiècle de l’Hégire : correspondant au  16ième siècle du calendrier  Grégorien. Elles ont été depuis toujours des institutions de poids, touchant à l’apprentissage du Saint Coran et de ses sciences, notamment le Tassaouf (le Soufisme). Leur message de paix est intégralement transmis à travers notre histoire et dépasse largement nos frontières en faisant référence au Coran explicite et à la Sunna (tradition du prophète Sidna Mohamed que le salut soit sur Lui). Elles  nous éclairent sur le rituel de notre culte avec conscience et sciences. Leurs voies confrériques sont l’expression de la civilisation musulmane ; elles nous renseignent sur notre culture avec pertinence et parfois même avec un style pittoresque ou une originalité folklorique. Leurs références historiques ne posent aucun problème aux partisans de ces lieux du culte qui voudraient rester raisonnables. De ces références, je cite les plus parlantes relatives à notre prophète Sidna Mohamed que le salut soit sur Lui, à ses compagnons, à Sidi Abdelkader Al-Djilali, à Sidi Boumediene Chouaib, à Sidi Abderrahmane Ethaalibi des Issers (le  régénérateur de la mère ses zaouïas d’Algérie)  pour ne citer que ceux-là.
Je sais bien que mon lecteur va s’en saisir d’une encyclopédie ou des sites de l’internet pour découvrir davantage de connaissance à ce sujet, mais je sais aussi que cela n’est pas simple. Je ne décourage certainement pas les chercheurs ou les internautes curieux qui trouverons du plaisir à investiguer cette réalité ; Leur décryptage en sera généreux  même si leurs résultats  seront mal jugés par certains spécialistes de l’histoire.                                                                                                   Cette démarche ne me gêne en rien, mais demeure incomplète quand il s’agit d’un sujet qui touche le cœur de notre histoire musulmane. Il faut avoir fréquenté délicatement  les Zaouïas et leurs voies confrériques, connu le goût  du Tassaouf. Il faut au moins  savoir ce que sont leurs « Pauvres ».
Je pense donc qu’il est essentiel d’exprimer ultérieurement dans un récit mon bref parcours de six décennies de faits réels liés à ces lieux  de l’éducation de l’enseignement, de la culture  et de la Paix.                             Cette courte période constitue pour moi la fin d’un siècle et un autre qui est né avec des évènements en Algérie qui peuvent intéresser le monde entier.
 En ce qui concerne les zaouïas en Algérie, cette phase  est une époque de grands changements. Des sensibilités politiques et religieuses en période coloniale et post coloniale font irruptions massives dans ces coins pour essayer de prendre en main leurs mouvements ; et pourquoi pas ? : Se charger de leur devenir.                                                                    
La Résistance d’un peuple contre le colonialisme suivie  par une guerre de libération s’achève par notre indépendance scellée par sept années et demie de lutte et un million et demie de martyrs.
-Un socialisme submergé par un soviétisme a pris fin avec la chute du mur de Berlin.
-L’islamisme qui trouve des alliés puissants dans un gouvernement fragilisé se ressaisît.
-Le terrorisme aveugle efface tout ce que je viens de citer. Ce malin démon veut nous subir profondément l’influence de sa peur surtout après la colère  des jeunes dès 1988. 

Dégagés les uns des autres dans la forme, ces évènements sont en fait liés dans leur fond à un lointain passé avec l’ancien monde qui veut prendre sa revanche sur l’épanouissement de la civilisation musulmane authentique. Notre savoir-faire sombre dans un coma profond qui dure depuis des siècles ; depuis la chute de Grenade.
Cependant, les zaouïas de notre pays et leurs voies confrériques qui préservent des tonnes de manuscrits de savants fondateurs de la dynastie Mouahidine (Almohade) dont le chef n’est autre que l’Algérien Abdelmoumen Benali. Elles accumulent des couples de résistants et de fragiles, de réfractaires et de dociles de classiques et de modernes qui se contentent de sauvegarder la tête de la communauté, sur ordre de l’Emir Abdelkader qui les a chargé en plus de leurs missions (éducatives , cultuelles , scientifiques et philanthropiques ) de créer l’Etat –Nation de l’Algérie moderne et de le défendre.

