Accéder au contenu principal

Cent pour 100 Algériennes...100 % Belabbésiennes



Un vernissage avec de vrais amoureux de l'art et du savoir vivre....dans la galerie Nouara, en plein centre de Sidi Bel Abbès...et à la Kheïma...chez Zahera et Said Bouhamdan...qui nous ont reçus royalement...et for généreusement...avec leurs coeurs...avec leurs fruits...avec leurs fleurs...avec leurs cascades..avec leurs animalerie..avec leur immense jardin...dans des lieux somptueux...qui n'attendent que votre visite...c'est à 8 km de Sidi Bel Abbès...et c'est en allant vers Telagh...à votre droite...c'est un endroit merveilleux...avec des gens merveilleux...et des regards enchanteurs...oui c'était juste après le vernissage de la sublime exposition de Abdelkader Belkhorissat...l'homme qui fait parler les femmes uniquement à travers le regard...un regard qui dégage que de la fierté...oui, les femmes de Belkhorissat sont Algériennes...pas à 20%, pas à 80%...non, elles sont à 100% fières...
et elles le disent avec seulement un regard..wa L'fahem yaf'hem...elles sont tout simplement sublimes à 100%...et elles vous disent " surtout reste à ta place!"...pas bouge!...elles ont plein de choses à dire...mais elles ne parlent pas...elles disent... et pas de bonnes aventures...non, les femmes de Belkhorissat disent la vie, la rudesse de la vie...le courage de vivre dans un monde où on tend à les considérer des moins que quelque chose...alors, d'un seul coup d'oeil, elles répliquent, chacune à sa manière, souvent seule, mais parfois en doublette, voire en groupe...et elles ont un message de femme...besogneuses...appliquées, travailleuses...courbées...et droites à la fois...et ces femmes, à travers l'oeuvre de Belkhorissat...disent leurs souffrances assumées...dans un même élan, dans un meme geste, dans un même combat...il faut absolument passer les voir, les observer longuement..et plus d'une fois...car elles ont en des choses à dire...et puis, pourquoi le taire? ces femmes sont belles...elles inspirent un grand respect...pour leur beauté..qui ne perle qu'à travers ce regard oblique...celui d'un certain dédain...pas pour elles...non! ça serait trop facile! elles ont du dédain pour ces moins qu'hommes qui osent encore les toiser...comme si elles commettaient un crime de lèse majesté...par le simple fait de s'afficher...avec aplomb...et certitude...juste pour dire qu'elles ont droit à la vie...qu'elles sont la vie...les femmes de Abdelkader Belkhorissat sont nos filles, nos sœurs, nos mères...et nos invitées...pas toutes, il n'y en a pour l'instant que pour les Sahraouies...du Rio de Oro...
parce que ce sont les plus anciennes réfugiées...parce que les Nigériennes, les Maliennes, les Burkinabées, les Sénégalaises...ne font pas encore partie du paysage de Abdelkader Belkhorissat...pourtant, elles ne sont ni moins belles, ni moins fières, ni moins dédaigneuses...non celles là ne vont pas tarder à venir s'incruster dans les peintures de Abdelkader Belkhorissat...car elles manquent terriblement à son exposition...et à notre bonheur...c'est à la galerie Nouara que l'on doit à Mohamed Tayebi...le responsable de la culture à Sidi Bel Abbès...car c'est grâce à lui que la galerie Nouara a vu le jour...faut-il le remercier?...je pense que c'est tellement rare une galerie d'art qu'il faut lui en donner crédit...surtout que c'est dans la province que ça se passe...sans tambours ni trompettes...mais avec de si douces et si fraiches femmes peintes avec délectation et grande passion par Abdelkader Belkhorissat...une exposition qui vaut le déplacement...j'y retournerais sans faute...car j'ai encore beaucoup de choses à apprendre sur les femmes de Belkhorissat...et de Sidi Bel Abbès...Ces femmes pour qui tout s'enflamme...elles pourraient très bien s'appeler Amina...Farida...Soraya...Fouzya...Nabahette...Salima...Amel...Kenza...Djamila...Nabiha...Nacéra...Kheira...Yamina...Kahia...Zina...












Commentaires

  1. Belkhorissat mérite bien cet article... les portraits sont parlants et ces ombres superbes. Une belle reconnaissance... Kada fait du beau travail.

    RépondreSupprimer
  2. salut cher frere,je vous salue bien bas pour ce que vous etes et pour ce que vous faites

    RépondreSupprimer
  3. عزيزى العميل اليوم تقدم لكم شركة شام المثاليه بالدمام افضل الخدمات فى رش المبيدات حيث ان شركة رش مبيدات بالدمام تستعمل احدث المبيدات الالمانيه والامريكيه الجهازيه وبالملامسه نلتزم بالمواعيد والضمانات ونعمل باقل الاسعر ..اطلبنا تجدنا عندك

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Meursault, un criminel innocent

Ce texte prémonitoire de Khaled Ouaddah. Que je republie à l'occasion de la venue dans le Dahra, pour un circuit mémoriel, du romancier et pamphlétiste Rachid Boudjedra ...le texte est a mettre en relief avec la parution de son nouveau livre " Les contrebandiers de l'histoire"...ou l'impossible réconciliation avec les groupies de Sansal, KD, Bachi et autres renégats...


Albert Camus, une œuvre toujours revisitée
L'Etranger : un criminel innocent ?

Publié dans El Watan le 02 - 02 - 2006
la réalité du roman L'Etranger met mal à l'aise le lecteur. Mais d'où vient la force d'impact qui a fait de ce court récit l'objet de tant de commentaires, d'analyses et de réflexions illimitées parmi les critiques littéraires et dans le monde universitaire d'une façon générale ? C'est le caractère énigmatique du personnage de Meursault qui rend invisible la frontière entre la fiction et la réalité, à travers l'accomplissement …

Ma lettre à Walid Oudaï

Lorsque je suis venu sur vos terres, dans le Dahra Oriental, pays des Ménaceur, je ne savais rien de toi. Par contre je connaissais parfaitement tes aïeux. Avec ta soeur ainée Mina, ton papa Mohamed et tes nombreux cousins, j’ai découvert ces lieux de mémoire et d’histoire. J’ai ainsi appris, grâce à la bienveillance de Kamel Bouchama - moi je lui préfère Bouchmaa- que sur vos terres de Y’oudaiène, était né un certain Macrin, qui fut Empereur de Rome...là haut sur la montagne, à quelques encablures de Cherchell, c’est ton papa et son cousin Mohamed qui m’ont guidé vers les tombes de ton grand père Larbi Oudai...et de celle de Belkacem Allioui, un pur citadin de Césarée...tombé au combat alors qu’il était aux cotés de ta grand-mère, la célèbre moudjahida Zoulikha Oudai...dans le maquis de Y’oudaiène...c’est pourquoi, lui, l’enfant de la ville, a été enterré sur la montagne...celle qui fait ostensiblement face au pic Menaceur...ensuite, nous sommes allés sur les traces de Zoulikha...su…

Ali Ghediri à travers ses écrits