C’est dans cet esprit, qu’elles m’ont honoré pour les unir, malgré que cela pouvait avoir de paradoxal avec une République Algérienne
Démocratique et Populaire et malgré la résistance des  opposants à ces coins de la Paix.
S’affirmant issu de l’ancienne zaouïa de Sidi Benaouda Al Chaalal qui était toute une institution du Fiqh ( droit musulman) à l’époque de l’Emir Abdelkader, toute une école coranique à Sougueur à l’époque du mouvement national, tout un centre de la Révolution dans les Monts de l’Ouarsenis pendant la guerre d’indépendance, tout un ensemble de moniteurs lorsque les enseignants français ont déserté l’école algérienne en 1962. Je me suis établi avec fierté dans l’Union Nationale des Zaouïas d’Algérie où ses Chouyoukh  m’ont élu.                                                                                                         
 Malgré l’humour de certains de mes confrères médecins qui me reprochent ce virage dans le Tassaouf, j’essaie de  soigner solidement les cœurs organiques et de soutenir les cœurs purs. Un merveilleux bien-être s’offre  à mon activité professionnelle et spirituelle.
 Aujourd’hui, des relations amicales s’établissent  très solides  autour de mon humble expérience ; elles s’accroissent  entre Chouyoukh, Taleb, médecins,  universitaires, simples citoyens : monsieur ou madame, des militaires dans tous les rangs de leurs hiérarchies, des gouverneurs et enfin mêmes des chefs de l’Etat. Ils sont pléthores autour de moi. Tous ces gens-là, ont la nostalgie du groupe qui les réunissait auparavant.
Tout cela ne doit finir que par trois autres résultats essentiels : à ce qu’au moins les Algériens se retrouvent dans la paix ; à ce que ceux qui nous gouvernent se rendent utiles et à ce que le peuple préserve notre Etat- Nation qui gardera éternellement  ce que l’on nomme aujourd’hui : l’Algérie.
C’est très tôt dans la décennie noire que les Zaouïas d’Algérie commencèrent la hâte pour la conciliation par le culte.
Cependant, des doléances étranges viennent divulguer des fantasmes refoulés qui entravent la concorde par le Coran sacré.  Je vais essayer de  révéler certains embarras que les zaouïas ont normalisés ou ajournés par leur crédibilité :

-         des terroristes sortaient de leurs terriers pour exprimer de nouveau leurs slogans connus.
-          Des Salafistes revendiquaient un droit de leurs parfaits devanciers,
-         Des associations anarchistes chantent des hymnes variées ; on entend alors l’ariette du futur printemps sarrasin minutieusement élaborée par les Ariens,
-         La chanson de la femme qui veut se marier sans la bénédiction divine  attribuée à ses parents.
-          Les échos erronés des Algériens convertis à la Bonne Nouvelle de  Jésus.
-         Aussi, on enregistre le bruit des mitrailles orales contre nos vaillants moudjahidines de la guerre de libération qui inquiètent même les âmes de nos martyrs que la clémence divine a sacrement éternisées.                              
-          Çà et là traînent des restes d’un socialisme « musulman » qui nous ont longtemps charmés et que les adeptes de la légitimité révolutionnaire essaient de ressusciter.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Brahim Hasnaoui, un Fellah en béton

Hommage à Pierrette Meynier

Mon cher Gilbert Meynier C'est avec une immense tristesse que j'apprends le décès de Pierrette ,votre compagne, paix à son ame. En ces instants de profonde douleur, je me souviens des ces instants passés ensemble dans le Dahra, chez les descendants de la tribu des Ouled Riah. Me reviennent ses mots prononcés avec douceur sur les migrations, face un parterre de la société civile mostaganémoise et devant un parterre d'étudiants venus de toutes parts s'abreuver à son immense savoir de la terrible condition humaine. Je me souviens également de cette escapade  réparatrice dans une ancienne cave  du Dahra, là où des crus du terroir nous furent proposés par un de mes anciens et brillants élèves en agronomie. Me reviennent aussi à l'esprit ses interminables discussions avec les jeunes candidats à la migration clandestine...Ce furent des instants de complicité feutrée dont on garde à jamais les vivifiants souvenirs. Mon Très Cher Gilbert, mes singulières priè…